EMPLOI: L’AVOCAT D’AFFAIRES A.VALLINI(PS) PAS QUESTIONNÉ par le « DL »

Publié par Les Républicains 38 le

Le « DL » démarre son dossier d’hier en citant Jean-François Copé qui a renoncé à son activité d’avocat d’affaires. Il s’agit d’une enquête sur le métier et l’activité politique. On trouve de tout dans les questionnés.
Mais un autre avocat  d’affaires – Isérois lui –  André Vallini (PS)  n’est pas questionné.

La demande de Jean-Claude Peyrin , Président de l’UMP38 n’est pas reprise!  Elle n’existe pas. Le premier parti d’opposition facteur d’équilibre en démocratie n’a pas le droit d’interpeller le pouvoir.(JC PEYRIN DEMANDE à A. VALLINI DE CESSER SES FONCTIONS D’AVOCAT D’AFFAIRES)  Le Sénateur Président du Conseil Général  ne figure pas parmi la liste des  élus retenus  qui « ont choisi de travailler à côté » de leur mandat …

Il s’agit pourtant d’un choix assez récent, celui qu’a fait André Vallini de se réinscrire aux barreaux de Paris et de Grenoble. Son papier en tête d’avocat a même été confectionné au Conseil Général sous le regard enamouré de Olivier Bertrand Conseiller Général Verts/Ades( voir plus bas) qui témoigne avec compétence dans le DL des conflits d’intérêts.

En effet c’est le 9 novembre 2009 qu’un membre du cabinet du Président du Conseil Général demandait à un autre membre , M.Erik Burdet – qui ne toussait pas – de faire confectionner son papier en tête … d’avocat aux frais du contribuable départemental. (Affaires VALLINI : La justice à nouveau saisie)

ON DÉMARRE SUR COPÉ ET ON N’ATTERRIT PAS SUR VALLINI!

Pour nous il s’agit d’une ligne éditoriale étrange s’agissant de l’information de nos concitoyens, alors que l’article démarre sur le cas du Président national de l’UMP comme exemple .Pourtant André Vallini avocat ne plaide pas , ce qui signifie qu’il exerce bien comme avocat d’affaires . Étrange qu’on publie ce qu’affirme percevoir Olivier Véran (PS) au CHU ( 200 Euros/mois) et pas les émoluments d’A.Vallini  dans son métier. C’est quand un PS gagne peu qu’on publie des chiffres.

APRÉS CAHUZAC ON NE SAVAIT TOUJOURS PAS CE QUE PERçOIVENT LES ÉLUS PS

On avait déjà vu cela avec les indemnités des élus puisque  le DL , dans un autre dossier,  avait même trouvé dans l’Isère un Adjoint (PS) au Maire de Seyssins affectant une partie de ses indemnités à un autre élu PS !  Le seul du département qui ne cumulait pas tout et partout. On avait  aussi … Stéphane Gemmani ,probablement très représentatif de la classe politique locale ,  spécialiste de ces questions d’indemnités (!) qui répondait (AFFAIRE CAHUZAC : ISÈRE, CIRCULEZ IL N’Y A RIEN À VOIR AU PS …)

Mais on ne savait toujours pas ce que gagnaient les principaux élus PS !( » CAPITAL  » ÉLUS PS de GRENOBLE: COMBIEN GAGNENT ILS VRAIMENT ?)

Ces articles d’hier sur les élus qui exercent un métier   sont non signés, exceptée l’interview d’un universitaire. Ce qui est peut être un signe.

OLIVIER BERTRAND : UN PROBLÈME DE CONFLIT D’INTÉRÊTS

L’autre cas est celui de Olivier Bertrand , Conseiller Général et municipal ( Verts/Ades) . On est au comble de la mauvaise foi avec lui (LES « VERTS » CONTRE LA BAISSE DES INDEMNITÉS des élus…. ) au coeur des problèmes évidents de conflits d’intérêts  et de la vérité crue  sur les pratiques de ces élus. ( voir plus haut…)

Olivier Bertrand travaillait dans une association financée par la municipalité alors que les Verts/Ades étaient dans la majorité municipale ( 2004/2008) . Cela ne lui posait aucun haut le coeur ! Pas besoin de Primpéran.  Comme tout bon élu Verts/Ades il définit lui même avec autorité ou se situent le conflit d’intérêt et l’éthique . Il affirme  qu’il aurait quitté son poste salarié financé par la ville s’il avait été élu dans la majorité municipale après 2008. Il faut évidemment le croire sur parole. Et cela lui suffit.

