O.NOBLECOURT (PS) UNE PRATIQUE À L’OPPOSÉ DE SES ENGAGEMENTS

Publié par Les Républicains 38 le

Afin de devenir Député Olivier Noblecourt , fils de ,  a ravi sans vergogne à A.Djellal la suppléance de Michel Destot au moment ou ce dernier pensait être Ministre  estimant avoir , lui, « les qualités , les valeurs, les compétences pour être parlementaire  » que n’avait donc pas A.Djellal. ( Municipalité de Grenoble : A.DJELLAL (PS) VERS LA COMPENSATION MINIMALE)

Il  écrit pourtant dans la charte qui définit ses « engagements et valeurs » ( son blog dont on ne se lasse pas ) : »Nous devons reprendre notre mission historique qui est d’être d’abord les porte-paroles des exclus, des précaires, de ceux qui souffrent et qui perdent systématiquement à chaque « réforme » de notre société. C’est en ce sens que la recherche de la fraternité doit être au cœur du discours politique de la gauche (et du contenu de ses actions !), parce que la fraternité suppose la reconnaissance de l’Autre, donc la confiance.  »

ça ne s’invente pas . Insistant sur  » le contenu de ses actions  » . Une telle  » recherche de fraternité  » a été particulièrement  appréciée par A.Djellal, S.Gemmani et tant d’autres de ses « amis  » du Conseil .

NOBLECOURT  » PROFESSIONNEL DE LA POLITIQUE  »

En effet son collégue de la coalition autour du PS au  Conseil Municipal alors membre à ses côtés du Conseil du Centre Communal d’Action Sociale , ( CCAS) que O.Noblecourt préside, Stéphane Gemmani a démissionné en expliquant :   »Lors du conseil d’administration , je découvre un document, sans avoir été informé au préalable et encore moins associé à son élaboration. J’exprime mon regret et en guise de réponse, Noblecourt, avec mépris, me reproche de ne pas honorer les rendez-vous qu’il fixe à des horaires qui sont incompatibles avec mon emploi du temps. C’est facile pour lui de dire ça, lui qui est un professionnel de la politique, alors que moi, eh bien oui, j’ai un travail et je ne peux pas me libérer sur commande ».

« TIRER LA COUVERTURE DU SOCIAL »

Autre goutte d’eau pour Gemmani: « Noblecourt prétend que les préventions et les préconisations sociales relèvent uniquement de la compétence du CCAS et aucunement de l’action municipale, alors que le maire m’a confié ces missions. Alors, qui est le chef de la maison, c’est Michel Destot, maire de Grenoble, président du CCAS ou Olivier Noblecourt qui veut tirer à lui toute la couverture du social ? Moi, avec mon expérience sur le terrain, je suis là pour travailler, ma seule ambition, c’est celle du coeur, je ne suis pas, moi, guidé par ma petite ambition personnelle ».

Un message sur  » la fraternité « de Olivier Noblecourt  de l’un de ceux qui travaillent avec lui.

O.NOBLECOURT : DERNIER TEXTE LE 30 AVRIL

Celui qui se présente sur son même blog ( sans rien oublier)  comme « adjoint au Maire de Grenoble, chargé de l’action sociale et familiale ,vice-Président du CCAS de Grenoble ,conseiller communautaire à la Métro ,co-président de la commission « Logement – Habitat » à la Métro ,vice-Président d’Actis, bailleur social ,président de Sud-Isère Téléalarme ,administrateur du CHUG et de l’Association de Gestion des Centres de Santé, administrateur de la SDH, bailleur social, et de la SEM Sages ,membre du conseil d’administration de l’Union Nationale des CCAS  » … ( n’en jetez plus ) a posté le dernier message sur son blog le… 30 avril dernier .
Depuis lors on ne peut malheureusement pas suivre  » le journal de bord d’un élu à l’action sociale  » tel que s’intitule ce blog !

Est-ce à dire qu’Olivier Noblecourt a été débordé par ses fonctions absorbantes ? En ce cas pourquoi avoir cherché à être parlementaire ? Cela ne nous semble pas conforme aux  » engagements et valeurs  » qui sont censés être les siens . Ni conformes au « contenu  » des engagements qui semblait si important pour lui.
Le 30 avril  il analysait notamment comment  » répondre aux dérives populistes  » à partir d’un livre . On espère qu’il a lu d’autres livres depuis cette date même s’il ne nous fait pas bénéficier de  sa haute analyse .

En tout cas , concernant la  » dérive populiste  » il est une méthode assez connue pour l’éviter qu’on peut lui conseiller : des élus qui agissent conformément à leurs engagements, des élus qui ne courent pas après les postes . Bref l’opposé de sa démarche .

Ce texte est un extrait de PS/Grenoble : J.Safar et O.Noblecourt , le pouvoir pour le pouvoir, la lutte s’accélére

Catégories : Non classé