PÉTITION sur le STATIONNEMENT à GRENOBLE: AUCUNE CHANCE d’ÊTRE ADOPTÉE

Publié par user1 le

Attention tromperie. Ayant atteint aisément les 2000 signatures pour être portée au Conseil Municipal la question du Comité de liaison des Unions de Quartiers (CLUQ) sur le matraquage des tarifs de stationnement et le refus de toute concertation a été exposée au Conseil Municipal de Grenoble lundi dernier dans une séance mouvementée

http://www.republicains38.fr/stationnement-a-grenoble-jusq…/

2000 SIGNATURES: UN PREMIER BARRAGE pour POUVOIR PARLER

Ces 2000 signatures sont le premier barrage créé par la municipalité Piolle pour mettre fin à la tradition de suspension du Conseil Municipal quand un collectif voulait poser une question d’actualité. Il n’avait pas besoin de 2000 signatures. Le deuxième barrage infranchissable est celui des 20 000 votants!

http://www.republicains38.fr/grenoble-comment-semer-le-cit…/

20 000 VOTANTS: UN SEUIL INFRANCHISSABLE

Jamais aucune pétition ne recueillera 20 000 suffrages un seuil fixé unilatéralement par Eric Piolle pour qu’une question soit adoptée.

bibliotheques-f2-11716-piolle-martin

ENGAGEMENT 49 :  » NOUS RÉUNIRONS les ACTEURS POUR UN DIAGNOSTIC PARTAGÉ » (!)

Dans son engagement N° 49 il annonçait « améliorer le stationnement des résidents » et « nous réunirons les acteurs économiques et les unions de commerçants, les associations environnementales et d’usagers des transports, les unions de quartiers et les conseils citoyens afin d’établir un diagnostic partagé sur l’état du stationnement à Grenoble. Ce diagnostic permettra d’identifier les solutions qui seront soumises à consultation. «

Mais Il faudrait le vote de 20 000 grenoblois pour le lui faire respecter!

RÉFÉRENDUM TRAMWAY: PAS de SEUIL

Les référendums de la municipalité de droite considérés comme exemplaires sur l’arrivée ou non du Tramway ou la réalisation de la voie sur Berge ne comportaient évidemment pas de seuil. Sinon les grenoblois n’auraient ni l’un ni l’autre.

E.PIOLLE POURSUIT SA FUITE EN AVANT VERBALE

Tout à ses mensonges Eric Piolle poursuit sa fuite en avant verbale dans une interview du DL(24/9/16) .A propos de ce référendum il ne répond évidemment pas sur la trahison de son engagement N° 49 mais affirme, prenant les grenoblois pour des imbéciles : ils «se saisissent des outils de démocratie locale, ils transforment leur ville, ils peuvent en être fiers» ( !) dit il à propos de la pétition du CLUQ.

http://www.republicains38.fr/grenoble-la-revolte-contre-le…/

S.ECHINARD ( DL)  » AUCUNE VOTATION CITOYENNE NE POURRA VOUS IMPOSER une DÉCISION « 

Stéphane Echinard (le DL) remarque tout de même :«sauf que l’on sait bien qu’aucune votation citoyenne ne pourra vous imposer une décision, puisqu’il faut obtenir 20 000 voix majoritaires !«

E.PIOLLE TRICHE EN RÉPONDANT à CÔTé

Eric Piolle triche en répondant à côté : «Nous avons fait en sorte que les pétitions puissent aller au bout, pour faire marcher la démocratie. . Pendant les municipales, nous disions 8000 signatures pour déclencher une votation. Nous avons divisé ce seuil par quatre.»

E.PIOLLE :  » IL N’Y A PAS QUE LES VOTATIONS… »

Stéphane Echinard ramène à la réalité de la tromperie : « ce seuil, mais pas l’autre, celui des 20 000. Pourquoi ?«
Eric Piolle continue à botter en touche assez piteusement refusant d’avouer que ce seuil a été créé afin d’empêcher toute décision des Grenoblois qui ne soit pas conforme à l’idéologie municipale :
– «Le système qu’on a choisi crée du débat, sur des sujets d’ampleur. Mais il n’y a pas que les votations, il y a aussi les budgets participatifs, les concertations… »

PRÉLEVER 2, 5 M € SUPPLÉMENTAIRES sur les FAMILLES

Il ne crée évidemment pas du « débat ». Il le subit. Les grenoblois connaissent aussi les » concertations » . Justement sur les tarifs de stationnement Eric Piolle avait annoncé aux habitants du centre ville lors de leur assemblée générale qu’il n’y aurait pas de concertation à ce sujet. Avec ses hausses, il va prélever 2,5 M€ supplémentaires aux familles sans leur demander leur avis .

http://www.republicains38.fr/stationnement-payant-a-grenob…/

CONSEIL MUNICIPAL: DÉCOR de CARTON PÂTE

Avec cette pantalonnade du faux référendum le Conseil Municipal devient un décor de carton pâte ou tout est truqué ou les mots disent le contraire de la réalité. Eric Piolle est en train de transformer la démocratie locale en théâtre d’ombre. Lui-même en affirmant contre toute réalité qu’il reçoit des «encouragements» et que « l’immense majorité des messages c’est on vous soutient, continuez » démontre qu’il peint un spectacle à sa main pour sa scène.

AUCUN RÉFÉRENDUM DÉCISIONNAIRE depuis que la GAUCHE et les VERTS/Ades GÉRENT GRENOBLE

Au final une autre réalité demeurera après cette comédie qui ne grandit pas celui qui s’y livre : depuis 21 ans que la gauche et les Verts/Ades gèrent Grenoble, successivement ou ensemble jamais les Grenoblois n’auront bénéficié d’un référendum décisionnaire, sans seuil ni subterfuge. Seule la municipalité de droite  a montré l’exemple de démocratie locale.

LA PAROLE EST SCANDALEUSEMENT RETIRÉE AUX GRENOBLOIS

Le CLUQ porte le débat pour montrer l’inconvenance de ce matraquage du prix du stationnement et souligner la trahison de l’engagement 49. La singerie de référendum qu’Eric Piolle met en place en réponse ne changera rien au fait que la parole est scandaleusement retirée aux Grenoblois. Voter entre le 10 et le 14 octobre sera un devoir afin de marquer son opposition à la municipalité . Mais en toute lucidité sur la fermeture totale du système.