PIOLLE/AVRILLIER (Verts/Ades): LE BLOCAGE de 300 M€ de TRAVAUX SUR A 480

Publié par user1 le

Le DL ( 18/8/16) donne à nouveau largement la parole à « l’écologiste » (!) Raymond Avrillier (Verts/Ades) pour l’une de ses opérations de diversion dont il a l’habitude. Conformément à sa méthode les questions de forme permettent de cacher le fond. Ainsi le faux  » détecteur de failles » à géométrie très variable qui oublie de détecter les siennes, a t il obtenu du tribunal que les contrats et leurs avenants signés par Emmanuel Macron et les sociétés d’autoroutes soient rendu public. Rien d’étonnant à ce que le tribunal contraigne le gouvernement à rendre public des documents qui doivent être accessibles à tout contribuable.

R.AVRILLIER (VERTS/ADES) GÉNÈRE UN COÛT CONSIDÉRABLE

Soulignons au passage le coût pour l’administration si des milliers et des milliers de Français demandaient pour chaque acte administratif accompli d’avoir connaissance du détail des accords, contrats et annexes. Il faudrait recruter des fonctionnaires pour remplir cette seule tâche. Raymond Avrillier à lui seul génère une dépense considérable si on accumule toutes ses demandes locales et nationales.

Raymond Avrillier (Verts/Ades) colistier d'Eric Piolle, " parrain" de la majorité municipale selon " Libération"

Raymond Avrillier (Verts/Ades) colistier d’Eric Piolle, « parrain » de la majorité municipale selon « Libération »

AUTOROUTES: LA PANTALONNADE GOUVERNEMENTALE

La pantalonnade gouvernementale à propos des sociétés d’autoroute est bien représentative du pouvoir de gauche  auquel les Verts sont associés au début avec Cécile Duflot et désormais avec Emmanuelle Cosse. Au départ la gauche dénonçait la rentabilité exceptionnelle des concessions d’autoroutes, la démagogue Ségolène Royal annonçait la baisse du prix des péages et la gratuité des autoroutes le week end… et à l’arrivée elle concluait à une prolongation des concessions, à des accords d’augmentation des tarifs en échange de nouveaux investissements à hauteur de 4,2 Milliards d’€.

LES ROUGES/VERTS N’ACCEPTENT PAS QUE LES ENTREPRISES SOIENT LE LIEU de la CRÉATION D’EMPLOIS

Il ne s’agit pas ici de défendre cette mystification, mais Raymond Avrillier n’est pas le mieux placé pour la mettre en cause. D’autant qu’il le fait pour de mauvaises raisons. Car sur le fond ces investissements sont utiles au développement du pays, nécessaires à l’emploi. Ce à quoi la nébuleuse Rouge/Verte Grenobloise s’oppose de toute ses forces. L’attractivité du territoire est une notion qu’elle récuse. Comme elle n’accepte pas que les entreprises soient le lieu de la création d’emplois sans lesquelles l’épanouissement par le travail est impossible.

PIOLLE/MONGABURU ( Verts/Ades) : UN RECOURS CONTRE L’ÉLARGISSEMENT de A 480

L’opération de Raymond Avrillier se conjugue avec celle d’Eric Piolle (Verts/PG) et de Yann Mongaburu (Verts/Ades) qui ont engagé un recours contre l’élargissement de A 480 avec l’appui du groupuscule de Corinne Lepage représenté à Grenoble par S.Gemmani (PS) ce qui démontre aussi la porosité et les incohérences des gauches locales seulement mues par des positionnements personnels .

C.FERRARI (PS) : « CES MYSTÉRES NOUS ÉCHAPPENT, FEIGNONS D’EN ÊTRE L’ORGANISATEUR »

Christophe Ferrari le Président (PS) de la Métro, sorte de Hollande local, le plus petit dénominateur commun de ces positions contradictoires dont le rôle premier consiste à passer entre les gouttes et à attendre que les choses se décident sans lui, feint ensuite par ses mots vides d’en être l’organisateur.

Car les travaux d’élargissement de  A 480 pour un montant de 300 M € figurent dans cet accord cadre entre le gouvernement et les sociétés d’autoroutes.

N’AYANT PLUS LES MOYENS DE FAIRE AUJOURD’HUI CE QU’ELLE DEVAIT FAIRE HIER

Avec 15 ans retard, dus à l’inertie de la majorité PS/PC de l’agglomération qui voulait complaire aux Verts- M.Destot (PS) en tête- , la gauche a bien été contrainte de reconnaitre qu’elle ne pouvait plus attendre pour débloquer A 480. N’ayant plus les moyens de faire aujourd’hui ce qu’elle pouvait et devait faire hier, elle est allé à Canossa et a confié ce dossier aux sociétés privées en échange d’une augmentation du péage ! Ou conduit la démagogie…

DES OPÉRATIONS POUR RETARDER ENCORE 300 M € DE TRAVAUX

Les opérations de Raymond Avrillier, Eric Piolle, Yann Mongaburu ont pour objet de retarder encore l’engagement de ces 300 M€ de travaux.  Pour les entreprises déjà en difficultés c’est une catastrophe. C’est aussi faire perdurer l’absence fluidité pour  les automobilistes, les travailleurs, tous ceux qui empruntent A 480 et perdent leur temps dans les embouteillages. C’est prolonger l’effet répulsif de l’agglomération Grenobloise puisqu’il s’agit là du 7 eme bouchon national!

Bien entendu c’est aussi mettre en danger plus longtemps la santé des riverains puisque ce bouchon est l’une des premières sources de pollution de l’agglomération grenobloise comme le démontre la carte publiée par « Air Rhône-Alpes ».

UNE TECHNIQUE ÉPROUVÉE de DÉTOURNEMENT d’ATTENTION

Le dernier coup tordu de Raymond Avrillier annoncé en fanfare dans  le « Dauphiné Libéré  » s’inscrit bien dans une technique éprouvée de détournement d’attention. Comme avec GEG les procédures se concentrent sur la forme afin de cacher les objectifs réels. Comme avec GEG les rôles sont répartis. Pendant que certains ferraillent pour dénoncer les conditions dans lesquelles les dossiers ont avancé, d’autres promeuvent les alternatives dogmatiques qui entrent dans les canons de l’extrême gauche, en dehors de toute reconnaissance du principe de réalité.

Il n’est jamais question de leurs victimes dans la présentation et les commentaires de ces « recours ». Ils sont pourtant très bien identifiés: les travailleurs, les contribuables, l’emploi, la santé , le développement du territoire….

photo: la carte de la pollution de l’agglomération grenobloise. Les deux bouchons dus à l’inertie des élus de gauche et Verts sont les deux principales cause de pollution de l’agglomération !