SCANDALE D’ALPEXPO: le Procureur est saisi d’une demande de gestion de fait contre M.Destot

Publié par Les Républicains 38 le

Rebondissement dans le dossier du scandale d’Alpexpo. Un jeune contribuable Grenoblois, Alexandre Roux, également membre de l’UMP a décidé de saisir le Procureur de la République d’une éventuelle  » gestion de fait  » d’Alpexpo par Michel Destot Député Maire (PS).

En effet tous les faits publics qui entourent ce qu’il convient de nommer le  » scandale  » d’Alpexpo  démontrent l’implication personnelle de Michel Destot. (3/ ALPEXPO: les scandales de la gestion PS, factures sans commandes,placements chez Madoff) Tous les juristes s’étonnent de son absence de mise en cause quand on sait ce qu’il en est de la législation sur les  » gestions de fait « .

G.FIORASO ET M.DESTOT ONT RECRUTÉ G.CHANAL

Il est établi qu’Alpexpo n’a pas recruté Guy Chanal comme Directeur suivant la procédure du cabinet qui était chargé de la sélection du candidat mais sur injonction personnelle de Geneviève Fioraso et Michel Destot . Première intrusion d’un tiers dans la gestion d’une société.

C’est ensuite à Michel Destot que Guy Chanal adresse une note sur les salariés, les fins de contrats et c’est le Maire qui refuse la démission du directeur et décide d’augmenter son salaire autant d’actes de gestion de la société alors qu’un seul d’entre eux suffit à établir la gestion de fait(.4/ ALPEXPO : la note de GUY CHANAL qui accable M.DESTOT)

LES DÉNICHEURS DE FAILLES ONT FERMÉ LES YEUX

On note au passage que les « dénicheurs de failles » qui siégeaient à Alpexpo jusqu’en 2008 ( Pierre Kermen) n’ont jamais saisi la justice ensuite ne pouvant ignorer ces faits.(2/ ALPEXPO : POURQUOI LES VERTS/ADES FERMENT LES YEUX SUR LE SCANDALE)

S.ZIMÉRO ( EX PJ ) REPREND DU SERVICE PAYANT

Il est donc intéressant d’observer ce qu’il en est du fonctionnement de la justice et de l’attitude de ceux qui l’actionnent  compte tenu de ces faits et de l’histoire Grenobloise. Ce qu’on a observé jusque là s’agissant de Roger Jourdan , du SMTC n’est pas totalement rassurant.(Grenoble.JUSTICE,PS,TA: de nouveaux éléments sur la confusion des sentiments)

Mais en l’occurrence il semble difficile d’écarter d’un revers de main cet ensemble de données dont certaines certifiées par huissier et de les classer verticalement .

M.Sydney Ziméro , ex Commandant de la Police Judiciaire de Grenoble , appelé au cabinet de Michel Destot après son départ à la retraite de la PJ alors qu’il avait instruit en son temps le dossier Corys, aurait été appelé à reprendre du service comme consultant  rémunéré de la ville .( S.Ziméro ( ex PJ) reprendrait du service pour M.Destot) Car il a conservé y compris quand il était au cabinet du Maire des liens personnels avec ses anciens collègues. On veut croire qu’il ne s’agit que d’une coïncidence – encore- et que l’autorité Judiciaire fera son travail en toute indépendance.DESTOT / FIORASO : Pourquoi le rapport publié par Atlantico est une bombe

Alexandre Roux saisit le Procureur de la République de Grenoble en ces termes .

A.ROUX AU PROCUREUR : LE MAIRE A ÉTÉ INFORMÉ EN DÉTAIL DE LA SITUATION

« Monsieur le Procureur de la République,

« De très nombreuses informations sont rendues publiques s’agissant de la gestion d’Alpexpo. Un ancien Secrétaire Général révèle qu’il était demandé la présentation de faux comptes, des rapports officiels établissent que des factures étaient payées sans bons de commandes, des prestataires répétitifs désignés sans appels d’offres, un mandataire social de la SEAM indique que le Maire de Grenoble a été informé en détail de la situation dès 2009 par une note certifiée par huissier.

« La divulgation de ces informations peuvent faire craindre la disparition de preuves,l’établissement de justificatifs à postériori.De plus elles établissent que le Directeur Général d’Alpexpo a été choisi hors de la procédure diligentée par la SAEM qui avait chargé un cabinet de recrutement de la sélection, le cabinet LIGHT et imposé personnellement par Geneviève Fioraso alors nouvelle administratrice d’Alpexpo depuis mars 2007, en qualité de Premier Vice-Président de la Métro et d’Adjoint au Maire chargé de l’Économie.

LES ACTES DE MICHEL DESTOT  EN FONT LE DIRIGEANT DE FAIT DE LA SOCIÉTÉ

« Le fait que Michel Destot ait été informé à chaque étape des problèmes de la gestion d’Alpexpo, ait personnellement refusé la démission  du directeur général, décidé de son augmentation, reçu les salariés, en font, sauf erreur, le dirigeant de fait de la société.En substance, les faits dénoncés dans la presse locale concernent notamment la présentation de bilans inexacts, le favoritisme voire la corruption.

DEMANDE L’OUVERTURE D’UNE ENQUÊTE CONTRE X

« Compte tenu de la gravité de ces éléments, des personnes publiques directement concernées,du fait que vous aviez décidé de conserver au parquet et de conduire une enquête préliminaire qui s’était arrêtée à certains dysfonctionnements avec le personnel d’Alpexpo sans aborder le versant des malversations éventuelles dans la gestion de la SAEM, du fait que vous avez renvoyé pour ces seuls faits les intéressés en correctionnelle le 11 mars prochain, du fait de ces informations nouvelles aujourd’hui connues du grand public, je suis certain que vous avez déjà ouvert une enquête complémentaire afin d’établir toute la lumière sur ces faits dont lagravité, s’ils sont avérés, ne fait plus aucun doute aujourd’hui. A défaut d’ouverture d’une telle enquête, j’aurais alors l’honneur de vous demander de bien vouloir en ouvrir une contre X, ne serait-ce que dans l’intérêt des contribuables et de la société.

« Souhaitant que vous puissiez donner une suite  favorable à ma requête,

« Veuillez agréer, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de ma considération distinguée ».

signé : Alexandre ROUX ( notre photo)