UNIVERSITÉS: G.FIORASO accusée de « manque d’ambition  » et  » de bricolage »

Publié par Les Républicains 38 le

Les présidents d’université s’inquiètent ouvertement du projet de loi de Geneviève Fioraso en préparation. À travers toute la France universitaire c’est plus qu’un doute qui s’est insinué sur Geneviève Fioraso, c’est un hostilité forte pour une Ministre qui pensait transposer ses méthodes Grenobloises ( investissement publics, profits privés, opacité dans la gestion, connivence des partenaires et observateurs, copinage politique) à l’échelle nationale .
Mais ces petits arrangements entre amis ne peuvent pas être exportés. C’est de décisions, d’ambitions, de vision dont l’université Française a besoin.

LETTRE OUVERTE À LA MINISTRE

Première inquiétude  des Présidents d’Université : les moyens. « Comment mener une vraie politique sans une masse salariale stabilisée ? », résume la présidente de l’université Montpellier-III. Anne Fraïsse fait partie des quatorze présidents qui avaient adressé, mi-novembre, une lettre ouverte en ce sens à Geneviève Fioraso la Ministre de l’Enseignement Supérieur.

Le rééquilibrage des postes est jugé insuffisant par la CPU (Conférence des Présidents d’Université ) qui  évoque « une inquiétude majeure » sur les moyens.

DES UNIVERSITÉS INGOUVERNABLES

Les présidents d’université redoutent aussi que leurs établissements ne deviennent, selon un document de travail de la CPU,« ingouvernables ».

Nous avions clairement pointé l’usine à gaz prévue par Geneviève Fioraso spécialiste en dysfonctionnement.(G.FIORASO VEUT RÉTABLIR L’IMPUISSANCE À L’UNIVERSITÉ… ) N’ayant aucune expérience du privé elle cherche en permanence le plus petit dénominateur commun et de satisfaire tout et son contraire. Au détriment de l’efficacité. Sauf bien entendu pour ses proches.(de la BPI à l’économie Mixte à la Grenobloise: les dérives de la gestion G.Fioraso ) Tous ses résultats de gestion sont calamiteux, (ALPEXPO : M.DESTOT ET G.FIORASO DEVRAIENT ÊTRE DÉCLARÉS « GESTIONNAIRES DE FAIT ») ou auraient mérité une meilleure attention des autorités judiciaires (DESTOT / FIORASO : Pourquoi le rapport publié par Atlantico est une bombe ). Transposées à l’Université Française ses solutions produisent un fort rejet .

AFFAIBLISSEMENT DES DIRECTIONS, DYARCHIE AU SOMMET

 En cause dans les universités : la création d’un conseil académique censé fusionner les deux principaux conseils des universités, le conseil scientifique( CS) et le conseil des études et de la vie universitaire (Cevu).Dans le pré projet de loi,le président du conseil académique et celui de l’université seraient deux personnes différentes. D’où les craintes de la CPU d’ « affaiblissement » des équipes de direction et de « dyarchie » à la tête  de l’université .
Tout le contraire de ce dont nos universités ont besoin pour affronter la concurrence internationale.

le président de l’université de Versailles-Saint-Quentin -en-Yvelines, Jean-LucVayssière, y a vu « une volonté de revenir sur la loi LRU de 2007 [sur l’autonomie des universités,NDLR] ,le conseil académique étant destiné à agir comme contre-pouvoir au conseil d’administration »

UN PROJET DE LOI CHOQUANT

Pour Anne Fraïsse,le projet de loi est, de ce point de vue,« choquant par la suspicion qu’il introduit sur les présidents et leurs équipes». Dans son courrier, Geneviève Fioraso contrainte de céder au mécontentement, autorise finalement les universités à maintenir les deux conseils existants. « Les établissements décideront, confie la ministre. On laisse vraiment beaucoup de liberté. » « Il n’empêche qu’on n’est pas convaincu de la plus-value de ce conseil académique», résume Jean-Luc Vayssière. « On est en train de détricoter et de déstructurer les universités et on ne voit pas où l’on va complète Anne Fraïsse. C’est une loi dogmatique et idéologique.»

MANQUE D’AMBITION ET BRICOLAGE

« Ce pré projet manque d’ambition,on est dans le bricolage et dans les ajustements en termes de gouvernance », regrette Jean-Luc Vayssière.

( Source  » Les Échos) .

Bref un nouveau coup de massue pour « l’usurpatrice » selon  A. Vallini et M. Destot .Après ses échecs sur les autres sujets qu’il s’agisse des associations (G.FIORASO : « RIEN SUR LE FOND » selon les associations) des ingénieurs ,(LES INGÉNIEURS AUSSI, DÉçUS PAR G.FIORASO) à Saclay ( G.FIORASO CHUTE À SACLAY selon le « Nouvel Observateur « ) qui n’ont – il est vrai – guère été relevés ici…(G.FIORASO( PS) VOLE DE SUCCÈS EN SUCCÉS …( DL)) la condamnation de ses projets par les Présidents d’Université devrait amener à réfléchir localement.

Catégories : Actualité