SYSTEME VALLINI (PS): DE GRAVES INTERROGATIONS dans l’ISERE

Publié par Les Républicains 38 le

En rappelant « qu’André Vallini est le dirigeant de fait du Conseil Général de l’Isère « le bureau politique de l’UMP38 énonçait une évidence. Un universitaire Grenoblois avait expliqué au moment du tour de passe passe de « l’élection » d’Alain Cottalorda, que le Président sortant ne pouvait choisir « qu’une courroie de transmission » pour lui succéder. Le Conseiller Général de Bourgoin Jallieu se comporte bien comme tel en récitant les discours à la gloire de Vallini rédigés… par les collaborateurs de ce dernier.

L’INTEGRALITE DU SYSTEME VALLINI a ETE CONSERVE

Mais en conservant l’intégralité du système Vallini mis en place au service d’une seule ambition personnelle, l’actuel exécutif prend le risque d’avoir a en subir toutes les conséquences. A l’approche des échéances incertaines , du retour programmé d’André Vallini qui a déjà passé Alain Cottalorda par pertes et profits, les langues se délient . Beaucoup de ceux qui ont eu à supporter le joug d’une organisation souvent hystérisée par des rapports humains détestables ou l’aspect professionnel n’est pas toujours la priorité apportent des éléments d’informations afin que cette situation ne soit pas pérennisée en mars prochain.

LE PROCES pour HARCELEMENT , ARRANGEMENT COÛTEUX

Les citoyens avaient déjà découvert au moment du procès pour harcèlement qu’avait du conclure André Vallini par un arrangement financier coûteux un fonctionnement de la justice locale extrêmement bienveillant à l’égard de l’élu PS. La pression pour que cet accord s’effectue afin de sauver la carrière Ministérielle d’André Vallini avait été considérable. Les intervenants nombreux.

M.JUSTICE d’HOLLANDE A MIS le CONSEIL GENERAL EN COUPE REGLEE

A cette occasion on découvrait que le « M.Justice « d’Hollande avait transformé l’institution départementale en officine personnelle. Une collaboratrice était recrutée en toute impunité pour travailler exclusivement sur le dossier justice alors du ressort de l’activité politique du parlementaire. On découvrait aussi que le livre du député, son site de parlementaire, ses interventions, les colloques nationaux , bref toute son activité au service de la campagne Hollande étaient financés par le contribuable de l’Isère! Et même son papier en tête d’avocat – puisqu’André Vallini s’est réinscrit comme avocat d’affaires– avait été confectionné au Conseil Général.

TOUTES LES SAISINES de la JUSTICE, LETTRE MORTE

Toutes les saisines du Parquet de Grenoble – documents à l’appui- ont toutes abouti a un refus méprisant. Roger Jourdan citoyen et militant UMP s’est heurté à un mur de protection soigneusement élaboré par l’écosystème politique Grenoblois composé de magistrats et de membres de la Police Judiciaire.

O.BAGHERY (PS) des FONCTIONS EN CONFLIT d’INTERET

Cette organisation reposant sur quelques hommes dont Orod Baghery qui cumule les fonctions de « directeur de l’événementiel » au Conseil Général avec celle de «  coordination  « du PS de l’Isère: le seul énoncé de cette double fonction caractérise un évident conflit d’intérêt. Or toutes les campagnes locales et nationales ont été organisées sous cette double casquette , O.Baghery étant aussi officiellement responsable de la campagne Hollande en 2012. Pourquoi se gêner? Aujourd’hui encore il ne reste plus que lui dans l’Isère pour rédiger des communiqués laudateurs après les interventions d’Hollande.

A.GIRERD ( PS) : UN RÔLE DANS LA VALSE du CABINET

Dans cette organisation il semble qu’Amélie Girerd (PS) Maire de Renage, devenue collaboratrice d’André Vallini en 2006 (alors âgée de 26 ans) tienne un rôle particulier. C’est dans cette période que le Conseil Général a connu la plus forte « valse « des membres du cabinet du Président: autour d’une centaine. Par exemple un homme comme Xavier Bœuf considéré par le Président comme « sérieux compétent « doit tout à coup démissionner , passer par la case chômage avant de retrouver plus tard un poste dans la Haute Vienne.

LA MISE AU PLACARD de B.VOLMAT (PS)

Recruté (e)s, renvoyé(e)s sans ménagement au gré de la fantaisie, des colères et des humeurs les collaborateurs doivent subir les foucades et le mépris sans toujours en comprendre les raisons. La situation atteindra son paroxysme avec la mise au placard de Brigitte Volmat attachée parlementaire qu’André Vallini licenciera après son accession au Sénat afin de permettre à Amélie Girerd de lui succéder. Il y aura la plainte pour harcèlement , le procès , le syndicat des collaborateurs parlementaires qui publiera un communiqué pour dénoncer les « méthodes contestables « d’André Vallini, mais l’opération se fera.

L’ATTACHEE PARLEMENTAIRE a un BUREAU au DEPARTEMENT

C’est la période ou une note du Président du Conseil Général impose que son attachée parlementaire dispose des clefs du Conseil Général pour pouvoir faire le lien entre ses dossiers départementaux et nationaux. Elle dispose d’un bureau rue Fantin Latour ( 2011/2013) alors qu’elle n’est plus employée du Conseil Général. Il semble qu’une secrétaire Madeleine Bonin lui soit partiellement affectée. Bien entendu elle a un accès direct à toute la base de données du département.Une confusion des genres qui est monnaie courante puisque toutes les activités politiques de M.Justice d’Hollande sont traitées sur le dos du Conseil Général y compris une grande partie de l’activité du PS.

