Selon Manuel VALLS: LES PROFILS DES TERRORISTES et ceux des bandes de Villeneuve se ressemblent

Publié par Les Républicains 38 le

« Les profils des terroristes ressemblent à ceux des trafiquants de drogue ou à ceux d’Échirolles . Il n’y a pas d’un côté la délinquance, de l’autre le terrorisme , les deux peuvent se rejoindre «  déclare Manuel Valls Ministre (PS) de l’Intérieur au « JDD » (7/10/12) .Évoquant le démantèlement d’une cellule terroriste qui a fait un mort .

Imagine t on les cris d’orfraies qu’auraient poussé les élus PS ( « proches  » de Valls !) et Verts de Grenoble si un Ministre de droite avait prononcé ces mots, assimilant quartier, une délinquance et le terrorisme .

ET LES MOYENS ?
Par contre un constat de ce type et les dangers qu’il recèle appelle à la mise  œuvre de moyens  importants ( ZONE DE SÉCURITÉ PRIORITAIRE À GRENOBLE : TOUJOURS RIEN SUR LES MOYENS ) et  semble en totale contradiction avec l’angélisme manifesté par l’Adjointe PS chargée du quartier Hélène Vincent qui allait récemment à l’Arlequin au nom de Michel Destot  expliquer aux «  jeunes «  qu’on allait bientôt leur remettre un récépissé si on désirait les contrôler…( VILLENEUVE , FAUX « CHERCHEURS  » ET VRAIES CONTRE VÉRITÉS.Le cas C.Jacquier ) .

LE COUP EST RUDE

Le même jour ou Manuel Valls appuie ou ça fait mal le correspondant du «  Monde «  à Grenoble Benoit Pavan livre dans sa première partie un papier plutôt «  socio-cu «  sur le quartier . Comme on voit depuis 40 ans dans la revue de presse accumulée .

Il évoque «  l’esprit des acteurs qui oeuvrent au quotidien  dans cette zone sensible du sud de la ville … »

Pour lui «  le coup est aussi rude pour la municipalité de Grenoble qui ne cache pas de voir se fissurer le travail entrepris après les événements «  ( les émeutes de 2010 NDLR)

DU COPIER COLLER

«  Depuis cet épisode de violences urbaines , l’enveloppe destinée à maintenir à flot le tissu associatif du quartier et ses centres sociaux s’est étoffée . les équipes d’animateurs socioculturels ont été renforcées. Les évènements ont également créé un terreau propice à l’émergence de collectifs d’habitants désireux de recréer du lien social … »

Bref plutôt un copier coller  de ce qu’on lit depuis 35 ans en consultant les revues de presse .

UNE HABITANTE : « UN NID À SUBVENTIONS »

Il faudrait se poser la question du « Pourquoi  » un quartier conçu par le PS pour « le lien social « le quartier auquel  les municipalités ont consacré le plus de frais de fonctionnement produit il un tel bilan ? Car les moyens donnés à l’associatif , des habitants,  sous couvert d’anonymat disent ce qu’ils en pensent .D’une habitante : »La Villeneuve est un nid à subventions. Les associations se gavent et on ne voit jamais le résultat de leur travail ! Et on va nous enlever le marché, les assistantes sociales ».( DL) ( VILLENEUVE DE GRENOBLE : LE TRISTE BILAN DU PS et de la MUNICIPALITÉ DESTOT )

UNE EXPÉDITION PUNITIVE SANS ALERTE

S’agissant de ce » tissu » comme l’a dit un jeune habitant, Romain ,à l’AFP, comment une horde armée peut elle traverser tout Villeneuve pour une expédition punitive sans qu’à minima un téléphone portable sonne l’alerte ?

Car Benoit Pavan , dans la seconde partie, le constate aussi avec précaution et sous forme de litote «  tous les efforts d’insertion, de socialisation et de sécurisation des habitants amorcés n’ont pas porté leurs fruits «  oubliant que cette «  amorce «  à 40 ans et que Michel Destot en est directement responsable depuis 18 ans !

LES ASSISTANTES SOCIALES PARTENT POUR DES RAISONS DE SÉCURITÉ

Citant aussi Hélène Vincent (PS) qui pointe , elle, «  l’instabilité des professionnels de terrain et des partenariats compliqués «  sans s’interroger sur les causes évidente de cette instabilité et sans corriger les «  partenariats compliqués «  alors que le PS détient tous les pouvoirs. D’ailleurs elle conserve sa cécité sur le passé et l’avenir en poursuivant ce qui a échoué estimant «  que ce drame arrive au mauvais moment , les choses commençaient à s’enclencher «  ( !).

Alors pourquoi comme le reconnaît « Le Monde » «  ces propriétaires qui peu à peu quittent leurs appartements lassés des incivilités , beaucoup d’éducateurs refroidis par leurs conditions de travail ( lesquelles ? NDLR) ne restent pas dans le quartier . Des assistantes sociales qui y travaillaient sont sur le point d’être délocalisées , à leur demande, en périphérie de la cité pour davantage de sécurité … »

L’IDÉOLOGIE DE 68 POUSSÉE À L’ABSURDE ET QUI FAIT MAL

On continue d’effleurer la vérité. On refuse le constat . Celui-ci exigerait de reconnaître l’échec d’un projet porté par toute l’idéologie de 68 incarnée politiquement par la coalition PS/Verts . Cette reconnaissance tardive signifierait qu’on a sciemment sacrifié des générations sur l’autel de ce dogme de la cité quasi radieuse dont devait sortir la mixité sociale et la socialisation des individus .  Elle signifierait surtout la fin d’un réservoir électoral qui est hors du commun dans une démocratie « normale « .
Voilà pourquoi le PS et les Verts s’accrochent à une fiction .

C’EST TOUJOURS PLUS GRAVE CHAQUE FOIS

Pourtant à chaque étape de la descente aux enfers un signal est donné . Cette fois c’est encore un acteur de terrain qui le dit : «  c’est plus grave encore que les émeutes «  affirme Denis Setboune qui dirige une équipe de médiateurs charges d’intervenir la nuit tombée pour régler «  les griefs de voisinages dans la cité «

Une fonction qui en dit très long sur les moyens mis en œuvre par rapport au reste de la ville et surtout sur l’échec de l’ambition initiale .

 

 

Catégories : Actualité