O.NOBLECOURT (PS): À GRENOBLE, DANS LES QUARTIERS, IL FAUT FAIRE COMME AVANT…

Publié par Les Républicains 38 le

Dans le bla-bla-bla abscons et prétentieux de Olivier Noblecourt (PS) on retiendra une chose : l’aveu de l’échec des politiques de la ville conduites jusque là.

Dans un ( long) texte de son blog l’Adjoint au Maire de Grenoble écrit : « Le constat fait aujourd’hui consensus : initiée par le rapport d’Hubert Dubedout, « Ensemble, refaire la ville » de 1983, la politique de la ville, à l’origine appelée développement social des quartiers, est aujourd’hui dans une impasse (….)jamais l’écart entre les zones urbaines sensibles (ZUS) et le reste du territoire n’a été aussi important, qu’il s’agisse de pauvreté, d’accès à l’emploi, à la santé ou du droit à la sécurité ».

LES MOTS DÉLINQUANCE, CHÔMAGE, ÉCONOMIE SOUTERRAINE NE SONT PAS PRONONCÉS !

Même si les mots délinquance, économie souterraine et chômage ne sont pas prononcés car Olivier Noblecourt leur préfère  » accès à l’emploi et droit à la sécurité (!) ,les choses sont dites.

D’ailleurs de passage à Grenoble les deux chargés de mission  du Ministre de la Ville, Mohamed Mechmache (fondateur du collectif AC le feu) et Marie-Hélène Bacqué (urbaniste) ont entendu la même chose : » la situation des quartiers empire  » leur a lancé A.Benyoub un habitant de Villeneuve ( DL 08/05/13)

IL S’AGIT DE GOMMER LES RESPONSABILITÉS DU PS

Évidemment le Vice Président du CCAS se penche longuement sur les causes de l’échec  un échec qu’il nomme  » impasse  » dans son vocabulaire policé. Car O.Noblecourt met par les mots une large distance entre lui et  la triste réalité. Il théorise beaucoup. Il conceptualise énormément. Bref il n’est pas modeste pour un Adjoint qui porte autant la fraternité dans son coeur.  (O.NOBLECOURT (PS) UNE PRATIQUE À L’OPPOSÉ DE SES ENGAGEMENTS  ) Il croit aussi impressionner et noyer le poisson par de multiples citations de livres et d’auteurs.

Mais comme il analyse lui-même l’échec ,cela lui permet de gommer toutes les responsabilités des élus PS qui ont géré Grenoble.(BÉTON, PAUPÉRISATION…LA MUNICIPALITÉ DESTOT REJOINT LE VERDICT DE L’UMP)

ÉVITER D’APPROCHER LES CONSÉQUENCES HUMAINES DES ÉCHECS

La méthode est toujours la même – un peu répétitive – qui consiste à se décréter étalon du problème pour en dire les ratés et les solutions. Pour faire oublier qu’on est aux manettes et en l’occurrence pour la municipalité Destot depuis 18 ans. Éviter autant que possible d’approcher les dramatiques conséquences humaines de ces politiques (Insécurité à Grenoble: « Pourquoi, après 30 ans, je quitte le village Olympique le 1er Juillet »)

PAS QUESTION DES ATTRIBUTIONS DE LOGEMENTS, DE LA PAUPÉRISATION…

Et du peuplement des quartiers depuis 18 ans avec l’outil du logement social et les attributions de logements il n’est pas question: pourtant les conséquences sont très concrètes sur les phénomènes dénoncés par Olivier Noblecourt. ( LOGEMENT:un TÉMOIGNAGE ACCABLANT sur L’ÉCHEC des VERTS/ADES à Grenoble ). l’INSEE a rendu un rapport terrible sur la paupérisation accélérée de Grenoble et la précarisation de ses habitants comparativement aux communes environnante et Olivier Noblecourt n’y serait pour rien ?(VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ)

ET OUBLI DE VILLENEUVE LE GRAND PROJET DE DUBEDOUT ET DU PS

On ne voit pas pourquoi les auteurs des échecs viendraient nous expliquer ce qu’il faut faire ! Car en citant Dubedout, Olivier Noblecourt oublie Villeneuve qui est pourtant la quintessence du projet urbanistique « global » des socialistes lequel ne pouvait que réussir. Il aura fallu attendre 40 ans de discours expliquant les forces du projet pour entendre la municipalité Destot reconnaître qu’il s’agit d’un échec retentissant ! (Pour l’Adjoint à l’Urbanisme « Les choix urbanistiques de Villeneuve sont un échec ! »)

Et toutes les générations sacrifiées par les discours du PS ne devraient pas demander de  comptes à O.Noblecourt et ses amis ? Ils désirent à nouveau donner la leçon sur ce qu’il faut faire dans les quartiers? (GRENOBLE: LA MUNICIPALITÉ PS VEUT TRAQUER CEUX QUI ÉCHAPPENT ENCORE À L’ASSISTANAT!)

