REGION: L.WAUQUIEZ (LR) ENGAGE le CERCLE VERTUEUX du MOINS d’IMPÔTS

Publié par user1 le

Jeudi 17 mars a eu lieu une assemblée plénière de la région sur les orientations budgétaires 2016 pour la Région Auvergne Rhône-Alpes, qui sont des orientations  de changement orientées vers plus d’investissement et moins de dépenses de fonctionnement, en rompant avec les habitudes de gaspillages de l’ancienne majorité de gauche.

Thierry Kovacs, Président des Républicains 38 et Président de la commission régionale des finances, est intervenu au nom des élus du groupe « Les Républicains, divers droite et société civile » dans ce débat d’orientations budgétaires.

DOB 2016 région

DOB 2016 région 2

Ces orientations budgétaires démontrent d’une part que la nouvelle majorité réunie derrière Laurent Wauquiez  tient ses engagements de campagne, et d’autre part que qu’elle tranche avec la politique menée auparavant par la gauche. Ainsi, elle a sonné le glas à la gabegie orchestrée par la gauche, elle réalise des économies à hauteur de 300 millions d’euros sur le mandat (-4% par an) en diminuant les dépenses de fonctionnement, et elle augmente les dépenses de l’investissement afin de développer notre région.

Orientations budgétaires région 2016

T.KOVACS :  » LA NOUVELLE MAJORITE S’EST RAPIDEMENT MISE AU TRAVAIL  »

Dans une intervention très complète Thierry Kovacs a expliqué les données et les enjeux :

« A peine 10 semaines après votre élection Monsieur le Président, à peine 10 semaines après l’installation du nouvel exécutif régional, nous débattons ce matin des orientations budgétaires pour l’exercice 2016 ; nous discutons des grandes lignes d’un budget qui avoisine tout de même les 3,3 milliards d’euros. Le débat que nous avons ce matin et surtout le document qui a été transmis à chaque conseiller régional atteste que la nouvelle majorité régionale s’est rapidement mise au travail dans l’intérêt de nos concitoyens. »

Ensuite, s’agissant des orientations budgétaires pour 2016 et au-delà, avec une prospective financière jusqu’à 2020 le Président de la Commission des Finances de la Région ,au nom des élus du groupe Les Républicains, divers Droite et société civile a retenu et développé  2 enseignements majeurs.

 » CE QUE le CANDIDAT WAUQUIEZ à DIT , LE PRESIDENT WAUQUIEZ Le FAIT »

Premier enseignement :

 » Les orientations budgétaires sont conformes aux engagements pris devant les Auvergnats et les Rhônalpins durant la campagne électorale. Certains diront que c’est quand même la moindre des choses. Ils ont raison ! En même temps, force est de constater que trop souvent, une fois élus, les candidats oublient ou renient les promesses faites devant celles et ceux qui leur ont fait confiance. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui conduit de plus en plus de nos concitoyens à se détourner de la politique ou à se tourner vers les extrêmes ! Le premier enseignement que l’on peut et doit tirer de ces orientations budgétaires tient en une formule : ce que le candidat Laurent Wauquiez a dit devant les électeurs pendant la campagne électorale, le président Laurent Wauquiez le fait une fois élu ! »

 » RESPECT DES ENGAGEMENTS PRIS EN MATIERE de FISCALITE »

« Vous aviez promis Monsieur le Président de ne pas augmenter les impôts ; vous confirmez à travers les orientations budgétaires qu’il n’y aura pas de hausse de la fiscalité malgré un contexte défavorable pour les recettes régionales du fait du désengagement de l’Etat de l’ordre de 51 millions d’euros en 2016 sur la Dotation Globale de Fonctionnement. Mieux, vous prévoyez la baisse de la taxe sur les cartes grises en Auvergne pour aligner cette taxe sur celle fixée en Rhône-Alpes : « un choix assez rare pour être souligné » comme le mentionne le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional.
Ce respect des engagements pris en matière de fiscalité mérite, oui, d’être souligné, tant vos prédécesseurs n’ont absolument pas tenu leurs promesses en la matière. »

PLUIE D’IMPÔTS et de TAXES SUR LES AUVERGNATS….

