PARTICIPATION: les GRENOBLOIS BOYCOTTENT les USINES à GAZ de PIOLLE

Publié par user1 le

A la soirée spéciale « budget participatif » salle polyvalente de la rue du Vieux Temple à Grenoble le lundi 14 septembre on comptait une trentaine de Grenoblois. En effet sur les  40 présents une dizaine étaient des « porteurs de projets ».

Ainsi s’achevait dans une totale indifférence l’un des grands volets de la nouvelle démocratie à la grenobloise, le  » budget participatif » .L’engagement N°3 de la liste Piolle.  Un peu plus tard place Victor Hugo ou une votation citoyenne était organisée sur les mêmes projets, les panneaux de présentation se sont tous retrouvés couchés au sol. Soit du fait d’actes de vandalisme soit par le vent. Tout un symbole.

Co-Construire...

Co-Construire…

MOINS de 500 GRENOBLOIS ONT DONNE LEUR AVIS

La municipalité n’avait pas daigné installer des panneaux de consultation dans le sud de la ville. Craignait-elle ce vandalisme inexistant dans la ville enfin apaisée?

Malgré la propagande et tout un ramdam de mots , alors que tous les grenoblois usagers de la ville pouvaient voter, y compris les étrangers non électeurs,  sans aucun contrôle et à partir de 16 ans,  au total moins de 1000 grenoblois auront donné leur avis! On peut imaginer que la municipalité et ses partis -connaissant l’extrême gauche et l’Ades- peuvent encore mobiliser 500 personnes pour s’exprimer dans toute l’agglomération. Reste donc 500 grenoblois sur 165 000 habitants et 85 000 électeurs.

" pacte " avec les Unions de Quartier...

 » pacte  » avec les Unions de Quartier…

... Budget participatif...

… Budget participatif…

A.BACK: ( VERTS/PG) : « UNE NOUVELLE ERE de la DEMOCRATIE de PROXIMITE »

Dans la communication municipale cette opération sera qualifiée de succès et les qualificatifs ne vont pas manquer autour de ces 30 valeureux « citoyens  » présents rue du Vieux Temple un lundi soir.

Après avoir décidé de changer une grille autour d’un jardin d’enfants quai Perrière , Antoine Back (Verts/PG)  déclare dans une vidéo qu’il faut absolument visionner :  » c’est une nouvelle ère de la démocratie de proximité à Grenoble ». Une sorte de passage de l’ombre à la lumière.

... droit de votation citoyenne ... ( mais sans possibilité d'obtenir une décision puisqu'il faut autant de votants qu'aux municipales...)

… droit de votation citoyenne … ( mais sans possibilité d’obtenir une décision puisqu’il faut autant de votants qu’aux municipales…)

27 000 € de DEPENSES PAR PARTICIPANT…

Alors avec les 30 grenoblois on imagine les superlatifs. D’ailleurs avec 800 000 € au total chacun aura dépensé 27 000 €. Ce n’est pas si mal dans une ville exsangue.

… Et le POULAILLER COLLECTIF a BIEN GAGNé

S’agissant du  » budget participatif » les grenoblois haletants et stressés dans l’attente du résultat peuvent être rassurés: le poulailler collectif pour le quartier André Abry a bien gagné. Et bien entendu des aménagements qui ne peuvent pas avoir échappé aux élus et aux services de la ville seront réalisés ailleurs. La connivence pour certaines réalisations n’a échappé à personne.

..."comités" d'évaluation...

… »comités » d’évaluation…

PROPRETE, SECURITE, STATIONNEMENT EXCLUS du DEBAT

Mais évidemment cette opération permet de faire l’impasse médiatique sur les priorités de la ville. La municipalité Piolle évite soigneusement d’interroger les grenoblois de savoir par exemple s’ils préféreraient une ville plus propre, des trottoirs et une chaussée réparés, un renforcement de leur sécurité ou encore la non suppression des places de stationnement comme elle y procède actuellement quai de France.

SEMER le VRAI CITOYENS et SES REVENDICATIONS

Mais entre le budget participatif, les Conseils Consultatifs, les tables de quartier, les comités d’usagers …. tout est fait pour semer le vrai citoyen et ses revendications. D’autant qu’il existe aussi des « comités d’avis » par exemple dans le secteur culturel .Mais pas seulement.  La Métro a elle -même de nombreuses et très lourdes structures « participatives » parfaitement verrouillées.

... Débats sur le budget...