G.LAVARDON (PS) RECRUTE PENDANT la PERIODE PRESIDENTIELLE

D’ailleurs un homme -G.L.-  passe de permanent du PS à membre du cabinet du Président pendant le temps de la présidentielle !
Il semble ensuite qu’après différents problémes de gestion il ait été affecté à Gières auprès de Pierre Veri ( PS) ce qui n’est effectivement pas une promotion. Ce que cachent ces mouvements seuls Orod Baghery, Amélie Girerd les proches d’André Vallini pourraient l’expliquer.

V.TRIERWEILER APPELEE à la RESCOUSSE

Tous ces changements de pieds donneront lieu à des couacs retentissants : on se souvient que, dépité de n’avoir pas été nommé membre du gouvernement, André Vallini se rapprochera soudainement de …Valérie Trierweiller et voudra enfourcher la cause de la maltraitance des enfants. Il s’agit de proposer une cause à celle qui est alors la Première Dame. Cette nouvelle passion après la justice doit aboutir à un colloque au Sénat à la gloire de Valérie Trieweiller en juin 2013 . Las ! Probablement sans la lire André Vallini fait publier une interview savante dans le journal du Conseil Général sur le sujet .

LA GROSSE BOURDE SUR L’AUTISME

Il affirme alors que l’autisme – entre autres- est une conséquence de la maltraitance. Un tollé national suit cette affirmation. Toutes les associations se mobilisent puisqu’il est établi depuis longtemps que cette théorie est erronée. Elle affecte les parents d’enfants autistes que Vallini punit d’une double peine : avoir un enfant autiste et en être responsable. Malgré cette bourde retentissante, les hésitations de la Première Dame, la prudence des hiérarques du Sénat , le colloque aura lieu mais la défense de la cause s’arrêtera là. André Vallini n’avait pas cette vocation. A ce soudain désintérêt pour une grande cause on mesure le cynisme de l’élu. Depuis lors Valérie Trierweiller ne peut plus lui être d’aucun secours.

A.VALLINI ECHANGE les NANOS contre les TRANSPORTS en COMMUNS

Aujourd’hui le Conseil Général est toujours dirigé par André Vallini comme on vient de le voir avec le dossier des Nanos et du SMTC. C’est André Vallini qui a expliqué aux Verts qu’il lâchait du lest afin de compenser la baisse des subventions de la municipalité Piolle (Verts/PG ) à Nano 2017 . En échange Olivier Bertrand ( Verts/ades) – ceux qui contestent la politique d’austérité du département et les Nanos- a… Voté la délibération. De son côté André Vallini a averti la municipalité Piolle qui dirige le SMTC; Le message était transparent. Je vous aide sur les Nanos afin que vous puissiez satisfaire le dogmatisme de l’extrême gauche sur ce sujet . A condition que vous ne soyez pas trop exigeants sur les transports en communs. Il s’agit de réduire la part du département dans le financement des transports collectifs.

A.VALLINI : LA  » FUITE EN AVANT  » des TRANSPORTS EN COMMUNS

La municipalité Piolle fait semblant de s’en offusquer mais elle a déjà empoché la compensation politique. Avec sa brutalité coutumière André Vallini a lancé: «On a été trop gé­néreux, trop longtemps. Les temps sont durs, il faut donc arrêter cette perpétuelle fuite en avant. Dites ­moi, franchement, est­ ce que toutes les lignes du tram­way sont saturées aujour­d’hui ? Non, je ne crois pas… »

LE SYSTEME SE PERPETUE

Il s’agissait pour André Vallini de montrer qui dirige. Dans ce schéma les collaborateurs qui sont en place , tels Orod Baghery et Amélie Richerd devenue entre temps Chef Adjoint du Cabinet du Secrétaire d’Etat drivent Alain Cottalorda dont la marge est nulle et les jours comptés. Depuis début 2014 le jeune Jules Cordillot, étudiant, a rejoint cette organisation sur un poste comparable a celui occupé par Gilles Larvaron en son temps. Ou plus exactement il est le collaborateur du collaborateur… Son intitulé de « collaborateur chargé de liaison avec les interlocuteurs externes « est suffisamment flou pour pouvoir être à l’extérieur du bureau. Assez largement. Quand aux « interlocuteurs » on sait que Orod Baghery est chargé du PS et  Président de « Répondre à gauche 38 « (!). S’ajoute pour ces collaborateurs le tropisme Iranien tout a fait étonnant pour un Conseil Général surtout avec un tel régime. Bref plus de questions que de réponses. Pour l’instant.

UN CONTRÔLE INTERNE et EXTERNE EST INDISPENSABLE

A l’approche de cette nouvelle campagne électorale espérons que les contrôles internes et externes se mettront en place de façon à ce que les moyens du département ( voitures, TGV, restaurants…) soient bien utilisés au service du seul département. Jusque là ni l’autorité de tutelle, ni le parquet n’ont rempli véritablement leur mission.

Il appartiendra à l’opposition d’alerter les citoyens sur d’éventuelles dérives et d’appeler tous ceux qui assistent à ces actes qui déséquilibrent la démocratie et faussent le débat  à alerter  ceux qui peuvent les dénoncer. Il s’agit de salubrité démocratique.

Photo: Amélie Girerd ( PS) ici avec François Hollande a une université d’été du parti socialiste.