L’exemple Destot : locataire au Sud , propriétaire au centre ville

Publié par Les Républicains 38 le

Claire Guélaud journaliste au « Monde » a publié  sous le titre  » la transparence c’est pas maintenant  » un article ( 13/7)  indiquant que la commission des finances de l’Assemblée vient de rejeter  la proposition du député centriste Charles de Courson (UDI) de fiscaliser la part de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) non utilisée à des fins professionnelles par les Députés.

Avec ce rejet, dés leur entrée en fonction,  on mesure la volonté de transparence qui anime la coalition PS/Verts !
L’indemnité représentative de frais de mandat se monte à 6 412 euros brut mensuels par Député
Elle sert, selon les documents de l’Assemblée nationale <http://www.assembleenationale.fr/connaissance/fiches_synthese/fiche_17.asp  à « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice » du mandat de député « qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’Assemblée ».

Versée sur un compte séparée, l’IRFM vient en complément de l’indemnité parlementaire de 7 100 euros brut et du crédit pour l’emploi de collaborateurs (9 138 euros brut) et des moyens matériels mis à leur disposition pour travailler (ordinateur, téléphones, fax, etc…).
LA POSITION DE MICHEL DESTOT
De plus rappelons que les indemnités  des élus cumulant des postes tels Michel Destot , André Vallini et Geneviève Fioraso ( avant sa nomination au gouvernement ) sont plafonnées (8 100,48 euros ) . Ces 6400 E  non fiscalisés s’y ajoutent .
Mais pour Destot on peut se poser la question de savoir si cette «  IRFM « n’a pas pour conséquence de rendre inefficace la loi sur le plafonnement des revenus ?
En effet le citoyen Destot a constitué une SCI qui a acquis par emprunt des locaux 24  avenue Alsace Lorraine à Grenoble . Cette SCI a loué au Député Michel Destot  ses locaux au coût du remboursement de l’emprunt. Le Député Michel Destot a réglé la location sur sa dotation « IRFM » …Le citoyen Michel Destot est devenu propriétaire selon un montage « classique « par SCI interposée.

UN PATRIMOINE IMMOBILIER ACCRU
On connaît la méthode de Michel Destot s’agissant des fonds publics . Son expérience de la privatisation d’un service du CEA est connue .  Elle avait conduit au dépôt de bilan sans dommages pour les actionnaires ( M .Destot ; S. Siébert, G. Fioraso compagne de S.Siébert étant Directrice commerciale )  (DESTOT / FIORASO : Pourquoi le rapport publié par Atlantico est une bombe )

Mais les électeurs de la 3 eme circonscription étant plus fiables que les clients publics de sa société , et surtout les dépenses de son siège de Député étant plus facilement maîtrisées puisque tout est pris en charge par l’Assemblée Nationale « la gestion « de cette SCI a été plus aisée .
En tout cas le résultat est là : le patrimoine immobilier du citoyen Michel Destot s’est accru de ces locaux avenue Alsace Lorraine et éventuellement ses revenus grâce à la location… du Député Michel Destot .
Évidemment les remarquables «  dénicheurs de failles , spécialisés dans les recours judiciaire «  la nébuleuse « écologie et solidarité en actes, ADES, Verts, Alternatifs « ( etc…) ont couvert cette pratique d’autant plus aisément qu’ils attendaient du PS la constitution d’un groupe au Sénat et à l’Assemblée Nationale pour en profiter plus nombreux ( LE BEAU CONTE DE FÉES DU « NOUVEL OBS’ » SUR LES « ÉCOLOS « GRENOBLOIS )

LOCATAIRE AU SUD ….

Ainsi dans la série «  faites ce que je dis pas ce que je fais «  Michel Destot est un superbe exemple . Député du sud de la ville depuis 24 ans , il est locataire de son logement dans un immeuble  aidé à sa construction ….

….PROPRIÉTAIRE AU CENTRE VILLE
Mais  il a choisi d’acquérir ses bureaux de Député (selon la méthode décrite)  au centre ville de Grenoble , Avenue Alsace Lorraine . Pas à Villeneuve dont il est le Député . Ni à Mistral,  Teissere ou  au Village Olympique . Pas même à Alliés Alpins .

Est-ce à dire qu’il pense que les plus values réalisées à la revente sont plus intéressantes au centre ville que dans les quartiers Sud ?

Ce serait en contradiction – aussi – avec le discours de confiance sur la politique municipale  à l’égard «  des quartiers «  . .  N’est il pas – également – contradictoire d’avoir implanté sa permanence de Député loin des électeurs et de leur imposer des déplacements inutiles ? À moins que ce ne soit volontaire ;  Estimant les électeurs de gauche de la circonscription « captifs » le mieux était de ne pas en être trop proche, le facteur immobilier étant , lui,   primordial .

SOUMIS À LA COMMISSION DE LA MORALISATION

En ce 14 juillet où il est beaucoup question des valeurs de la République, d’égalité et de fraternité  l’article du « Monde »  démontre que le PS et ses alliés en sont bien éloignés.
L’annonce d’une «  énième «  commission sur la «  moralisation de la vie publique «  par François Hollande , présidée par Lionel Jospin ne nous inspire pas confiance . Mais puisqu’elle doit étudier la question des conflits d’intérêts nous allons lui soumettre les parcours de Michel Destot et de Geneviève Fioraso à l’aune de leurs pratiques  de «  l’économie mixte «  .