THEÂTRE de GRENOBLE: la FIN de la DIVERSITE CULTURELLE

Publié par Les Républicains 38 le

L’uniformisation est en mode marche forcée à Grenoble . Palais des Sports, animations, festivals et maintenant Théâtre municipal : la municipalité Piolle (Verts/PG) ne veut entendre qu’une voix. On l’a vu avec le mois de l’Europe ou les 3 conférenciers – heureux hasard- partageaient les thèses de l’extrême gauche.

Au Palais des Sports les 3 jours cyclistes ou le Festival du Cirque ont disparu corps et biens. Le Tour de France aussi. Trop Beauf’, pas assez branché .Ils sont remplacés par le grand banquet de la journée des Tuiles.La III eme République relookée par un étrange mélange de marketing et d’idéologie. Les Grenoblois sont invités à fêter leur municipalité pré-révolutionnaire le 6 juin….A leur frais.

C’EST LA MORT des FESTIVALS QUI DEPLAISENT

Au passage des festivals ( « vous êtes bien urbain » ) les Musiciens du Louvre ou « Fort en Son » perdent leurs subventions comme la salle  » Le ciel ». Des spectacles sont déprogrammés. Tant et tant que la municipalité a sorti son carnet de chèques pour que M.Pokora n’annule pas le Palais des Sports: il ne serait resté que 2 manifestations au lieu de 3 sur les 50 annoncées par Eric Piolle!

Le Théâtre municipal passe aussi à la casserole. Il est mis fin brutalement à la venue du Théâtre privé. Guy Sisti, le directeur nommé par la municipalité Carignon, avait donné un nouveau départ au théâtre municipal avec un programme riche et diversifié ouvert au théâtre privé.

LUCHINI, HUSTER et CELINE, CAMUS C’EST FINI

Luchini, Huster et tant d’autres sont venus jouer à Grenoble et donner de beaux textes ( Céline, Camus..) . Le municipal était un acteur fort de la diversité culturelle Grenobloise et le succès des abonnements en témoignait. Cette tradition s’était déjà affaiblie avec la municipalité Destot/Safar (PS) qui souhaitait restreindre la programmation mais l’année dernière encore le théâtre de la rue Berlioz recevait Francois Berleand, Mathilde Seigner, Julie Depar­dieu, Francis Huster, Samuel Le Bihan, Claude Rich ou en­ Martin Lamotte.

LA DIRECTRICE EST  » RENFORCEE  » par UN CADRE d’EYBENS …

C’est fini. Les Grenoblois voient aussi sur ce plan leur possibilité de choix se réduire encore. La censure progresse par tous les canaux. Olivier Bertrand et Corinne Bernard ( Verts/Ades) sont à la manœuvre.D’ailleurs la directrice nommée par Destot/Safar, Evelyne Augier-Serive a été « renforcée » par la nomination d’’Emmanuel Cu­ry », qui revient d’Eybens la ville de Francie Mégevand ( ext gauche) co-présidente du groupe avec E.Piolle à la Métro…

LE BOULET BERNARD ( Verts/ADES) N’A PAS TENDANCE à se REDUIRE

La brave Corinne Bernard explique à tout le monde que le théâtre municipal coûte trop cher du fait de son nombre élevé de personnel rapporté au nombre de représentations et commence par augmenter les frais de fonctionnement ! Et la seconde mesure sera d’ouvrir la jauge de 600 places à des troupes qui ne peuvent pas la remplir. Le boulet Bernard n’a pas tendance à se réduire.

M.LAMOTTE :  » UNE IMMENSE BÊTISE »

Apprenant cette orientation l’année dernière le comédien Martin Lamotte avait déclaré au « DL »: « Je suis en colére parce que la décision qui est prise, c’est une immense bêtise, le genre de bêtises dont nos élus francais sont des spécialistes. C’est tout ce que je déteste. Quelle stupidité? ! Vraiment, quelle mécon­naissance de ce qu’est le spectacle vivant ! Fermer les portes du Théâtre de Grenoble au théâtre popu­laire parce qu’il vient de Pa­ris, car c’est bien de cela qu’il s’agit, c’est pénaliser le public ».

Les Grenoblois qui veulent voir autre chose – ils étaient encore 20 000 l’année dernière- devront aller à Voiron ou à Lyon. Pour cette dernière ville ils sont déjà attirés pour faire leur courses dans une ville plus propre, ils pourront aussi aller au théâtre.

ON PEUT RIRE de TOUT à GRENOBLE, SAUF de l’EXTRÊME GAUCHE

Evidemment la municipalité a sauvé un parisien et n’a pas regardé son coût rapporté aux frais de fonctionnement du Théâtre: l’inévitable Stéphane Guillon .Il n’y aura pas de vraie diversité des comiques non plus même si Anne Roumanoff a droit à deux dates en 2016. Comme au temps de l’URSS ,les artistes officiels bénéficient de l’argent public des municipalités de Gauche. On peut donc rire de tout à Grenoble. Sauf de l’extrême gauche et de Piolle. ( cf Singapour) .

Photo: Stéphane Guillon, un des rares parisien retenu par la municipalité Piolle (Verts/PG) . Etonnant ?

Catégories : Actualité