RYTHMES SCOLAIRES: la municipalité s’obstine à mal faire pour être  » le bon élève » du gouvernement

Publié par Les Républicains 38 le

Après l’école Jean Jaurès c’est Anthoard qui monte au créneau ( le DL) .Les parents délégués s’inquiètent de la hausse des effectifs  « 30% en 5 ans », qui nécessiterait selon eux des agrandissements.

Car la ville densifie à outrance mais les équipements ne suivent pas. Pas plus les écoles que la voirie. Sa priorité du bétonnage est électorale, elle n’intègre pas l’amélioration de la qualité de la vie.

L’ADJOINT AU MAIRE  » N’A PAS DU TOUT SATISFAIT  »

Et ce n’est pas la rencontre des parents d’élèves avec l’Adjoint voyageur Paul Bron ( GO/PS)(Paul BRON (GO/PS) Adjoint à Grenoble va voyager. Qui finance ?) qui a arrangé les choses : Une entrevue qui « n’a pas du tout satisfait »  les parents délégués qui ont ainsi décidé d’envoyer une lettre au maire et à son adjoint à l’Education le 19 février, regrettant que leur parole « ne soit pas entendue et en aucun cas prise en considération ».

Un classique. Ou qu’on se tourne c’est la même antienne. La ville disserte sur la démocratie participative, multiplie la propagande (GRENOBLE FAUX FACTORY: J.SAFAR (PS) AVOUE DÉJÀ 250 000 Euros) . mais personne n’est écouté. C’est aussi vrai pour les parents d’élèves que pour les commerçants .(COMMERçANTS DES QUAIS:LE « NON » DE LA MUNICIPALITÉ (PS) approuvé par la CCI et la Chambre de Métiers)

ÉCOLE ANTHOARD, PLUS DE PLACES

Au cœur du problème de l’école Anthoard : les locaux communs. « Dans l’école il y a des salles communes pour l’enseignement de la musique et des langues et une salle polyvalente. Et pour l’adjoint à l’Education, ces salles pourraient être occupées par une classe », s’inquiète Muriel Braccini, parent déléguée à l’école Anthoard depuis deux ans. Déjà en septembre 2011, l’établissement avait ouvert une classe supplémentaire pour pallier à la hausse des effectifs. Une quatorzième classe (dans une école qui accueille 346 élèves cette année) installée… dans la salle de musique. A cela s’ajoute l’éternel débat des restaurants scolaires. L’augmentation des effectifs dans cette école du secteur 1 de Grenoble nécessite, en effet, deux services différents à la cantine. « D’ici deux ans, on risque d’atteindre le maximum et les enfants se plaignent de ne pas avoir assez le temps. A un moment donné ça va poser des problèmes sanitaires ! » Les parents délégués se mobilisent donc pour la construction de deux classes supplémentaires pour la rentrée 2014″et ce sans prendre sur les salles communes existantes ». (Grenews)

LA MUNICIPALITÉ NE VEUT RIEN FAIRE

Un agrandissement confirmé par Paul Bron mais… par pour septembre 2014. « Il faut qu’on fasse avec les locaux disponibles pour l’instant », a-t-il indiqué. Le reste ce sont des promesses pour après les élections. Comme dans tous les quartiers. ça nous promettrait une explosion des impôts puisque rien de tout cela n’est financé.

On peut augmenter les frais de bouche et de déplacement des élus de 57%,( Municipalité PS de Grenoble : frais de bouche et voyages c’est l’explosion +57%) l’endettement de la ville de 67%, (JC PEYRIN (UMP):  » LA DETTE DE GRENOBLE + 67,9% PENDANT LES MANDATS DESTOT « ) augmenter les impôts de 9% en 2008 mais pas construire deux classes à Anthoard ou deux préfabriqués aux Buttes !( ÉCOLES DE VILLENEUVE à Grenoble: LA MUNICIPALITÉ NE PEUT PAS ASSURER LA SÉCURITÉ ! )

