NOËL : UN CADEAU de E.PIOLLE (Verts) à R.AVRILLIER (Verts/Ades)

Publié par user1 le

« Une délibération indécente » a même déclaré Jérôme Safar (PS) quand Eric Piolle avait demandé au dernier Conseil municipal de l’année de prendre en charge les frais d’avocat de Raymond Avrillier (Verts/Ades) le « parrain » de la majorité municipale. Pour une fois on ne peut qu’être d’accord avec le candidat socialiste qui a pourtant bien profité des méfaits de Raymond Avrillier et même sa collaboration puisqu’ils ont appartenu à la même majorité.

 

Devant le Palais de justice dont ils abusent les Verts/Ades autour de Raymond Avrillier ( V.fristot, O.Bertrand, V.Comparat) . ils ont participé à 2 municipalités Destot sur 3.

Devant le Palais de justice dont ils abusent les Verts/Ades autour de Raymond Avrillier ( V.Fristot, O.Bertrand, V.Comparat) . ils ont participé à 2 municipalités Destot sur 3.

R.AVRILLIER ATTAQUE L’OPPOSITION avec l’ARGENT du CONTRIBUABLE

Raymond Avrillier veut créer un nouveau rideau de fumée en attaquant en justice… l’opposition. Il estime indécent qu’on lui demande des comptes sur la ruine de Grenoble à  laquelle il a participé activement pendant 13 ans comme Adjoint au Maire et Vice Président de la Métro.  Le tableau de l’épargne nette négative pendant tout le temps ou il était aux affaires est accablant pour lui.

 

Derrière Eric Piolle, le "parrain" de la municipalité

Derrière Eric Piolle, le « parrain » de la municipalité

IL ÉTAIT ADJOINT AU MAIRE PENDANT LA DÉRIVE de GRENOBLE

Après le départ des Verts/Ades de la municipalité Destot en 2008 il a fallu augmenter les impôts de + 10 % faisant de Grenoble la première ville de France de sa catégorie pour l’impôt sur les ménages. Et en 2016 il a fallu le retour des Verts/Ades aux responsabilités pour voir fermer les bibliothèques dans les quartiers en difficultés, réduire la santé scolaire ou faire payer le soutien scolaire par les familles !  Sans que l’impôt ne diminue.

NI FEUILLE D’IMPÔTS, NI REVENUS du FOYER FISCAL

Eric Piolle a présenté ce cadeau de Noël à Raymond Avrillier en fin de séance du conseil municipal après 7 h30 de débat afin que l’opacité soit préservée. Pour justifier la prise en charge sur fonds publics de sa campagne politique Raymond Avrillier a fait état de faibles revenus personnels mais n’a pas évoqué  son foyer fiscal, ni fourni sa feuille d’impôts. Dans le conseil municipal figure Claire Kirkyacharian la mère de ses enfants, Première Vice Présidente de la Métro qui a pris part au vote ! La majorité a fermé les yeux sur cette absence de transparence et ce conflit d’intérêts.

Raymond Avrillier (Verts/Ades) est le seul grenoblois a recevoir une gratification du Conseil municipal: tous les autres voient leurs crédits amputés

Raymond Avrillier (Verts/Ades) est le seul grenoblois a recevoir une gratification du Conseil municipal: tous les autres voient leurs crédits amputés

J.SAFAR (PS) : « UN CLIMAT INSTAURÉ SUR LA QUASI FAILLITE de la VILLE »

Jérôme Safar (décidément) a jugé indécent cette prise en charge au moment des coupes sombres à toutes les associations. Il n’a pas manqué d’en appeler à mots couverts à la solidarité de gestion de la gauche et des Verts/Ades. La campagne « ils ont ruiné Grenoble » résulte aussi selon lui « du climat instauré dans cette ville sur l’état de quasi faillite et la responsabilité des élus de la municipalité précédente qui avaient même quasiment trafiqué les budgets ».

Sous entendu évident : arrêtez donc sur l’état de quasi faillite de la ville et tout ira mieux si les grenoblois sont tenus à l’écart des choses sérieuses.

INTIMIDER LES OPPOSANTS, ÉTOUFFER LE DÉBAT

Sur le fond il s’agit d’actes graves : une tentative d’étouffer le débat public, d’intimider les opposants, d’imposer des règles interdisant de nommer par leurs noms les élus de gauche et Verts/Ades ou PG lorsqu’ils sont accusés de mauvaise gestion !

Après la protection par les CRS, après la charge des manifestants à la grenade lacrymogène, le clan ultra minoritaire qui est aux manettes de la ville fait de la provocation et montre de l’arrogance en piochant dans la caisse municipale pour sa bataille politique.

Ce degré supplémentaire franchi dans la confiscation du pouvoir local au service de ses seuls intérêts, aux ordres de quelques uns n’est pas bon signe pour lui.