Palais des Sports: GRENOBLE PERD AUSSI LA FED CUP

Publié par user1 le

 » Ni la Région, ni le Département ne pouvaient s’engager dans un dossier mal préparé et mal ficelé, qui ne permettait pas d’envisager une issue positive” ont communiqué ensemble la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le département de l’Isère. Vendredi en effet la Métro présidée par Christophe Ferrari (PS) annonçait dans le DL que Grenoble renonçait à être candidate à l’accueil de la finale de la Fed Cup, compétition de tennis féminin, en novembre prochain, au Palais des sports de Grenoble.

La  » Métropole  » était dans l’incapacité de présenter une candidature ! C’est dire le dynamisme , la compétence et la réactivité qui la caractérise. Engluée dans des batailles de nains, dirigée par un « attelage » brinquebalant la Métro poursuit sa descente aux enfers.Car sous Destot (PS) avec les Jeux Olympiques Grenoble, humiliée,  passait derrière … Annecy après avoir déposé un mauvais dossier porté par Stéphane Siébert (PS) compagnon de Geneviève Fioraso (PS).Mais il y en avait au moins un !

O.BERTRAND ( Verts/Ades) GÉRE LE PALAIS des SPORTS !

La gestion du Palais des Sports ayant été confiée à un élu , Olivier Bertrand (Verts/Ades) dont la première caractéristique n’est pas l’empathie à l’égard des autres et dont le sectarisme se manifeste dans chacune de ses décisions , conduire une telle candidature est quasiment impossible. On sait ce qu’il est advenu de nombre de festivals,  tel celui du Cirque récupéré par Voiron.

« LA VILLE DE GRENOBLE A ANNULE DES ÉVÉNEMENTS POPULAIRES »

Comme le rappellent les deux collectivités  » alors que la Ville de Grenoble a annulé pour des raisons budgétaires des événements populaires, comme le Tour de France ou les 6-Jours cyclistes, au prétexte du coût de ces manifestations, il serait souhaitable que la municipalité adopte une politique sportive coordonnée avec les autres collectivités. « .

LA FED CUP UNE OPPORTUNITÉ FINANCIÉRE, MÉDIATIQUE et ÉCONOMIQUE

En effet le coût de l’événement se montait à 550 000 € soit à peu près celui de la journée des Tuiles, mais partagé entre la ville, la Métro, le département et la Région. Une bonne opportunité financière pour Grenoble mais aussi en termes de retombées médiatiques et aussi pour l’hôtellerie et la restauration qui souffrent tant. Bien entendu les Rouges/Verts Grenoblois préfèrent inventer de nouveaux moyens de pressurer les grenoblois comme on le voit avec les tarifs de stationnement , plutôt que de chercher des moyens du développement de la ville. Ils raisonnent comme si la décroissance était inéluctable et les besoins réduits au minimum vital. Pour les autres.

L’AGGLOMÉRATION S’ENFONCE DANS LA CRISE et la MÉDIOCRITÉ

Une fois de plus, Grenoble passe donc a côté d’un événement qui l’ouvre sur l’extérieur et lui rapporte.

 » Le Département et la Région soutiennent bien évidemment le sport de haut niveau, connaissant l’effet locomotive de ces manifestations, comme la Foulée blanche. Et nous sommes tout à fait disposés à accueillir des manifestations à caractère exceptionnel à condition qu’elles soient inclusives et surtout organisées de manière concertée” écrivent les deux collectivités.

C’est trop simple pour la municipalité Piolle et l’exécutif de la Métro. Ils préfèrent laisser l’agglomération s’enfoncer dans la crise et la médiocrité.

Photo: Olivier Bertrand l’élu Verts/Ades qui gère le Palais des Sports en direct. Résultat , Grenoble ne peut même pas poser sa candidature pour la Fed Cup.