VILLENEUVE à GRENOBLE: « C’EST LA FAUTE de SARKOZY »
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/header.php on line 212

Accueil  »  Actualité  »  VILLENEUVE à GRENOBLE: « C’EST LA FAUTE de SARKOZY »
3 Août 2015 16:08 Commentaires fermés sur VILLENEUVE à GRENOBLE: « C’EST LA FAUTE de SARKOZY » admin

On se pose la question de savoir si la faute originelle du concept de Villeneuve à Grenoble n’est pas également de la responsabilité de Sarkozy? En consacrant deux pages à l’anniversaire du « discours de Grenoble  » le DL a permis à tous ceux qui veulent occulter leur responsabilité directe de continuer à se défausser. Il en ressort à peu près que ceux qui nomment les problèmes en sont les véritables auteurs !

Tous les intervenants du quotidien vont dans le même sens. Y compris  » l’universitaire » de service dont on ne comprend pas quel est son apport ? Il répète l’antienne de la gauche, sorte de discours bisounours qui gomme tout bilan, toute responsabilité. Enumére des banalités mille fois entendues.

Certes, Nicolas Sarkozy lui même a indiqué à Toulouse s’agissant de ce discours de Grenoble  » si c’était à refaire, je ne le referais pas pareil  » . Mais le fond des questions posées demeure.

LES MESURES SARKOZY COMBATTUES par la BIEN PENSANCE LOCALE

Le « DL » (1/8/15) donne largement la parole le lendemain à Alain Carignon, Ancien Maire (REP) qui met les choses au point et les pieds dans le plat: « Les mesures préconisées par Ni­colas Sarkozy ont toutes été combattues par la “bien­ pensance” locale. Résultat? Deux ans après le discours de Grenoble, une expédition pu­nitive massacrait deux jeunes, les équipements publics conti­nuaient à brûler jusqu’au club de foot, l’économie souterrai­ne progresse, le taux de chô­mage des jeunes est devenu le double de la moyenne, les pa­rents contournent la carte sco­laire et désertent les établisse­ments scolaires du sud, les propriétaires sont spoliés car la valeur de leurs biens se dé­grade fortement. La gauche et les Verts refusent le bilan hu­main et financier de leur politi­que. »

LES PEINES PLANCHERS SUPPRIMEES, BAISSE du NOMBRE de DETENUS

Parmi les mesures préconisées par Sarkozy figurait l’extension des peines plancher aux multirécidivistes aux auteurs de violence aggravées. Il n’en est évidemment plus question puisque François Hollande a fait supprimer les premières. Et C.Taubira a réussi l’exploit de faire baisser de 2% le nombre de détenus l’année dernière. Personne ne pose la question de savoir si – à Villeneuve ou ailleurs -il n’y a pas de rapport de cause à effets avec le développement de la délinquance.

 » ON VA BIENTÔT NOUS REPROCHER de STIGMATISER GRENOBLE ou la DELINQUANCE est PARTOUT CHEZ ELLE »

S’agissant du discours de Nicolas Sarkozy, il se trouve donc un directeur honoraire de Sciences Po dont on connait le sens de l’équilibre , l’inévitable Olivier Ihl pour estimer que « localement, il reste la stig­matisation d’un quartier ! Quant à l’image de la ville, elle a été ternie par cette cor­rélation à la violence… » Alain Carignon lui répond dans une phrase mise en exergue par le DL : « Ce n’est pas stigmatiser un quartier que de dénoncer ses maux, sinon on va bientôt nous reprocher de stigmatiser Grenoble où la dé­linquance est partout chez el­le! »

LE DISCOURS de GRENOBLE N’A COÛTE LA VIE de PERSONNE…

Sarkozy , lui, n’est pas stigmatisé du tout! Alors que 5 ans après la ville et l’agglomération sont saisies d’une vague de violence sans précédent qui donc stigmatiser? Deux ans après le discours de Grenoble une bande a pu traverser toute Villeneuve à pieds, armée, pour conduire une expédition punitive et massacrer deux jeunes . La faute de Sarkozy?

Curieusement l’anniversaire du drame qu’a constitué la mort de deux jeunes en 2012, symbole de l’échec d’un nouvel urbanisme grâce auquel devait naitre un homme nouveau, est moins commémoré que le discours de Grenoble qui n’a coûté la vie de personne.Tandis que l’urbanisme et les choix politiques de la gauche pour Villeneuve ont tué.

