DEPARTEMENTALES: le DEPART D’O.BAGHERI (PS) LIBERERAIT 3 BUREAUX au CONSEIL GENERAL

Publié par Les Républicains 38 le

Seul le quatrième bureau d’Orod Bagheri devrait demeurer utilisé: celui dont il doit disposer à la fédération du Parti Socialiste de l’Isère dont il est le « coordonnateur » départemental selon l’organigramme du parti. On ne doute pas en effet que – quittant ses fonctions au Conseil Général- il poursuivra sa tâche militante à titre bénévole.

A l’heure de l’effondrement du système Vallini on connait mieux l’étrange fonctionnement du Conseil Général sous sa présidence. Il semble que tout était lié au fait ou au bon plaisir du Prince. Dans ce cadre Amélie Girerd et Orod Bagheri ont joué un rôle clef. On retrouve ce rôle dans la géographie des bureaux telle qu’elle est décrite en interne.

UN DIRECTEUR DE CABINET de FAIT

Entré autour de l’an 2000 au Conseil Général avec des titres divers tels « Directeur des Nouvelles Technologies Numériques » ou  » Directeur de l’Evénementiel » Orod Bagheri était surtout le Directeur de Cabinet de fait d’André Vallini. A ce non titre il disposait d’un bureau au 4 eme étage de l’hôtel du département , face à celui du Président.

UN PRESIDENT du CONSEIL GENERAL de FAIT

C’est d’ailleurs ce même bureau qu’occupe … André Vallini depuis le mois de juin afin de demeurer – lui- le Président de fait du Conseil Général alors qu’Alain Cottalorda a été élu par l’Assemblée départementale. Ce mode de gouvernance opaque s’est encore aggravé depuis qu’Alain Cottalorda empêtré dans l’affaire de la Roumaine en situation illégale s’était encore affaibli.

De ce 4 eme étage avec tous les collaborateurs qu’il a lui même nommé, André Vallini peut diriger le Conseil Général, donner ses ordres qui ne souffrait pas d’être vérifiés auprès d’Alain Cottalorda…

DEUX BUREAUX AU MÊME ETAGE , DONT UN TOUJOURS FERMé

Orod Bagheri bénéficie aussi de deux bureaux au 3 eme étage du Conseil Général.  L’un agrandi par l’annexion d’autres bureaux a été équipé d’écran plasma , de canapés de cuir, de rideaux haut de gamme et d’un dressing.  Pourquoi se priver? l’autre bureau au même étage se trouve entre les locaux du cabinet du Président et ceux de la direction de la Communication du Conseil Général.

Le  » Directeur » y ferait de brefs passages, la porte serait toujours condamnée et fermée à clefs. Il est probable – comment le savoir?- que les documents entreposés là n’ont pas tous un rapport avec l’institution départementale. Seul l’envoi d’un huissier par l’opposition départementale permettrait de le vérifier. Il semble,depuis quelques heures, que ce soit l’un de ceux ou les cartons partent le plus vite.

LE PETIT DEJEUNER de SON EMINENCE

En tout cas à cet étage les employés du Conseil Général pont pu vérifier, en le voyant passer  sous leurs yeux, le contenu du petit déjeuner quotidien de cette éminence:  jus d’oranges pressées, tartines de confiture de qualité venue d’Iran avec du pain bio, apportés par une assistante dévouée. Celle -ci  est sollicitée pour traiter tous les problèmes du Directeur . Lynda Djedaiet qui a été aussi assistante un temps et a laissé beaucoup de souvenirs à l’étage aurait refusé d’accomplir les tâches domestiques. Elle n’est plus en poste pour témoigner.Notre gauche locale reproduit puissance 100 le modèle Aquilo Morelle.

LA GAUCHE BLING BLING

Salaire au plafond ( 90% du salaire du fonctionnaire le mieux payé ce qui a contraint d’augmenter encore le salaire du DG!), voyages multiples à Paris sans que ce soit justifié par une réelle mission départementale : évidemment la plupart du temps nos éminences se font conduire en voiture au TGV de St Exupéry ou de Valence. On comprend pourquoi une ligne TGV pour Grenoble n’a jamais été leur préoccupation!

C’est cette gauche bling bling, accro au Festival de Cannes, aux voyages en Italie , aux costumes de marque qu’André Vallini et Orod Bagheri incarnent . Ils n’ont pas lésiné non plus sur l’utilisation du Conseil Général pour les campagnes électorales . C’est cette gauche qui se trouve menacée par le scrutin de dimanche. On voit mal en effet comment elle pourrait être reconduite.

Le seul départ d’Orod Bagheri libérerait 3 bureaux, 3 voitures, mettrait des assistantes au service de l’institution plutôt qu’au service du Prince… Le Conseil Général a besoin de retrouver la sérénité d’un fonctionnement au service de l’Isère et de sa population.

Photo: Orod Bagheri coordonnateur du PS38 ici avec Jacques Chiron Sénateur PS