SUD de l’AGGLO: la CONCENTRATION de la DÉLINQUANCE INQUIÈTE les HABITANTS

Publié par user1 le

Le tramway a encore été attaqué dans le sud de l’agglomération grenobloise samedi soir dans le quartier des Granges ou des agents des HLM avaient été aussi agressés récemment. C’est dans ce secteur que E.Piolle (Verts/PG) et R.Sulli (PC) ont trouvé la solution pour solder les expositions et les congrès à Grenoble: construire 400  logements supplémentaires pour réduire Alpexpo à la dimension du Palais des Expositions de Chambéry. Densifier encore un quartier ou ils ont si bien réussi.

Au village Olympique vendredi soir les habitants ont à nouveau alerté la municipalité sur la dégradation. Ils ont réclamé qu’on « change les attributions de logements » ( DL du 22/5/16) puisque tout le sud de la ville a été déclassé par 20 ans d’affectation de logements par la gauche et les Verts. Evidemment Maryvonne Boileau (Verts/Ades) présente pour répondre n’a rien voulu entendre de sa responsabilité passée – elle a présidé 6 ans l’OPHLM de 2001 à 2008-  ni de celle des élus Verts/Ades , ni accepté de prendre des mesures  pour l’avenir.

LES OCCUPATIONS ILLICITES de l’ESPACE PUBLIC SE MULTIPLIENT

Résultat les occupations illicites des espaces publics place Lionel Terray, à Vigny-Musset sont régulières et personne ne passe à l’action. Les correspondants de nuit étaient censés ne s’occuper que des immeubles – et encore n’ont ils aucun rôle répressif- mais, face au mécontentement, Elisa Martin (PG) a laissé croire aux habitants qu’ils pourraient intervenir sur l’espace public .

Au passage si on comprend bien le Village Olympique sera exclu du programme de rénovation de l’Anru 2 comme il a été exclu de l’Anru 1 ( Destot/Safar PS).

TOUTE LA VILLE SUBIT LA DÉLINQUANCE

Les réunions du Conseil de Prévention de la Délinquance de Villeneuve dont les comptes rendus ne sont pas rendus publics mais qui a été publié grâce à un lanceur d’alerte  disent aussi ce qu’il en est de l’insécurité endémique et de la paupérisation du quartier phare de la gauche et des Verts qui compte parmi les 9 les plus en difficultés de France. Quel bilan!

Bien entendu la délinquance n’est pas réservée au sud de Grenoble. Toute la ville est soumise à un régime très difficile, y compris le centre mais également Berriat/ST Bruno, les Eaux Claires et bien entendu Mistral.

« IL EST TRES DIFFICILE de VENDRE SON LOGEMENT »

Mais en réclamant des espaces verts les habitants de Vigny-Musset pointaient la bétonisation folle de la ville engagée par la municipalité Destot et poursuivie fanatiquement par la municipalité Piolle. « Il est très difficile de vendre son logement « lancé un habitant. Pas loin, place des Géants un appartement de 80 M2 ne trouve pas acquéreur à 70 000 €!  La gauche et les Verts appauvrissent aussi, spolient la classe moyenne par un urbanisme dément .

M.DESTOT (PS) : « L’IDÉE D’UNE CITE IDÉALE… »

En étendant cette politique à toute la ville – Bonne, Bouchayer-Viallet, Berriat, la presqu’ile, l’esplanade – les élus savent bien qu’elle produira les mêmes effets. Les superlatifs employés pour les 15 000 futurs habitants de la presqu’ile ressemblent comme une goutte d’eau à ceux utilisés pour lancer Villeneuve: « Il s’agit de l’approche de la ville de demain, celle qui favorisera mixité, mutualisation, respect de l’environnement et lien social. C’est bien l’idée d’une cité idéale qui favorise l’épanouissement et le bonheur de chacun. Il y a une immense volonté de remettre (enfin) de l’humain dans la ville. De retrouver un sens. De réinjecter de la solidarité, du vivre en commun. De brasser des populations. On réinvente le vivre ensemble » déclarait Michel Destot pour lancer la presqu’ile.