UNE TOTALE IMPRÉPARATION

Tout cela est aggravé par la modification des rythmes scolaires, mise en place à Grenoble à la rentrée prochaine qui, selon, les parents délégués, « va nécessiter des lieux pour accueillir les élèves en groupe restreint ».Avec, à la rentrée prochaine, 45 minutes dédiées à du temps périscolaire, « il faudra des lieux pour des activités. Mais si les salles communes disparaissent, ou est-ce qu’on va les organiser? », s’interroge Muriel Braccini.
« Nous pensons qu’une ville qui s’affiche Ville éducatrice et veut appliquer la réforme des rythmes scolaires dès septembre 2013 doit se donner les moyens de mettre effectivement l’élève au cœur des préoccupations », ont ainsi insisté les parents délégués dans leur lettre.

JEAN JAURÈS EST DANS LA MÊME SITUATION

On sait que l’école Jean Jaurés est dans une situation similaire.La déléguée, Madame Jactat a lancé » nous ne sommes pas écoutés, nous n’avons aucune information sur les modalités pratiques de cette réforme.Il n’y a pas de réelle concertation au niveau local » ( DL 5/02). »Les parents craignent que ces activités ne soient pas assez bien pensées en amont et s’inquiètent des capacités d’accueil des écoles » avait expliqué le DL.Dans le cas de Jean Jaurès » nous n’avons pas la place pour accueillir les enfants dans des salles dédiées.Il y a 360 élèves à l’école, on ne peut pas tous les mettre dans le gymnase! » ont expliqué les parents d’élèves(.RYTHMES SCOLAIRES: à Grenoble les parents d’élèves dénoncent l’absence de moyens et de concertation)

LES AUTRES VILLES PS REFUSENT D’APPLIQUER EN 2013

Or des villes PS comme Montpellier, Lille,Lyon (Rythmes Scolaires.G.Collomb (PS Lyon) pas d’accord avec M.Destot (PS Grenoble) attendent 2014 pour mettre en place ces nouveaux rythmes scolaires. Madame Mandroux Maire (PS) de Montpellier explique : « ce qui m’importe, c’est la qualité. On ne peut pas passer comme ça à quatre jours et demi » .

Grenoble n’a résolu aucun problème en amont. Elle est dans les effets d’annonce. Les enseignants ont manifesté massivement pour exprimer leurs inquiétudes (RYTHMES SCOLAIRES: 1000 ENSEIGNANTS à Grenoble pour dire NON à la méthode Destot) De plus la municipalité évalue à 150 Euros le coût réel de cette prise en charge supplémentaire de temps scolaire pour son encadrement par des professionnels . À peu près . Le gouvernement propose de verser… 50 Euros par élève.  Perte pour Grenoble entre 1,2 ME et 1,5ME. Ou la municipalité Destot exsangue prend elle l’argent ? (J.Safar (PS)reconnaît qu’à Grenoble: » il faudra s’attaquer sérieusement au désendettement »!)

GRENOBLE DEVIENT LE PAILLASSON DU GOUVERNEMENT PS/VERTS

Pour Michel Destot il s’agit toujours d’être  » le bon élève du gouvernement » . Un gouvernement qui utilise Grenoble pour déverser ses   discours sans affecter aucun moyen supplémentaire à la ville . Le Maire espère toujours que sa position de serviteur zélé du pouvoir lui permettra d’en recevoir la récompense personnelle par cette  » sortie par le haut  » qu’il attend. Ce qui explique qu’il passe le micro aux Ministres de passage sans rien demander pour la ville. (M.Destot (PS)  » heureux  » de jouer au présentateur de Ministres défilant à Grenoble…) Grenoble a été politiquement transformée en  paillasson du gouvernement PS/Verts. Quelle promotion!

Mais les Grenoblois sont las d’être utilisés comme variable de promotion. Ils devraient le récompenser  en 2014 par une sortie par le bas.

 

 

Catégories : Actualité