… Débats sur le budget…

PHAGOCYTEES par les PROCHES de R.AVRILLIER (Verts/Ades)

Bien entendu ces usines à gaz ne fonctionnent pas, sont phagocytées grossièrement par le noyau dur de la municipalité comme on l’a vu avec la préfiguration du Conseil Citoyen  » indépendant » qui était constitué de proches de R.Avrillier (Verts/Ades) tel Sébastien Esnault et de la municipalité.

LE SECTEUR CULTUREL a VITE EXPLOSé

Mais pendant qu’elles se mettent en place ou se réunissent la municipalité Piolle peut tranquillement prendre ses décisions derrière ces paravents. Le secteur culturel est celui qui a le plus vite explosé car ses acteurs sont habitués au débat et parce que Corinne Bernard l’Adjointe (Verts/Ades) à la diversité des cultures (!) n’est pas réputée pour son habileté.  Même des soutiens de la municipalité tels Jean Caune et Alain Manac’h ont dénoncé l’imposture de faux débats.

et re " comités " d'usagers...

et re  » comités  » d’usagers…

UNE FORMATION POUR COMPRENDRE les OUTILS de la PARTICIPATION

A travers la ville il existe maintenant des soirées de formation des citoyens afin qu’ils comprennent le fonctionnement des outils de la participation! Si un grenoblois a une question, une revendication, une suggestion, il doit d’abord prendre le chemin d’une formation auprès d’un comité d’usager par exemple pour comprendre ou il peut poser son problème.

UN CITOYEN NORMAL NE PEUT PAS S’Y RETROUVER

Pour ce faire il doit trouver dans la ville ou son quartier un comité  qui a mis à son ordre du jour cette question. S’il a la malchance d’arriver après que celui-ci l’ait déjà traitée, il est plus que probable qu’il devra attendre plusieurs mois avant qu’elle ne revienne à l’ordre du jour. Il ne saura donc pas ou s’adresser et s’il tente de le faire on le trimbalera de Conseil en comité. Chacun a bien compris qu’un vrai citoyen, normal, qui éventuellement travaille ne peut pas s’y retrouver.C’est fait pour.

... données publiques et réponses aux habitants: les grenoblois ne reçoivent aucune réponse à leurs lettres et il faut saisir la CADA pour obtenir les infos...

… données publiques et réponses aux habitants: les grenoblois ne reçoivent aucune réponse à leurs lettres et il faut saisir la CADA pour obtenir les infos…

LA DECISION N’A PAS de VISAGE, le LIEU EST GARDE SECRET

Ainsi, comme le souhaite l’extrême gauche, il ne demeure de la démocratie participative que le mot et son annonce.

S’éloigne de cette manière toute possibilité de débat et de choix entre deux options, deux politiques. La confusion est de mise. Le lieu de la décision lest gardé secret  afin qu’aucun élu ne soit identifié. La décision n’a pas de visage.

PLUS de REFERENDUM à GRENOBLE DEPUIS 20 ANS

Bien entendu le référendum qui a l’immense vertu pédagogique que l’on sait, qui met tous les éléments sur la table dans des conditions contradictoires évidentes puisque placées sous un véritable contrôle public et citoyen , qui permet la clarté de la décision est complétement écarté: depuis 20 ans que la gauche et les Verts ( 14 ans) sont aux responsabilités à Grenoble, la ville n’a plus jamais connu de référendum.

Les derniers datent de la municipalité Républicains, avant 1995: tramway, voie sur Berge, place Sainte Claire…

... Demeuré un instrument de propagande municipale à sens unique ( la dernère livraison donne la parole à 4 habitants du quartier des Eaux Claires satisfaits alors que lé délinquance explose

… Demeuré un instrument de propagande municipale à sens unique ( la dernère livraison donne la parole à 4 habitants du quartier des Eaux Claires satisfaits alors que la délinquance explose)

LES GRENOBLOIS VOTENT AVEC LEURS PIEDS

En votant avec leurs pieds, en désertant complétement ces instances vides, les grenoblois démontrent qu’ils ne sont dupes de rien. On peut imaginer que les politiques professionnels et les affidés de la municipalité secondés par les services municipaux tenteront encore un peu de donner le change. Mais ça ne saurait durer longtemps. Les quelques retraités sincères qui ont le temps et le goût de s’y impliquer ne devraient pas cautionner ces pantalonnades éternellement.

Ici aussi la municipalité Piolle a voulu trop en faire dans la tromperie.Elle souffrira d’abord de ses excès.

photo de une  : les panneaux de consultation de la population par terre place Victor Hugo: tout un symbole

 

 

 

Catégories : Actualité