MEYLAN: JC PEYRIN ( LR) MET LES POINTS SUR LES « I »

Publié par user1 le

Dans un communiqué rendu public mardi, Jean-Claude Peyrin, Vice Président du Conseil Départemental et Premier Adjoint (LR) de Meylan fait le point du conflit qui concerne la majorité Meylanaise suite aux prises de position de la gauche et des Verts secondés par Michel Bernard qui se dit élu de droite.

 » ON NE PEUT PAS DIRE QU’ON AIME MEYLAN QUAND ON SE REND COUPABLE de TELLES ATTEINTES à SON IMAGE » 

Pour Jean-Claude Peyrin  » Le déferlement de déclarations nauséabondes dans la presse autour du Conseil municipal de Meylan m’agace autant qu’il m’attriste. Aujourd’hui, c’est au tour des élus de gauche de chercher à gagner dans les médias la bataille qu’ils ont perdu dans les urnes. Chacun doit prendre ses responsabilités d’élus et s’abstenir de déclarations de cette nature qui n’ont comme seul effet que de nuire à l’image de notre ville ; on ne peut pas dire qu’on aime Meylan quand on se rend coupable de telles atteintes à son image. »

 » MA PROBITE ET MON HONNETETE PERSONNELLE N’ONT ETE MISE EN CAUSE par PERSONNE »

Ajoutant: «  Pour ma part j’ai toujours privilégié le collectif, et je n’ai jamais transigé avec mon éthique de conviction et de responsabilité. Dans les difficultés que traverse la majorité Meylanaise à propos desquelles il est établi que je n’ai aucune part, je suis demeuré fidèle à ces principes. »

« Par ailleurs, ma probité et mon honnêteté personnelle n’ont été mise en cause par personne. Je suis par ailleurs le seul à disposer d’une légitimité démocratique directe hors du Conseil Municipal  par mon élection personnelle au scrutin majoritaire face à M. Véran. »

« UNE BILE QUI A LA POLITIQUE de la TERRE BRÛLEE POUR ACTION et le RESSENTIMENT POUR SEUL MOTEUR »

Le Vice Président du Conseil Départemental poursuit : « Je ne peux donc laisser déverser publiquement sans répondre une bile qui a la politique de la terre brûlée pour seul moyen d’action, et le ressentiment pour seul moteur .

« Pour ma part j’ai en effet accepté de travailler avec Madame Tardy en toute indépendance, contrairement à d’autres, et en pleine liberté, et je n’ai jamais remis en cause cette collaboration au service de Meylan et des Meylanais.

« M.BERNARD A ETE CHOISI à MA PLACE COMME PREMIER ADJOINT AVEC PROMESSE de SUCCESSION »

Il rappelle la véritable histoire et les véritables motivations de l’ex Premier Adjoint de MC Tardy: « C’est d’ailleurs bien M. Michel Bernard qui a d’abord été choisi à ma place comme Premier Adjoint, avec promesse de succession, et a accepté cette combinaison.  C’est seulement après que ses ambitions aient été contrariées que M. Bernard s’est révélé tout à coup un chantre de la morale publique et un Torquemada local.  

 » MA MORALE PERSONNELLE EST EXIGEANTE, J’AI LA PUDEUR de NE PAS LA PORTER EN BANDOULIERE »

Jean-Claude Peyrin fait bien d’affirmer aussi ce qu’il en est pour lui-même : « Je n’ai donc aucune leçon à recevoir de lui et de quiconque, dans ces domaines, car, si ma morale personnelle est exigeante, j’ai la pudeur de ne pas la porter en bandoulière, ni de la prétendre supérieure à celle des autres. J’ai trop vu de tartuffes dans ces domaines qui relèvent de la conscience individuelle.

EN S’ALLIANT AVEC M.CARDIN (PS), M.BERNARD SOUTIENT LA BETONISATION DE MEYLAN  

« Au plan des faits je rappellerai à M. Bernard que la « bétonisation » de Meylan est imposée par la Métropole à laquelle nous résistons de toutes nos forces sur ce sujet. En s’alliant lui-même avec M. Cardin  qui siège à la Métropole dans la même majorité que M. Piolle, lesquels  conduisent cette politique, il poursuit dans la cohérence et  l’honnêteté intellectuelle qu’on lui connaît. »

LA GAUCHE et les VERTS UTILISENT LES COMPORTEMENTS IRRESPONSABLES de M.BERNARD 

S’agissant des élus il ajoute:  » Je ne le laisserai pas non plus mettre en cause Jean-Pierre Barbier, Président du Conseil Départemental, Michel Savin, Sénateur, et tant d’autres élus légitimes qui s’inquiètent de l’avenir de Meylan, en constatant notamment des comportements aussi irresponsables que le sien, et l’utilisation que la gauche et les Verts déjà très puissants dans l’agglomération peuvent en faire.

 » Damien GUIGUET A PROPOSE MA CANDIDATURE POUR METTRE FIN à UN CONFLIT QUI A TROP DURE »

En conclusion Jean-Claude Peyrin affirme:  » Après que Marie-Christine Tardy ait choisi Michel Bernard comme Premier Adjoint, puis proposé Damien Guiguet comme Maire, choix que j’ai respecté, c’est aujourd’hui Damien Guiguet et lui seul qui a proposé ma candidature afin de mettre un terme à cette crise qui a trop duré.

« M.Bernard n’est heureusement pas juge de la légitimité de cette candidature, ni ne dispose de la qualité pour décider qui a le droit de siéger aux côtés du Maire ! Non, en effet, la fin ne justifie pas les moyens.

 » DES POSTURES SANS RAPPORT AVEC LES CONVICTIONS »

« Ma consternation devant tant de postures sans rapport avec les convictions,  exprimées par des élus Meylanais ou extérieurs, ne remet en aucune façon en question ma détermination à servir Meylan, à privilégier le collectif plutôt que les aventures individuelles, et à faire fi des égos surdimensionnés qui ont oublié qui ils sont, d’où ils viennent, et ceux qu’ils devraient d’abord servir avant eux-mêmes. 

« Ce sont des règles que je continuerai d’appliquer, fidèle à ce que j’ai toujours accompli au service de mes concitoyens. » 

Une prise de position qui met les points sur les « I » et les personnages de cet palinodie à leur place.