LE RAPPORT INCESTUEUX ENTRE SALAIRE ET SUBVENTIONS MUNICIPALES

Il ne voit pas le rapport incestueux entre le salaire et les subventions de la municipalité à laquelle ses amis ( R.Avrillier, M.Boileau, P.Kermen…) participent jusqu’en 2008 . Entre une association dont l’employé est Conseiller Général de la même majorité, du même parti  ! Peut on discuter de la subvention à cette association au Conseil Municipal en toute liberté et indépendance ?  Bien entendu ce n’est pas Anticor qui va poser ces questions. Ni malheureusement le « DL ».

En tout cas ce sont Olivier Bertrand et Raymond Avrillier qui définissent les règles éthiques qu’ils s’appliquent. Comme ils en sont également l’étalon, la chose est aisée :ils peuvent même édicter celles qui s’appliquent à la droite. le « DL » n’a plus qu’à recueillir leur  » témoignage » . La boucle est bouclée d’une information qui tourne sur elle même excluant la moitié de l’opinion.

« LA VILLE LUI ASSURAIT UN SALAIRE »

D’ailleurs Olivier Bertrand  le reconnaît lui même dans l’article qui lui est consacré ,puisqu’un Adjoint lui écrira plus tard, après 2008,  à la suite d’une prise de position politique pour lui rappeler que  » la ville lui assurait un salaire » . Une vérité en effet .  Jusqu’en 2008 son salaire ne posait pas de problème pour cause de conformité entre lui et la majorité municipale PS/Verts/Ades. Il y avait bien confusion d’intérêts au détriment du contribuable.

Cela en dit long  sur les principes à géométrie variable et le rôle que jouent ceux qui paient l’impôt dans la vie des élus PS/Verts/Ades… Ils sont bien les victimes de cette situation.

UN TRAVAIL  » PRIVÉ  » AU FRAIS DU CONTRIBUABLE!

Olivier Bertrand estime maintenant  » que trouver du travail dans le privé , précisément le secteur associatif, quand on est élu d’un parti minoritaire et dans l’opposition est loin d’être facile ».

À noter ,  pour lui , l’associatif fonctionnant pourtant  exclusivement sur fonds publics, c’est  » le privé  » (!). On est toujours dans la bonne connaissance de l’économie réelle ce parti. Ils peuvent d’autant plus aisément proposer des solutions économiques et pour les entreprises qu’ils savent de quoi ils parlent!

Mais surtout on retrouve le faux discours des révoltés au pouvoir partout : au gouvernement, à la région, au Conseil Général ( pas à Grenoble parce que Destot a pu se passer d’eux à partir de 2008) . C’est loin d’être un parti minoritaire quand on appartient à  une coalition qui gouverne tout, de la base au sommet.(VERTS/ADES : à Grenoble les révoltés sont indemnisés et au pouvoir…)

Mais ils se présentent comme tels et c’est reproduit comme tel. Pris pour « argent comptant » pourrait on dire dans ces matières.

O.BERTRAND PRÉFÈRE L’ÉLU PS QUI LE SUBVENTIONNE PERSONNELLEMENT

Olivier Bertrand membre de la majorité PS/PC/Verts/Ades du département  rappelle que Destot lui a reproché d’avoir dit  :  » je préférais politiquement Vallini à Destot  » .Le « DL  » n’apporte pas cette petite information complémentaire : André Vallini lui a affecté sur sa cassette personnelle ( l’écrêtement de son indemnité) 400 Euros supplémentaires chaque mois.( RÉVÉLATION : O.BERTRAND et C.BRETTE ( Verts) FINANCÉS PAR LE PS).

C’est comme en amour, il n’y a que les preuves qui comptent.Il peut donc  effectivement préférer  André Vallini,  » politiquement  » , à Michel Destot .

AVEC 5000 EUROS/MOIS IL A ÉTÉ DANS LA MOYENNE DES REVENUS

Olivier Bertrand perçoit donc avec ces 400 euros, l’indemnité légale de Conseiller Général de 2800 Euros/mois , les 250 Euros/mois de Conseiller municipal de base , un total de 3450 Euros/mois au titre d’élu. Il percevait auparavant  un salaire dans l’associatif subventionné ( sans révéler le montant) . Si on imagine  seulement 1500 Euros/mois on parvient pour lui aussi à ces 5000 Euros/mois qui sont à peu prés représentatif de la base des revenus des élus PS/Verts/Ades .

Bien entendu totalement à la charge du contribuable. Il n’y a rien de « privé  » dans ces revenus… (2/b ARGENT: ÉLUS VERTS/ADES LES MAINS DANS LE POT DE CONFITURE)

En observant ces deux cas – celui d’André Vallini qui n’est pas questionné et celui d’Olivier Bertrand qui est présenté comme un témoignage de la réalité  (!) on est contraint – et très au regret – de constater qu’i y a bien deux poids et deux mesures dans l’information.

Suivant que vous serez de droite ou de gauche…