REVELATION: PIOLLE (Verts/PG), LES BENEFICES à SINGAPOUR ?

Publié par Les Républicains 38 le

Suite à notre révélation selon laquelle la société notamment fondée par Eric Piolle avait des clients dans les paradis fiscaux dés son origine – ce que le nouveau Maire de Grenoble ne pouvait donc ignorer – d’autres éléments très troublants ont été relevés.

D’étranges montages financiers et administratifs  sont intervenus alors qu’Eric Piolle était déjà  élu Maire (Verts/PG) de Grenoble et toujours actionnaire de la société.

Le tribunal de Commerce de Grenoble a en effet enregistré  avec date d’effet au 1 juin 2014 le fait que  la société « Prax Value SAS » est devenue Présidente de la société « Raise Partner SAS » dans laquelle Mr Eric Piolle, co-fondateur, est l’un des associés depuis 2001 et son épouse cadre dirigeante.

UNE SOCIETE EN PRESIDERA UNE AUTRE

Une  société en présidera donc une autre: cela est possible mais exceptionnellement rare sauf par nécessité majeure ! La Sté « Prax Value SAS » ayant un actionnaire unique en la personne de François Oustry, PDG démissionnaire de « RAISE Partner Grenoble » mais toujours PDG de « RAISE Partner Londres » (autre lieu très prisé des sociétés offshore qui fuient le fisc de leur pays) et surtout de « RAISE Partner Pte Ltd » de Singapour (un paradis fiscal réputé)  qui est le principal actionnaire de « RAISE PARTNER Grenoble ».
Il est aussi PDG de « PRAX Value SAS » qui est maintenant le PDG de « RAISE Partner SAS » . Allez comprendre le pourquoi d’un tel imbroglio ?

L’ENTREPRISE GRENOBLOISE NE CUMULE QUE DES PERTES

Le plus frappant pour cette entreprise censée vendre des logiciels qui permettent aux investisseurs financiers de minimiser les risques financiers, est qu’elle ne cumule que des pertes.  Constituée en 2001 par des Grenoblois – dont Eric Piolle – qui ont expliqué vouloir passer de la prévention de risques type l’aviation en zone de turbulence ou les risque sismiques aux risques financiers, elle n’a jamais fait de bénéfices.

Conseiller à des investisseurs comment  se prémunir contre des risques financiers grâce à des logiciels – c’est-à-dire à éviter de perdre leur argent – ne semble pas leur réussir quand à leurs propres investissements ! (Revelation: La SOCIETE de PIOLLE GERE LES RISQUES pour les FINANCIERS !

AU MOIS D’AOÛT 2013 , 882 000 € DE NUMERAIRES

Si bien qu’à une date  qui n’avait pas à priori vocation a favoriser une importante publicité  – le 2 août 2013 – un discret journal d’annonces légales, L’Essor, publiait une information selon laquelle le capital social de « RAISE Partner SAS » était augmenté d’une somme en numéraires de 882.490.35 € afin de combler les pertes cumulées de la société d’un montant total de plus de 1 million 350 mille €!

LES PERTES PRECEDENTES AVAIENT DEJA ETE COMBLEES

Des pertes précédentes avaient déjà été comblées par des apports multiples en numéraires. Le « jeu » consiste en l’augmentation du capital qui est immédiatement diminué des pertes comptables de la Sté « RAISE Partner Grenoble » .
Ce Yo-Yo financier s’est produit à plusieurs reprises en 13 ans d’existence.

Pour les experts financiers chargés de surveiller la santé des entreprises  « la situation financière de « RAISE Partner SAS »et de son nouveau PDG « PRAX Value SAS » est très critique et les pertes très conséquentes par rapport au capital et au chiffre d’affaires.

OU SONT LES BENEFICES ?

Il est donc conseillé une prudence relationnelle avec les 2 sociétés »  dont Madame Piolle est l’un des dirigeants clefs: elle est la directrice du Développement et du Conseil.Ce n’est pas rassurant pour les Grenoblois par rapport aux capacités de gestion de leur  nouveau Maire… A moins que….

Mais pourquoi donc cette société est elle systématiquement renflouée dans ces conditions ?  Parce que ses fondateurs et partenaires y croient malgré les résultats négatifs cumulés depuis tant d’années (13 ans) ?

Ou bien parce que les éventuels bénéfices ne sont pas réalisés en France ?

UNE CREANCE de SINGAPOUR SUR GRENOBLE

Le groupe « Raise Partner » a des clients dans de nombreux pays, dont  des paradis fiscaux comme les Iles Caïmans et Guernesey mais elle a également elle même des filiales dans des pays « paradis fiscaux » .(SCANDALE: Les CLIENTS d’E.PIOLLE ( Verts/PG) A GUERNESEY et aux ILES CAÏMANS

En effet la Sté Grenobloise « RAISE Partner SAS », dirigée par François Oustry, a aussi des filiales dans d’autres paradis fiscaux: une à Singapour et une à Londres, portant le strict même nom .

Ces dernières , « Raise Partner Private Limited » sont très certainement des filiales offshore.

Celle de Singapour détient une créance de 1 million 492 mille Euros sur « RAISE Parter SAS » Grenoble, créance dûment enregistrée aux services des impôts locaux.

Cette situation a pour résultat que Raise Partner SAS de Grenoble qui est en perte ne paie pas d’impôts en France . En paie t elle ailleurs?

A ce stade nous ne pouvons que nous poser des questions sur ces montages dont on ne peut contester -à priori- la légalité.

L’ECONOMIE REELLE A PEU de PARTS DANS CES MONTAGES

Il faudrait avoir la capacité de « détecteurs de failles » comme R. Avrillier (Verts/ades) et ses amis pour savoir si des éléments ressortent de l’évasion fiscale ou sont simplement de l’optimisation fiscale…

La seule certitude est que le « monde de la finance » qu’Eric Piolle a tenu a pourfendre dés le deuxième conseil municipal en condamnant le futur Traité Transatlantique, ne lui est pas étranger et le libéralisme financier, la circulation des capitaux ne lui font pas peur.

« L’économie réelle » – n’ayons pas la cruauté d’évoquer l’emploi – a bien peu de part dans ces mécanismes financiers.

E.PIOLLE AFFIRME QUE C’EST POUR  » REGULER la FINANCE » !

En effet dans aucun document de « Raise Partner », de « Prax Value », des filiales il est question de conseiller seulement les financiers qui investissent dans l’économie responsable, écologique ou solidaire. Encore moins évidemment question de logiciels de  » régulation financière  » comme Eric Piolle l’a affirmé à 20Minutes.fr. au détriment de toute vérité. Ces mots là sont utilisés seulement dans la rhétorique politique de la gauche, des Verts et de l’extrême gauche.

Des citoyens et militants de l’UMP Grenoblois poursuivent leurs recherches pour comprendre comment fonctionne cet entrelacs de sociétés dont le Maire de Grenoble est partie prenante directement et indirectement.

LES GRENOBLOIS ONT ETE CYNIQUEMENT TROMPES

Sans autre objectif que la transparence et la vérité sur les faux semblants. Sans autres moyens que quelques heures dans la journée ou le soir face aux grosses caisses de la gauche, des Verts/Ades  et de l’extrême gauche solidement installés à la tête de toutes les collectivités et institutions locales.

Mais d’ores et déjà, à ce stade, on voit mal comment Eric Piolle et la gauche ne tireraient pas les conséquences de ces révélations. Les Grenoblois ne peuvent accepter d’avoir été aussi cyniquement trompés.