MORALE (3) : UN ANCIEN PRÉSIDENT de SOS RACISME ACCUSÉ de VIOL « Les républicains 38 | Fédération de l'Isère

MORALE (3) : UN ANCIEN PRÉSIDENT de SOS RACISME ACCUSÉ de VIOL
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  MORALE (3) : UN ANCIEN PRÉSIDENT de SOS RACISME ACCUSÉ de VIOL
17 déc 2017 09:12 Commentaires fermés user1

Après Eric Piolle qui conserve des bottes à Singapour, dans l’ancien monde voué selon lui à disparaitre, le Député ( ex PS/ LREM) Jean-Charles Colas-Roy qui défend ses intérêts en matière d’indemnités on a appris que deux anciens Présidents de SOS Racisme Isère se sont affrontés au tribunal correctionnel  (DL du 29/11/17).

Le mari PS qui était candidat aussi sur la liste de JJ Queyranne aux Régionales et la femme qui l’accuse de viol. La première instance a tranché sur la culpabilité et la procédure est en appel. Mais quand on relit  les leçons de SOS Racisme en matière de police des comportements, on se trouve dans un état de sidération que ce soit parmi ceux qui traquent la moindre déviance de mots, la simple faute de vocabulaire, qui s’acharnent sur les fautifs avec une morgue infinie et une hauteur morale au dessus de tout soupçon , que ce type de drame se produit.

La lutte contre la part de nature de l’homme pour accéder toujours mieux à la civilisation des mœurs est permanente , jamais atteinte et les rechutes sont toujours possibles.Pourquoi donc monter  sur ses ergots pour accuser les autres d’y manquer alors qu’on faute soi-même ? Pourquoi faire profession de donner des leçons, de vilipender , de traquer, de poursuivre en meute  quand on est susceptible soi-même d’être accusé des pires des maux?

Décidément la droite a bien tort de baisser la tête et de chercher toujours un blanc -seing de la gauche pour savoir si elle est tolérable. Elle n’a pas de leçon à recevoir d’elle. C’est une faiblesse politique insigne  d’admettre que ce soit elle qui attribue les brevets de respectabilité. En acceptant de se placer sous la surveillance idéologique de la gauche elle admet que celle-ci la protège de ses travers.

Share