PIOLLE ( Verts/PG): LA VIOLENCE pour LOGER « ROMS ACTION »

Publié par Les Républicains 38 le

La municipalité Piolle (Verts/PG) n’a pas hésité à user de violence pour déloger les occupants de la villa sise au 51 rue des Eaux Claires à Grenoble pour installer Roms Action. On sait que cette maison abritait  » la passerelle » une association installée là par la municipalité Carignon en 1987 pour faire le lien entre parents et enfants séparés par décision de justice. La municipalité l’a laissé mourir afin de récupérer la maison pour Roms action.

Les riverains vont être contents! Mais comme elle avait été occupée par deux familles à la rue logées par des associations, la municipalité Piolle a usé de la force publique.

 » COUPS de PIEDS, COUPS de CHAÎNE…  »

Les collectifs d’habitants, Hébergement­ logement et la Patate chaude ont raconté dans le « DL » ( 1/6 ) la violence des moyens mis en oeuvre: « les forces de police, appelés par la marie, sont venus nous déloger du jardin avec une très grande violence (gaz lacrymogène à bout portant, dans les yeux, sur le visage, coups de matraques, coups de pied sur des personnes à terre, coups de chaîne…). Plusieurs personnes ont eu le visage et les yeux tuméfiés, des hématomes… Les pompiers sont venus sur place et ont emmené une personne aux urgences… »

MOINS VITE ET MOINS FORT pour les BIDONVILLES….

E.Piolle va plus vite et plus fort pour installer les associations de soutien aux Roms que pour mettre fin au bidonville de l’avenue Esmonin qu’il a laissé grossir de façon irresponsable.

E.MARTIN (PG) FUSTIGE la MUNICIPALITE

La municipalité s’est à nouveau divisée dans ce dossier. Elisa Martin ( Premier Adjoint PG) a fait publier un communiqué selon lequel le Parti de Gauche «considère que priorité doit être donnée à la négociation en préalable à tout appel à la force publique ». (DL du 5/6) .Elle  » condamne  » l’intervention » (!).

E.PIOLLE et A.DENNOYELLE ont DEMANDE l’INTERVENTION de la POLICE

Eric Piolle et son collègue Alain Dennoyelle (Verts/PG) -qui était sur les lieux – qui ont demandé l’intervention de la police ne l’ont pas consultée? A.Dennoyelle en réplique a diffusé des « éléments de langage » à ses amis dans une note rappelant:  » la seule manière de récupérer la maison était de porter plainte et de demander à l’État d’intervenir. D’où l’intervention de la préfecture et de la police nationale. Celle-ci a utilisé les moyens qui lui ont semblé appropriés,… »

Après le refus  de 9 élus de sa majorité de le soutenir sur  le dossier GEG, cette nouvelle division montre qu’E.Piolle est mal parti.La démagogie se retourne contre la municipalité. On comprend qu’il veuille attendre le creux de l’été pour évacuer le bidonville Esmonin! Mais pourquoi donc l’a t il laissé grossir?

Catégories : Echos