VALEUR des BIENS: les GRENOBLOIS SPOLIÉS par les POLITIQUES MUNICIPALES

Publié par user1 le

La Chambre des Notaires dont le président est Me Ambrosiano a fait le point sur l’immobilier en Isére et confirmé la dégradation de la situation de Grenoble. Pour Grenoble et son agglo­mération, Me Gabriel Nallet explique pour les appartements anciens sur 2015 :  » Leur prix à Grenoble a continué à baisser (­1,9%). Et tout particulière­ment sur la ceinture greno­bloise au Pont ­de ­Claix (­4,5%), Saint ­Martin ­d’Hè­res (­6,8%), Eybens (­5,7%), Fontaine (­8%) ».

La gauche spolie ceux qui travaillent, les classes populaires de ces quartiers et de ces communes qui économisent pour se loger  et transmettre un biens à leur famille pour améliorer leur sort. Cette baisse de 2015 s’ajoute aux précédentes et aboutit à des pertes  de pouvoir d’achat considérables. Rappelons que dans la dernière décennie une ville comme Bordeaux a vu son immobilier gagner +33% !

La FNAIM avait aussi publié ses chiffres qui vont dans le même sens

La FNAIM avait aussi publié ses chiffres qui vont dans le même sens, sauf les grands boulevards et Berriat qui sont aussi à la baisse  avec la progression de la  prostitution et la violence à St Bruno

APRES le BIDONVILLE ESMONIN: ENCORE – 5% de la VALEUR des LOGEMENTS

Mais la baisse intra muros globale à Grenoble cache bien des inégalités.  Des quartiers comme Alliés Alpins qui a supporté le bidonville Esmonin pendant un an subit la plus grosse baisse,  5 % de la valeur des biens. Les grands boulevards , malgré le tram , mais envahis par la prostitution, une baisse de 4,1%. Il y a un rapport direct entre le laisser aller des municipalités et la valeur des biens. E.Piolle le sait bien.

GRENOBLE DÉGRINGOLE à la 11 EME PLACE

Grenoble était la 3 eme ville pour les prix de l’immobilier en 2005, elle dégringole à la 11 eme place et la chute devrait se poursuivre, les mêmes causes produisant les mêmes effets. A Villeneuve un militant Républicain cherche à vendre un appartement de 80 M2 ( place des Géants) et ne trouve pas acquéreur à 70 000 €…

Insécurité, malpropreté, déséquilibre social, bétonisation intensive sont les mamelles auxquelles s’abreuvent les élus PS/PC/Verts de Grenoble et de l’agglomération.

Les logements vacants à Grenoble représentent probablement la totalité de la demande en logements qui n'est pas de 14 000 ...

Les logements vacants à Grenoble représentent probablement la totalité de la demande en logements qui n’est pas de 14 000 …

9000 LOGEMENTS VACANTS: le CHIFFRE de l’ÉCHEC d’UNE POLITIQUE

Le résultat est sous leurs yeux: l’immobilier s’effondre . Ils ont donc mis fin à la vilaine  » spéculation ».  Mais selon eux, malgré encore 6000 logements construits pendant le dernier mandat Destot (PS)  , il reste toujours 14 000 demandeurs de logements. En paralléle sur le territoire de la ville de Grenoble le nombre de logements vides augmente de 1000 par an pour atteindre 9000 ! Les propriétaires écoeurés par la taxe foncière la plus élevée de France, les lois Duflot qui protègent toujours plus les mauvais payeurs, les menaces de réquisitions de logement et le blocage de loyers, ne louent tout simplement plus!

La Chambre des Notaires ne peut qu’énumérer des chiffres brut et ne pas se livrer à des commentaires déplaisants.

 » PAS UN BON INDICATEUR de la BONNE SANTÉ du TERRITOIRE » ( V.Delaunois)

Mais  cette situation a été dénoncée aussi par Vincent Delaunois: « Grenoble, et sa métropole, se trouve encore cette année en queue de peloton, avec des prix inférieurs en transaction à ceux de métropoles de taille équivalente.Certes, les consommateurs apprécient les prix bas. Mais ce n’est pas un bon indicateur de la bonne santé économique du territoi­re » avait expliqué le Président de la Faim de l’Isère (DL 20/2/16).

Cela n’empêche pas Eric Piolle et les Rouge/Verts d’accélerer en voyant le mur. Tous les ingrédients de cette politique qui échoue sont connus. Ses conséquences en terme d’appauvrissement de la classe moyenne se lisent d’année en année. Il n’en résulte aucune amélioration pour les plus modestes.

C.GARNIER et V.FRISTOT ( Verts/Ades) DEUX DOGMATIQUES AU LOGEMENT

L’agglomération Grenobloise sous la férule de Christine Garnier et Vincent Fristot (Verts/Ades) deux élus dogmatiques qui appliquent une politique idéologique sans jamais intégrer  la psychologie qui motive l’acquisition d’un logement – sécurité, prospérité, liberté- à laquelle ils sont étrangers , va donc poursuivre la bétonisation forcenée, contraindre à intégrer 50 % de logement social dans toutes les opérations, supprimer les parkings et ne jamais créer d’espaces verts significatifs. Ces derniers ont l’inconvénient de valoriser parfois les logements proches…

Les Grenoblois risquent de lire année après année ces statistiques désastreuses , sauf réaction de la population concernée qui pourrait en avoir assez d’être à la fois celle qui paie les impôts les plus élevés de France et en parallèle voit son patrimoine fondre comme neige au soleil .