JC PEYRIN DEMANDE à A. VALLINI DE CESSER SES FONCTIONS D’AVOCAT D’AFFAIRES

Publié par Les Républicains 38 le

« Au moment où Jean-François Copé renonce, il serait souhaitable, au titre de la transparence et des conflits d’intérêts, qu’André Vallini, Sénateur PS et Président du Conseil Général de l’Isère, cesse d’exercer ses fonctions d’avocat d’affaires en même temps que ses mandats publics  » écrit Jean-Claude Peyrin Président départemental de l’UMP38 dans un communiqué rendu public hier.

Pour le Conseiller Général de Meylan, « c’est une situation embarrassante et qui n’est plus tolérable dans la situation du pays, où l’on attend des élus une mobilisation exclusive au service des Français, plutôt que la défense de leur intérêt personnel ».

LE PS DEVRA SE METTRE À JOUR AVEC LE CONTRIBUABLE AVANT MARS 2014

Jean-Claude Peyrin a élargi aussi à tout le Parti Socialiste de l’Isère sa demande de mise à jour à l’égard de la morale publique:

« Plus largement, il serait souhaitable que le Parti Socialiste, dans l’Isère, se mette à jour avec le contribuable avant les échéances de mars 2014. On le sait, l’un de leurs élus départemental est redevable envers le Trésor Public de sommes importantes. Il est indispensable que le Parti Socialiste et ses alliés effectuent ce remboursement avant de présenter des candidats aux futures élections municipales. L’UMP estime qu’il s’agit d’une exigence minimale, et du respect du contribuable actuellement pressuré par l’impôt, victime de la baisse du pouvoir d’achat et du chômage ».

On va observer si André Vallini se met enfin en conformité avec ses principes au moins sur ces points.Les élus PS habitués au double langage,(LES MYSTÈRES DU PATRIMOINE DE GENEVIÈVE FIORASO (PS)) à l’impunité et a beaucoup de tolérance des « observateurs » n’ont pas l’habitude de ces interpellations claires(.LA FAILLITE DE LA GAUCHE MORALE.M.DESTOT ET A.VALLINI seuls élus à n’avoir pas publié leur patrimoine)

Pourtant ils vont devoir répondre aux exigences de nos concitoyens s’ils ne veulent pas subir leur colére.