UN DISCOURS MÊME PAS RÉNOVÉ

D’autant que le discours n’a pas été rénové! Il a fallu trouver d’autres mots que  » approche globale  » et  » participation des habitants » mais ce sont toujours les seules pauvres idées développées par le PS.

Car  » l’échec des politiques de zonage  » c’est dire à peu près  » approche globale « . Et  » la politique de la ville a échoué parce qu’elle a été mise en oeuvre sans associer suffisamment les premiers intéressés , c’est à dire les habitants  » n’est pas d’une folle originalité par rapport à ce qu’on entend depuis 40 ans.

LES MOTS « EFFORT, RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE, VALEURS PARTAGÉES  » N’EXISTENT PAS

Les mots  » effort « , « responsabilité individuelle,  » sanction » , « règles et valeurs communes  » sont évidemment totalement absentes des propos de l’Adjoint de M.Destot.(Pour O.Noblecourt (PS Grenoble) « ceux qui paient des impôts sont aisés »)

On reste dans l’illusion d’un concept type « Villeneuve » même si on reconnaît l’échec du projet initial: grâce à un système d’assistanat  généralisé que O.Noblecourt voudrait aujourd’hui voir banalisé pour s’appliquer à tous en fonction des besoins, grâce à un habitat toujours densifié, ce qui a échoué depuis 40 ans deviendrait réussite aujourd’hui! C’est un tour de passe passe un peu grossier.
D’ailleurs toute la politique de la municipalité avec sa volonté de compacité,sa bétonisation à outrance démontre qu’elle n’a tiré aucune leçon du passé.

LE PS EN RESTE À UNE ANALYSE SOCIALE QUI A EXPLOSÉ EN VOL

De plus s’il constate l’insensibilité des habitants des quartiers à la question de l’inégalité sociale ,Il continue quoi qu’il en dise à réduire la problématique des quartiers à la question sociale .

Parce qu’il ne peut pas regarder en face le communautarisme, le retour des tribus avec leurs conséquences en termes de repli sur soi et de refus de toute règle extérieure à elles-mêmes avec leur haine de la civilisation des Lumières:pour le PS il s’agit seulement d’une conséquence de la faiblesse du social, de l’insuffisance des moyens d’intégration, de la crise économique…

UN AFFRONTEMENT DE BOUTIQUIER

Olivier Noblecourt évoque la nécessité du conflit et des antagonismes pour faire avancer. Mais c’est un affrontement de boutiquier qu’il propose. Il est sans objet réel.À un tel niveau de débat entre « plus ou un peu plus » il est obligatoirement perdant.

Il n’oppose pas des valeurs à faire respecter dans une société qui offre à chacun la gratuité de l’éducation, la protection des minima sociaux et la garantie des meilleurs soins pour tous. Il ne se bat pas pour faire aimer la France et ce qu’elle porte en elle d’universel.

BONNE CONSCIENCE AUX TRAFICS EN TOUT GENRE

Olivier Noblecourt et ses amis poursuivent la fuite en avant qui déresponsabilise, infantilise, protège même le pire en donnant par son analyse bonne conscience à  tous les trafics et à toute l’économie parallèle.(UNE CAVE ATELIER de DROGUE,un SOUTERRAIN à MISTRAL propriété de l’OPHLM!).
Car il ne les combat pas.Il n’a pas d’armure idéologique, ni de vraie conviction à opposer à l’utilisation des faiblesses de notre modèle par ceux qui n’ont aucun respect pour lui.Qui ne cherchent qu’à en utiliser les failles pour conforter leur comportement tribal.

LE CREUX DERRIÈRE LE VERBIAGE POMPEUX

En réalité derrière un verbiage pompeux a prétention technicienne , derrière une sémantique analytique  à l’opposé du rôle de l’élu qui doit saisir la réalité humaine et proposer  des directions qui trouveront ensuite leur traduction technique, Olivier Noblecourt est  creux de cette incompréhension du PS face au désastre des quartiers.

À constater le bilan Grenoblois on ne peut pas lui faire confiance. À lire sa prose sur ses orientations on est très inquiet  pour l’avenir.

 

 

Catégories : Actualité