AUCUN BILAN du RAPPORT INVESTISSEMENT/RESULTAT à VILLENEUVE

Le 20 juillet encore, le Conseil Municipal de Grenoble se gargarisait de grands mots, multipliait les  » droits  » ( au moins leur principe) se félicitait de disposer avec le CCAS du premier budget après Paris. Mais aucun des élus PS et Verts qui gèrent Grenoble depuis 20 ans n’a produit un quelconque bilan humain, économique, d’intégration, de sortie de la pauvreté des populations sur lesquelles ils se penchent avec tant de sollicitude affichée.

E.Piolle a envoyé 14 policiers municipaux le 15 juillet quartier de l'Arlequin pour faire démonter une piscine créée par les habitants privés de la piscine municipale des Iris. La faute de Sarkozy?

E.Piolle a envoyé 14 policiers municipaux le 15 juillet quartier de l’Arlequin à Villeneuve pour faire démonter une piscine créée par les habitants privés de la piscine municipale des Iris fermée par la municipalité. La faute de Sarkozy?

15 000 NOUVEAUX HABITANTS sur la PRESQU’ILE : ENCORE l’HOMME NOUVEAU…

Et pour cause. Il faudrait revoir les modèles. Remettre en cause la poursuite de la politique de densification qui ne permet pas l’organisation sereine du vivre ensemble. Or avec le quartier de la Presqu’ile , Grenoble s’enfonce dans l’idéologie. Sur cette zone, 15 000 habitants vont être les nouveaux cobayes de concepts définis par les penseurs de la gauche. Ceux qui savent comment ils voudront vivre. Il vont à nouveau faire leur bonheur, comme à Villeneuve.

DUBEDOUT (PS) DOIT SE RETOURNER DANS SA TOMBE

Les fautes des années 70 n’ont rien appris aux élus PS et Verts. Pourtant même Michel Destot (PS) dans un bref instant de lucidité, quittant la Mairie a reconnu que « l’urbanisme de ces années là n’a pas tenu ses promesses « . Dubedout (PS) doit se retourner dans sa tombe. Mais pourquoi continuer sinon pour constituer des réservoirs électoraux au détriment des populations?

DESTOT (PS) RECONNAIT  » DES DIFFICULTES »

Lequel Destot reconnait maintenant ( DL du 31/7)  » Dans certains quartiers, on n’a pas assez défendu la mixité sociale et on connaît aujourd’hui des difficultés » . Ah bon .  » Certains quartiers » ? Probablement beaucoup de quartiers à Grenoble . Et le Maire qui a eu 20 ans le pouvoir d’attribuer les logements avec l’aide des Verts/Ades ( R.Avrillier, M.Boileau au logement) n’a pas de responsabilité dans l’absence de « mixité « ? Encore un effort Michel Destot et dans quelques années vous serez lucide sur votre bilan.

E.PIOLLE (VERTS/PG) NE PASSE PLUS LES PORTES

Le pompon si on ose dire revient encore à Eric Piolle (Verts/PG). Il semble que dans son entourage proche plus personne ne peut l’arrêter. Seules les portes qu’il ne passe plus y parviennent. En termes politiques il faudra bien que les composantes de sa liste sonnent le tocsin avant qu’il ne soit trop tard pour eux et lui. Il plane trop autour de son nombril. Interrogé sur le « discours de Grenoble » et ce qu’il implique en critique du point de vue de la gauche, Eric Piolle  » crois que les gens ont surtout rete­nu ce qui s’est passé il y a quinze mois à Grenoble, on m’en parle très souvent « . (DL du 31/7) A savoir son élection de Maire!

Pour Alain Carignon  » l’indi­gence et la vanité de l’analyse d’Eric Piolle selon laquelle son élection et la fête des Tuiles ont changé la donne confir­ment l’inquiétude que suscite cette municipalité » ( DL du 1/8/) .

 » LA POPULATION EST LA SEULE VICTIME »

« La popula­tion est la seule victime d’une politique qui la prépare de­puis 40 ans à une société sans bornes, sans interdits, sans frontières, sans effort, sans sanctions. Une société qui n’existe pas. Elle aurait des raisons – en particulier les pro­priétaires du sud de la ville – d’engager une procédure col­lective en responsabilité con­tre ces élus qui leur ont tant menti  » explique encore l’Ancien Maire de Grenoble.

En effet ce n’est pas le « discours de Grenoble  » qui est un mensonge. Mais bien la promesse renouvelée d’un quartier qui n’a jamais été tenue par les élus PS et Verts lesquels sacrifient chaque fois une nouvelle génération sur l’autel de leur idéologie.

Photo: la piscine des Iris à Villeneuve a été fermée par la municipalité Piolle (Verts/PG) en juin, juste avant la canicule, faute de moyens de l’entretenir. La faute de Sarkozy?