S.GEMMANI (app PS) CONFIRME son SOUTIEN à HOLLANDE et au PS

Publié par user1 le

Jean-Jacques Queyranne modèle du politicien socialiste accroché à ses mandats depuis 30 ans, lequel , selon les Verts qui participaient à sa majorité , bénéficie d’un cabinet de 40 membres, vit dans un bunker et bénéficiant d’un chauffeur n’a jamais pris de TER, vient de recevoir le soutien de… Stéphane Gemmani conseiller municipal de la majorité Destot/Safar (PS).

POUR ROMPRE avec les VIEILLES HABITUDES… VOTER QUEYRANNE (PS) !

Dans le DL (10/9/15) il explique que « pour rompre avec les vieilles politiques » et favoriser la « création d’un véritable rassemblement de citoyens et de politiques d’un genre nouveau » (!) il appelait à « se mobiliser sur la candidature de Jean-Jack Queyranne qui, fort d’un bilan positif, est le mieux placé pour poursuivre le travail… »

« LE PS A CHOISI de NOUS TRAITER de FAÇON ODIEUSE »

Aux élections départementales le PS ne lui ayant pas donné de siège il avait déclaré:« le PS a choisi de nous tourner le dos, de nous traiter d’une façon odieuse, de favoriser son propre personnel politique et ses apparatchiks. On ne traite pas des partenaires comme ça ! » (DL du 17/2/15)

Il avait réclamé une alliance avec lui « jusqu’aux communistes ». Pourvu qu’il y soit.

« DANS LA LIGNE DROITE D’HOLLANDE… »

Après avoir soutenu Hollande aux présidentielles S. Gemmani avait rappelé avant mars dernier : « Nous som­mes dans la ligne droite  (!) du message envoyé par le prési­dent de la République qui appelle au rassemblement de la gauche pour ces muni­cipales.»

ASSUMONS le BILAN DESTOT/SAFAR (PS)

D’ailleurs s’agissant de Destot/Safar (PS) dont les Grenoblois mesurent jour après jour les dégâts au plan scolaire, des finances de la ville, de la dégradation des quartiers S.Gemmani estimait aussi  » nous appartenons à une majorité municipale dont nous assumons le bilan et où l’on se sent bien ». Décidément…

LE PLUS ANCIEN et le PLUS DÉTESTABLE de la POLITIQUE

Bref une vraie rupture avec les « vieilles habitudes » et l’arrivée de politiques d’un « genre nouveau ».

Plus exactement ce qu’il y a de plus ancien et de plus détestable dans la politique: un nombrilisme exacerbé polarisé sur la seule course aux places.

Catégories : Echos