GRENOBLE: Les COMMERCES SONT ACHEVÉS RUE par RUE

Publié par user1 le

La boulangerie a déposé le bilan suite à  l’installation de la voie bus par la municipalité Destot/Safar (PS) sans compensation de stationnement. Elle a été achetée en faillite par Actis , l’OPHLM présidé par E.Piolle (Verts/PG) pour y construire des HLM à la place. La vénérable librairie Paillet, seul lieu de culture du secteur a fermé ses portes. Maintenant c’est le propriétaire d’une Auto école installée au 10 bis de l’avenue Jean Perrot qui doit effectuer des démarches interminables auprès des impôts pour que la valeur de son biens soit dévaluée.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/04/10/commerce-a-jean-perrot-70-du-chiffre-daffaires-par-les-voiture/

 

LES HLM SE MULTIPLIENT AVENUE Jean PERROT

En effet à côté, au 10 ter, l’OPHLM d’Eric Piolle a construit un nouvel immeuble de HLM dans le cadre de la bétonisation de la ville. Le chantier avait installé pendant de très longs mois  effectuait « les entrées et sorties de­ vant l’auto­école, les camions avaient pris l’habitude de se garer là. Ils ont creusé les tranchées pour amener l’eau ou l’élec­tricité » explique Gérard Luyton le propriétaire au DL (25/2/17). Ajoutant: « Actis avait refait le bourrelet cen­tral de l’avenue, en décem­bre, et s’était engagé à ce mo­ment­ -là à refaire le trottoir délabré. Plus de nouvelle de­puis.»

http://grenoble-le-changement.fr/2016/06/19/bajatiere-m-boileau-vertsades-asphyxie-meme-leglise/

L'auto école de l'avenue Jean Perrot a subi toutes les nuisances du chantier HLM ( pourquoi lui?) et les élus se renvoient la balle pour réparer le  trottoir défoncé

L’auto école de l’avenue Jean Perrot a subi toutes les nuisances du chantier HLM ( pourquoi lui?) et les élus se renvoient la balle pour réparer le trottoir défoncé (photo le DL) 

 

Il s’agit de l’avenue Jean Perrot à Grenoble, ni plus ni moins commerciale qu’une autre. Mais représentative de l’évolution catastrophique de la capitale des Alpes. Du centre ville aux quartiers en passant par les zones intermédiaires la situation est la même.

La boulangerie qui a déposé son bilan rachetée par l'OPHLM présidé par Eric Piolle

La boulangerie qui a déposé son bilan rachetée par l’OPHLM présidé par Eric Piolle (photo GLC)

 

 TOUTES LES NUISANCES du CHANTIER HLM CONCENTRÉES  DEVANT le COMMERCE

Avenue Jean Perrot, Gérard Luyton n’est visiblement pas un opposant à la municipalité. Il s’excuse d’être contraint de faire parler de lui. C’est un bon citoyen. Soumis à la doxa locale pendant tous les travaux il comprenait que toutes les nuisances du chantier soient concentrées devant son fonds de commerce. Il faut bien construire pensait il. La non prise en compte de l’activité commerciale pourvoyeuse d’impôts et d’emplois ne lui semblait pas anormale. Et puis une Auto-Ecole ? Apprendre à conduire alors que les voitures vont disparaître.

DÉGRADANT POUR L’AVENUE 

Mais maintenant que l’OPHLM (E. Piolle) renvoie à la Métro (C.Ferrari PS) qui renvoie au service de l’eau (O.Bertrand Verts/Ades) et à celui de l’électricité ( V.Fristot Verts/Ades). Gérard Luyton trouve la situation « ennuyeuse. C’est  dévalorisant pour mon patrimoine, mais c’est aussi dégradant pour l’avenue. »

http://grenoble-le-changement.fr/2016/05/11/6447/

Avenue Jean Perrot, les HLM poussent comme des champignons

 