Thierry Kovacs a détaillé la pluie d’impôts et de taxes qui s’étaient abattues sur les Auvergnats:

 » En 2004, en Auvergne la liste socialiste avait promis de changer les priorités pour l’Auvergne, sans augmentation d’impôt. Dès les orientations budgétaires 2005, les Auvergnats ont compris que cette promesse ne serait pas tenue. En Auvergne, les taxes directes locales ont augmenté de 30% en 2005, de 25% en 2007 et de 5% en 2009. Le tarif des cartes grises est passé de 24,4 € à 45 € par cheval vapeur entre 2005 et 2014. La taxe régionale sur les carburants a été placée à son maximum en 2007 comme celui de taxe dite Grenelle en 2010. Les prélèvements liés à ces différentes hausses de fiscalité s’élèvent à plus de 70 M€ par an pour l’Auvergne. »

… AUGMENTATIONS TOUS AZIMUTS EN RHÔNE-ALPES ( JJ QUEYRANNE PS)

S’agissant de Rhône-Alpes, le Maire de Vienne a fait de même:

 » En Rhône-Alpes, Monsieur Queyranne, candidat, avait promis que ses propositions étaient compatibles avec le budget d’alors et n’impliquaient pas une augmentation de la pression fiscale. Quelques mois seulement après cet engagement pris devant les Rhônalpins, le Président Queyranne s’engageait comme en Auvergne dans une série de hausses des taxes et de fiscalité. En Rhône-Alpes, les taxes directes locales ont été augmentées de 6% en 2005, 7% en 2006 et 8% en 2007. Le tarif des cartes grises est passé de 28 € à 43 € par cheval vapeur entre 2005 et 2008 .La part régionale de la taxe sur les carburants a été placée à son maximum en 2007 comme celui de taxe dite Grenelle en 2010.

« Les prélèvements liés à ces différentes hausses de fiscalité s’élèvent à plus de 290 M€ par an. »

« CES ORIENTATIONS BUDGETAIRES TRANCHENT avec la GAUCHE  »

Ces orientations révèlent Pour Thierry Kovacs la  vraie différence entre ce qui était pratiqué ces dernières années sous la gauche et aujourd’hui avec la droite et centre et c’est le second enseignement qu’il a développé devant l’assemblée régionale:

 » Ces orientations budgétaires tranchent fondamentalement avec les choix budgétaires faits par les précédentes majorités dans nos 2 anciennes régions. Ces orientations apportent de la manière la plus concrète et la plus évidente que droite et gauche ce n’est pas la même chose, a contrario de ce que certains voudraient tenter de faire croire.

GARANTIR LE POUVOIR D’ACHAT des MENAGES

« Avant, sous la gauche, les ménages et les entreprises ont subi une explosion de la pression fiscale. Désormais, avec la droite et le centre ils sont assurés que nous refusons d’alourdir les impôts afin de préserver leur pouvoir d’achat ou leur capacité d’investissement.

« Avant, sous la gauche, les dépenses de fonctionnement augmentaient année après année et bien plus rapidement que les recettes de fonctionnement. Entre 2005 et 2015, on constate que les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 6 % en moyenne par an, tandis que les recettes de fonctionnement, du fait notamment des hausses de taxes et de la fiscalité, n’augmentaient que de 4% en moyenne annuelle.

« DES DEPENSES de FONCTIONNEMENT MAÎTRISEES  »

Désormais, avec la droite et le centre, les dépenses de fonctionnement vont être maitrisées. En 2016, un plan d’économie de 75 M€ sera réalisé sur les dépenses de fonctionnement. Ces dépenses passeront de 2151 M€ en 2015 à 2076 M€ en 2016. C’est la première diminution des dépenses de fonctionnement depuis 2005. Quand dans l’opposition nous vous invitions à maîtriser et à réduire ces dépenses de fonctionnement, vous nous répondiez systématiquement que cela était impossible. Nous vous démontrons aujourd’hui que c’est possible parce que notre Région va désormais se montrer exemplaire en faisant la chasse au gaspillage. »