… SANS ESPACES VERTS, SANS STATIONNEMENT, SANS VOIRIE NOUVELLE

Un quartier sans espaces verts, un stationnement à la portion congrue, au carrefour des grandes voies autoroutières en bordure desquelles il n’est pas recommandé de construire si l’on veut protéger la santé des habitants selon Air Rhône-Alpes, et évidemment en passant de 50 000 à 120 000 déplacements sans une voiture supplémentaire selon nos phares locaux à qui on doit faire confiance!

Bref après avoir échoué au Sud, la gauche et les Verts répètent les mêmes fautes au nord. La situation s’aggravant à Grenoble du fait de l’abandon de toute politique répressive. Plus les communes voisines s’équipent et agissent plus le risque de la concentration de la délinquance à Grenoble augmente.

ST EGREVE, ST MARTIN le VINOUX S’ÉQUIPENT : la DÉLINQUANCE SE DÉPLACE à GRENOBLE

Quand une commune comme St Egrève signe une convention de coordination entre la police municipale e et la gendar­merie nationale  et passe à la « phase opératoire en vidéosurveillance » comme l’a annoncé Catherine Kamowski.  D’autant que le Maire de St Egrève a précisé « au précédent mandat, j’étais contre. Mais j’ai vu com­ment ça se passait dans les communes y ayant recours, et au vu de l’évolution de la dé­linquance, notre municipalité actuelle a estimé qu’il fallait installer des caméras de sur­veillance à des endroits précis et annoncés ». Cela n’échappe pas aux voyous qui émigrent alors sous des cieux plus cléments.

LES HABITANTS de ST MARTIN le VINOUX VICTIMES des « RÊVES  » de Y.OLLIVIER (PS)

Même à côté à St Martin le Vinoux le Maire (PS) Yann Ollivier ne peut plus tenir face à la montée du mécontentement de la population, les cambriolages notamment ayant battu des records. Au passage les habitants ont été victimes de son « vieux rêve de mes années de droit » qui le rendait hostile à la vidéo protection. Toujours cet égoïsme de gauche qui fait passer ses désirs personnels au dessus des réalités concrètes. La commune a donc commencé à installer des caméras et entend continuer:  » les caméras rassurent les gens et déplacent la délin­quance  » affirme Yann Ollivier.

C’est là que le bât blesse Grenoble. Plus les municipalités s’équipent atour d’elle, plus la délinquance se déplace et se concentre dans la ville centre ou les mouvements ne sont pas surveillés.

E.PIOLLE en FLAGRANT DÉLIT:  » LA VIDÉO SURVEILLANCE N’A PAS EMPÊCHÉ L’INCENDIE de PREMOL »

Interrogé par Jérôme Bertrand, un lecteur du DL (30/4/16) Eric Piolle reste accroché au dogme mais reconnait implicitement que l’équipement des autres  à des conséquences négatives à Grenoble : « les caméras rassurent les gens et déplacent la délin­quance ».

Comme à son habitude il y était allé  fort aussi dans la grosse caisse du mensonge. Affirmant notamment que « la vidéo surveillance n’a pas empêché l’incendie du Théâtre Prémol ». Alors qu’il est intervenu bien après l’annonce par la municipalité Piolle que les caméras seraient démontées et n’étaient de toute façon pas regardées. L’annonce très médiatisée n’était pas passée inaperçue et même reçue 5 sur 5 par la délinquance. Les caméras avaient perdu tout pouvoir de dissuasion et ne servaient même plus comme moyen d’élucidation.

GRENOBLE: + 63 % de DÉLINQUANCE PAR RAPPORT à la MOYENNE

Le fait que la délinquance à Grenoble soit de 63% supérieure à celle des villes comparables clôt évidemment tout débat sur ce sujet.  Il est simplement à craindre pour les habitants que la dégradation s’accélère. La conjonction d’un urbanisme bétonneur, d’un refus de répression de la délinquance, d’un soutien à toutes les formes d’expression de l’extrême gauche qui font porter à « la société  » la responsabilité de toutes les difficultés des individus peut créer une situation explosive.