ENCORE DES IMMEUBLES HLM AUX 48 et 51 de JEAN PERROT

D’autant que toute l’avenue Jean Perrot est dans ce cas. Chaque dent creuse est chassée pour construire des HLM.  «C’est la même cho­se devant le Verger des gour­mets, juste en face, et Actis doit encore construire des immeubles HLM au 48 et 51 de l’ave­nue » précise Gérard Luyton.

http://www.republicains38.fr/bajatiere-a-mobilite-reduite-bloques-un-week-end-dans-leur-hlm/

A Jouhaux à côté 31 locataires sur 50 demandent un relogement d’urgence pour cause d’insécurité : la municipalité Piolle continue à construire (photo DL) 

LA SITUATION EST SI APAISÉE à la BAJATIÉRE et à JOUHAUX 

En effet la situation est si apaisée et maîtrisée à la Bajatière et à Jouhaux si proche que la municipalité peut  se permettre de continuer à construire des HLM et en même temps à se désengager de la Maison des Habitants. Une logique imparable. Les nouveaux habitants n’en auront pas besoin. De son côté la maternelle de la Bajatière ne pouvait plus accueillir les enfants du quartier à la rentrée dernière. ça n’empêche pas non plus de continuer à ajouter des habitants.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/21/hlm-de-jouhaux-g-fioraso-ps-et-e-piolle-vertspg-se-renvoient-la-balle/

peu importe que la maternelle de la Bajatière déborde déjà ...

La maternelle la Bajatière est déjà surchargée : ça n’empêche pas de densifier massivement en HLM  ( photo DL) 

MÉTRO, OPHLM, SERVICE des EAUX, GEG … des ANONYMES SANS PRÉSIDENTS 

Qui répond à tout ça? Il n’y a pas d’abonné au numéro demandé. D’ailleurs dans l’article du DL signé Gautier Virol il est question de l’OPHLM mais pas de celui qui le préside, Eric Piolle. Cet Office qui renvoie à  » la Métro » mais Christophe Ferrari son Président PS  n’existe pas. Pourtant côté gonflette de mots il est présent quand il faut.On ignore que le service des Eaux n’est pas anonyme mais Présidé par Olivier Bertrand (Verts/Ades) tandis que GEG l’est par Vincent Fristot (Verts/Ades).

MM PIOLLE, FERRARI, FRISTOT, BERTRAND NE SE CONNAISSENT PAS

 » L’Ophlm renvoie la balle à la Métro qui engage une action contre le responsable  » explique le DL sans rire. «Lorsque le titulaire d’un permis de cons­truire occasionne des dégâts sur la voie publique, la remi­se en état est à sa charge » répond  » la Métro » (!). Donc l’OPHLM présidé par M.Piolle saisit la Métro présidée par C.Ferrari lequel engage une action contre lui…. Pour faire réparer un trottoir.

La vénérable librairie Paillet a fermé ses portes

La vénérable librairie Paillet a fermé ses portes (photo GLC)

 

LE MALHEUREUX PROPRIÉTAIRE VA DEVOIR SE BATTRE SEUL 

Ni avant le chantier, ni pendant, ni après MM Piolle, Ferrari, Bertrand, Fristot n’ont eu le temps de traiter le dossier. Ce sont leurs services de communication qui se répondent pendant que le malheureux propriétaire engage les démarches aux impôts pour faire admettre la dépréciation de son biens. Il va devoir se battre et argumenter seul pendant que nos élus, dans le confort de leurs indemnités, demeurent irresponsables et poursuivent la bétonisation de la ville à marche forcée.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/24/betonisation-les-elus-de-gauche-et-vertsades-sur-la-defensive/

Nos élus Rouge/verts sont trop occupés à la com’ de la « ville en transition » censée gommer le bilan calamiteux de la mi-mandat. Il y a plus important que la capacité contributive d’un propriétaire , que l’emploi et l’activité dans les rues de Grenoble. A moins que cette stratégie soit volontaire pour accélérer la décroissance. Dans ce cas  il est un domaine ou ils réussissent.