170 000 € de TAXIS PAR AN AVEC 150 VOITURES à la REGION

« Nous ne dépenserons plus 170 000 € par an de frais de taxi comme c’était le cas sous l’ancienne majorité alors que la Région disposait de 150 voitures de fonction. Nous ne dépenserons plus 726000 € de déplacements à l’international. Nous ne dépenserons plus 580000 € pour les expositions au siège de confluence. Nous surveillerons mieux les associations subventionnées comme ERAI ou la Villa Gillet.

« Notre Région va désormais se montrer exemplaire en identifiant les gisements d’économies comme nous avons commencé à le faire avec la réduction des indemnités des élus, des moyens des groupes, la suppression des téléphones portables au profit des élus, la mutualisation des moyens, la concentration des aides régionales sur des objectifs stratégiques au lieu du saupoudrage, la redéfinition de certaines politiques pour rendre la Région plus réactive et souple.

 » 75 M€ d’économies ce n’est qu’un début car sur le mandat, nous devrions parvenir à réaliser un plan d’économies de 300 M€  » a expliqué Thierry Kovacs.

AVANT DERNIERE POUR LES DEPENSES D’INVESTISSEMENTS

Il a détaillé la situation financière réelle:

« Avant sous la gauche, l’épargne brute, c’est-à-dire la capacité d’autofinancement des investissements, s’est fortement et continuellement dégradée. Entre 2010 et 2015, l’épargne bute est passée de 604 M€ à 419 M€. Ceci a eu pour conséquence de diminuer de 16% les dépenses d’investissement entre 2010 et 2015 et cette diminution a affectée principalement les investissements dans les lycées, dans les établissements d’enseignement supérieur et dans l’aménagement du territoire. Alors qu’Auvergne/Rhône-Alpes est la deuxième région de France, qu’elle devrait être le moteur de l’économie nationale, elle est l’avant dernière Région du point de vue des dépenses d’investissement rapportées au nombre d’habitants.

LA DETTE A AUGMENTE de 138 % entre 2005 et 2015

« Désormais, notre Région donnera la priorité à l’investissement. Les orientations budgétaires précise que le niveau d’investissement hors remboursement du capital de la dette sera porté à 800 M€ en 2016 contre 716 M€ en 2015 soit une hausse de près de 12% en seulement un exercice budgétaire. Avec cette hausse des investissements, notre Région prépare l’avenir et repart de l’avant, enfin !

« Avant, sous la gauche, la dette n’a cessé de croître malgré la chute des dépenses d’investissement. Entre 2005 et 2015, la dette a augmenté de 138% pour atteindre 2754 M€. Le ratio de désendettement était de 2,2 années en 2005. Il est de 6,6 années en 2015. Merci M. Queryanne ! »

UN CERCLE VERTUEUX, MOINS D’IMPÔTS, MOINS de DEPENSES de FONCTIONNEMENT

« Avec la réduction des dépenses de fonctionnement dans laquelle notre Région s’engage, l’épargne brute va augmenter, le recours à l’emprunt diminuer, pour permettre à l’horizon 2018 de réduire la dette de la Région et ramener notre ratio de désendettement de 6,6 ans en 2015 à moins de 4 ans en 2020.

« Ces orientations budgétaires révèlent, et cela sera ma conclusion, que nous sommes passés d’une spirale infernale reposant sur le toujours plus d’impôts, plus de dépenses de fonctionnement, plus de dette et moins d’investissements, à un cercle vertueux du moins d’impôts, moins de dépenses de fonctionnement, moins de dette et surtout plus d’investissement au profit de nos concitoyens.

« Avec le changement de majorité, nous sommes passées d’une spirale infernale qui taxait, affaiblissait, appauvrissait notre Région, à un cercle vertueux qui dynamise, renforce et développe notre Région. »

Une intervention largement applaudie sur les bancs de la majorité qui ramenait l’opposition régionale à la  dure réalité de son bilan calamiteux.