ORAL de SCIENCES PO: CARTON ROUGE pour E.PIOLLE (Verts/PG)
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  ORAL de SCIENCES PO: CARTON ROUGE pour E.PIOLLE (Verts/PG)
21 nov 2017 07:11 Commentaires fermés user1

L’image prise par un participant au grand oral d’Eric Piolle, le Mire (Verts/PG) de Grenoble,  organisé par Sciences Po,  ressemble  sans contestation possible à  une courbe de Air Rhône-Alpes! Pourtant jeudi dernier tout avait été organisé par l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) – sans journalistes ni opposition- pour que tout se déroule conformément à la culture locale. Le « débat » est toujours circonscrit dans le cadre d’une même politique dont on peut éventuellement discuter du rythme, mais pas des effets et encore moins d’une alternative.

Mais tout de même, les fausses consultations, les tricheries, le refus de la votation, les contorsions et les seuils qui permettent de ne jamais donner le pouvoir aux Grenoblois sauf pour trancher entre un pigeonnier contraceptif et un poulailler collectif ont fini par être mises au jour .

Ainsi , alors qu’Eric Piolle et Pascal Clouaire son Adjoint  à la création des labyrinthes avaient à nouveau répété les laborieuses explications, les étudiants ne se s’y sont pas trompés rejoignant les grenoblois. « Les cartons rouges ont d’ailleurs fleuri sur ces questions, » avait sobrement noté Place Gre’Net.

 

LES CARTONS ROUGES LARGEMENT MAJORITAIRES

En fait l’image prise par ce participant démontre que les cartons rouge sont largement majoritaires : en effet, les cartons sont verts d’un côté et rouges de l’autre, sur la photo c’est donc bien une nette majorité de rouges qui sont face à E. Piolle.

Ainsi ce que nous avions défini comme le « temps des faussaires » en matière de démocratie locale est largement établi et va rendre la tâche de la municipalité de plus en plus difficile au fur et à mesure que les fausses opérations de consultation vont se poursuivre.

Rappelons que pour les « budgets participatifs » on est passé de  6000 votants en 2016 a 3500 en 2017 : « Pour sa troisième édition en 2017, le budget participatif n’a guère attiré les foules«  a reconnu aussi Place Gre’Net. Tout le monde a bien assimilé qu’Eric Piolle occupait les grenoblois par une com’ massive et appelait à voter sur des clopinettes pendant qu’il prenait en toute opacité les décisions importantes.

« LE PUBLIC N’A JAMAIS ÉTÉ VRAIMENT CONVAINCU » 

Mais ajoute ce participant  au  » Grand Oral »  de Sciences Po » sur toutes les questions, le public présent n’a jamais été vraiment convaincu par les réponses de E. Piolle, de mémoire il y avait environ 50% de cartons verts et rouges à chaque fois. »

Rejoignant le jugement du site d’information Place Gre’Net :  » C’est peu dire qu’Eric Piolle n’a pas complètement convaincu son auditoire » (!)

Ainsi l’opération de promotion tourne au fiasco.  Mais c’est l’ensemble du système qui est grippé.

Il n’y avait évidemment personne à l’exposition sur le design organisée à l’hôtel de ville ce samedi 17 novembre parce que les grenoblois attendent des propositions pour le mobilier urbain. Or la municipalité, voulait glisser de la place  réservée à la propagande municipale, à un « débat » sur la place du design  (!). A force de prendre les grenoblois pour des boeufs, ils se rebiffent ou restent chez eux.

LA MUNICIPALITE CARIGNON RENDAIT LE POUVOIR AUX GRENOBLOIS 

Grenoble mériterait des débats équilibrés et éclairés tels que la municipalité Carignon les organisait sur les grands dossiers comme le référendum sur le tramway permettant de rendre le pouvoir aux citoyens en leur donnant tous les éléments du projet.

Pour toutes ses décisions la municipalité Piolle fait l’inverse : la fermeture de Grenoble est décidée unilatéralement sans débat ni même étude d’impact. Les bétonisations de Berriat, de Flaubert, de l’esplanade sont imposées.

Même des étudiants peu au fait des questions municipales ont compris le cynisme de la méthode. L’habillage dont la majorité la recouvrait jusque là n’était pas analysé publiquement. La municipalité  est désormais à découvert. Le roi est nu.

Share