» VIVRE à GRENOBLE  » NE RECLAME PLUS L’ABROGATION de l’ESPLANADE

Publié par Les Républicains 38 le

Pourtant la pétition signée par 10 000 Grenoblois était claire :  » Monsieur le Maire, nous demandons l’annulation du projet actuel de  ZAC  sur le site historique de l’Esplanade » .

L’association  » Vivre à Grenoble  » avait lancé cette pétition que de nombreux Grenoblois ont signé de bonne foi. La pétition demandait aussi l’arrêt des projets Flaubert et Presqu’ile.

CE N’EST PAS LA QUESTION des PETITIONNAIRES

Aujourd’hui son Président adresse aux candidats aux municipales une question qui n’est pas celle des pétitionnaires : « Si demain vous êtes élu(e) Maire de Grenoble, prenez-vous l’engagement devant les électeurs, conformément à la demande des 10 000 signataires grenoblois de la pétition, de ne rien construire dans le cœur historique de l’Esplanade, c’est-à-dire dans  les 3 hectares d’espace public délimités par les alignements de platane ? « 

UN PROBLEME de DEMOCRATIE

Ceux qui ont signé la pétition n’ont pas été questionnés sur cette formulation différente de leur position.  Qui n’est -justement – pas « conforme  » à la demande des 10 000 pétitionnaires. Ce qui pose un problème de démocratie. Il est vrai qu’un candidat, en l’occurrence Matthieu Chamussy (UMP/UDI) a annoncé qu’il stopperait le projet et abrogerait la ZAC de l’esplanade.

E.PIOLLE ( Verts/ades) ACCEPTE le PROJET de L’ESPLANADE…

Eric Piolle au contraire vient de faire savoir qu’il acceptait le projet , y compris sa densité, ne faisant plus que des remarques sur la part du logement social dans le projet. (E.PIOLLE (VERTS/ADES) RENONCE à STOPPER L’ESPLANADE)

Il s’agit pour lui de préparer l’alliance du second tour puisqu’il est prêt à rallier J.Safar et à reconstituer la coalition PS/Verts/Ades/PC qui a gouverné Grenoble de 95 à 2008. (GRENOBLE: La LISTE des POSTES LOCAUX des Verts/Ades aux côtés du PS).

Y a t il relation de cause à effets entre ces positions?

En tout cas  » Vivre à Grenoble  » peut donc noter que « quatre promettent de ne pas construire sur la surface de trois hectares entourés de pla­tanes » a explique Patrice Gui­nard­ Brun au « DL » . Il s’agit de Denis Bonzy, Matthieu Chamussy, Maurice Colliat et Eric Piolle « . Ainsi ce dernier qui ne pouvait être pour l’annulation du projet actuel de la ZAC se trouve t il dans la boucle positive.

… PERMIS PAR LE P.L.U de la MUNICIPALITE PS/VERTS/Ades

C’est en tout cas la coalition PS/Verts/PC qui a voté le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de 2005 lequel a engagé la densification à outrance de Grenoble, permettant même de vendre une partie du parc Hoche à un promoteur pour construire un hôtel. ((http://www.republicains38.fr/j-safarps-les-verts-avec-nous-pour-la-ville-compacte/)

C’est ce PLU – à quelques nuances prés- qui permet les projets de l’esplanade, de Flaubert, du Polygone auxquels s’oppose normalement  » Vivre à Grenoble ».(BÉTONNAGE DE L’ESPLANADE à GRENOBLE : « débat » ou référendum ?)

ETRANGE DE NE PAS VOULOIR DE-DENSIFIER VILLENEUVE

Même si – paradoxalement – l’association faisait signer aussi dans le texte de la pétition l’arrêt de la démolition des 60 logements de l’Arlequin en même temps que l’abrogation de la ZAC de l’esplanade (?)

Etrange pour une démarche générale protestant contre la densification de la ville. Il ne nous avait pas échappé que ce thème était un objet de la concurrence PS/Verts/Ades à Villeneuve. Ces derniers redoublant de dogmatisme pour conserver le projet urbanistique initial  du quartier ,  » Vivre à Grenoble  » s’alignant sur cette position.

"Nous demandons l'annulation de la ZAC actuelle..."

« Nous demandons l’annulation du projet actuel de   ZAC … »

 

MÊME M.DESTOT RECONNAIT  » LE GRAND BOND EN ARRIERE »

Alors que tout le monde – même M.Destot Député de Villeneuve depuis 25 ans- reconnait l’échec de cette utopie qui a fait faire un  » grand bond en arrière  » à la population selon sa formule cruelle. La densification intensive de ce quartier qui est l’une des clefs de son échec devrait poser des questions à ceux qui récusent Flaubert et le Polygone pour ces raisons.( DESTOT(PS): « L’URBANISME des ANNEES 70 N’A PAS TENU SES PROMESSES »(!))

Bref une fois de plus il ne faudrait pas que les justes aspirations et expressions des Grenoblois soient détournées de leur objet pour des raisons politiciennes.(VERTS/ADES à GRENOBLE: LA LUTTE FINALE DES POSTES)

LES MANOEUVRES D’E.PIOLLE ( Verts/Ades)

Eric Piolle a déjà manoeuvré avec son faux « réseau citoyen » , son officine « Anticor  » . (E.PIOLLE ( Verts/Ades): LA FIN DE LA MASCARADE d’ANTICOR).

Il a caché soigneusement son appartenance à la majorité PS de Rhône Alpes .

L’affaire de la subvention illégale de 100 000 € à un chef coutumier Equatorien qui ne veut pas rembourser , (UNE ELUE du GROUPE de E.PIOLLE (Verts/Ades) DEPENSE 2149€ pour 1 MN 40 sec de DISCOURS!)  comme  l’élection depuis 2002 comme Vice Président du Conseil Général d’un élu socialiste qui a été condamné à rembourser 3M€ au contribuable, la plus forte condamnation financière jamais infligée à un élu dans l’Isère, démontrent une déontologie à géométrie très variable (É.PIOLLE (Verts/Ades) DOIT RÉGLER LA DETTE AU CONTRIBUABLE). Inquiétante aussi au vu de ces différentes contorsions.

ALTERATION de la SINCERITE du SCRUTIN?

Il ne faudrait pas que les 10 000 pétitionnaires soient instrumentalisés eux aussi à des fins politiciennes incluant la trahison de leur aspiration. Ils ne veulent pas être la chair à canon d’une lutte pour les places qui ne les concernent pas.

Car au final il s’agirait tout simplement d’une tentative d’altération de la sincérité du scrutin.

Pour éviter ces dérives il suffit de demander à chaque candidat de  répondre favorablement -ou non – à la demande des 10 000 pétitionnaires qui veulent  » l’annulation du projet actuel de ZAC » de l’esplanade.

Jusqu’à nouvelle consultation ces pétitionnaires  n’ont pas  – eux- changé d’avis.

 
Catégories : Actualité