MÉTRO: LE FONDS D’AIDE AU COMMERCE a CÔTÉ des BESOINS
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  MÉTRO: LE FONDS D’AIDE AU COMMERCE a CÔTÉ des BESOINS
7 août 2017 06:08 Commentaires fermés user1

Christophe Ferrari Président (PS) de la Métro  et Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble ne comprennent pas pourquoi les commerçants de la ville baissent les rideaux alors qu’ils ont mis en place un système de subvention à l’investissement!

Nos grands économistes locaux ne connaissent que la bureaucratie et l’argent public pour fonctionner. Ils constatent qu’au bout de plus d’un an,  pas plus de 50 commerçants sur les 7000 de l’agglomération ont fait appel à ce fonds .
Une subvention de 15 00 à 7500 € pour des travaux d’un montant de 5 000 à 25 000 € ( 30% de la dépense) a servi seulement  d’effet d’aubaine pour quelques uns qui ont bien raison d’en profiter . Pourquoi – malgré la paperasse exigée- se priver de cet apport alors qu’ils allaient réaliser une rénovation de leur commerce?

CEUX QUI N’ONT PLUS DE CLIENTS NE RISQUENT PAS D’INVESTIR

Mais pour tous ceux qui n’ont plus de clients ça ne correspond à rien. Si l’enseigne Guy Degrenne rue Thiers ou « La Maison de la Clé » installée depuis 50 ans square Léon Martin part  à Meylan et quittent le centre ville avec des dizaines et des dizaines d’autres, ce ne sont pas les 15 00€ pour réaliser 5000 € de travaux qui les feront rester.

Ni pour tant d’autres dans les rues piétonnes dont les rideaux baissés attendent désespérement repreneurs.

« Comment expliquer que la moitié du budget prévu n’est pas utilisé ? « a demandé le DL ( 6/7/17) au malheureux Guy Jullien conseiller délégué au commerce de la majorité PS/PC/Verts/PG de la Métro qui répond benoitement : » Ces aides ne sont qu’un levier à l’investisse­ment, mais ne peuvent à elles seules déclencher la décision d’investir. Et ce ne sont que des entreprises en bonne san­ té qui se lancent dans des in­vestissements «. Evidemment.

 » LA MAIRIE FORCE LES COMMERçANTS à S’ENGAGER DANS des TRAVAUX SUPPLÉMENTAIRES »

Sur le site d’opposition « Grenoble, le Changement » suite à un post sur ce sujet un internaute, Bruce Alibert a ajouté des éléments d’information:   » En plus du montage de dossier compliqué en papiers et commissions, l’attente de plusieurs mois pour avoir une réponse, les problèmes avec les bâtiments de France, la mairie force les commerçants qui voudraient recevoir cette subvention à s’engager dans des travaux supplémentaires. En effet, il force l’application des règles de conformités les plus contraignantes en matière d’accès aux personnes handicapés. C’est à dire qu’un commerçant qui a une petite boutique, qualifiée d’ERP (établissements recevant du public) de 5em catégorie, ce voit forcé à faire des travaux supplémentaires dans sa boutique, pour la réception de personnes à mobilité réduite, comme si il était une grande surface (ERP de 1er catégorie). Donc au final, les quelques milliers d’euros de la subvention, sont presque tous dépensés dans les nouveaux travaux que le commerçant est forcé de réaliser. C’est pour cela que la plus grande partie des commerçants ne demandent rien, préférant économiser leur énergie et leur précieux temps. » 

Ce commerce quitte le square Léon Martin devenu inaccessible pour s'installer à Meylan devant un parking

Ce commerce quitte le square Léon Martin devenu inaccessible pour s’installer à Meylan devant un parking

LES COMMERCANTS ATTENDENT des CLIENTS et  DES RUES BONDÉES …

Les commerçants attendent des clients, des consommateurs, des rues bondées d’affluence et plutôt des passants à revenus moyens et élevés. Alors que tout se dégrade inexorablement comme l’avait d’ailleurs relevé Jean-François Commandeur Président de l’Union de Quartier Lafayette-Développement, commerçant dans l’habillement ( DL du 14/6/17). En quelques années, de plus attractive que Lyon avec la municipalité de droite des années 90 , Grenoble l’est devenue moins que la capitale de la Région et même que Chambéry avec la paupérisation organisée par les élus PS et Verts/Ades.

LE RÔLE de la COLLECTIVITE: CRÉER UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE

Le rôle d’une collectivité est de créer cet environnement économique favorable au développement créateur d’emplois, pas de prendre des mesurettes qui interviennent à l’intérieur du processus économique et accroit encore le besoin de fonctionnaires ne serait ce que par le traitement des dossiers individuels . Bref la Métro à tout faux.
Un environnement qui passe aussi par une ville propre, embellie, entretenue, sure, à l’espace public qui ne soit pas encombré de bandes avinées et de mendicité agressive.

AUCUN FONDS D’INDEMNISATION POUR COMPENSER la BAISSE du CHIFFRE d’AFFAIRES 

De plus par son refus de réaliser une étude d’impact préalable à la fermeture de Grenoble, elle a démontré qu’elle n’entendait aucunement analyser les conséquences de ses décisions. En annonçant brutalement qu’elle ne mettrait en place aucun fonds d’indemnisation appuyé sur la baisse vérifiable des chiffres d’affaires sur la base des documents comptables officiels, elle a démontré même son refus d’accompagner le commerce dans les changements brutaux qu’elle lui impose. Or la perte de chiffres d’affaires est de l’ordre de 40 % en moyenne depuis le début des travaux!

LES PREMIÈRES LIGNES de TRAM SANS AUCUN RIDEAU BAISSÉ …

Des élus responsables auraient en effet accepté d’assumer les conséquences de leurs actes: si les travaux qu’ils décident unilatéralement ont des effets négatifs , leur devoir est d’en payer les conséquences financières. Mais c’est bien parce qu’ils savaient que l’impact serait terrible -contrairement à leurs discours officiels – qu’ils ont refusé de mettre en place une aide qui l’aurait mesuré avec précision.

… ON EST PASSÉ A L’HÉCATOMBE COMMERCIALE AVEC LA LIGNE E 

Alors que le 5 septembre prochain Grenoble va fêter le 30 eme anniversaire de l’inauguration du Tram, il faut rappeler que la municipalité de droite avait mis en place un fonds d’indemnisation pour la réalisation des premières lignes – celles ont qui impacté le plus grand nombre de commerces puisqu’elles desservaient l’hyper centre- en réussissant à ce qu’aucun rideau ne soit baissé pendant la période. Ensuite cette politique a été abandonnée par les élus PS/PC et Verts/Ades produisant l’hécatombe commerciale de la ville.

A SINGAPOUR ON NE CONNAIT PAS DE PROBLÈMES D’ÉCHÉANCE 

L’agglomération est dirigée par des bureaucrates idéologues vivant de l’impôt qui n’ont qu’un rapport très lointain avec l’économie réelle. Être actionnaire à Singapour n’amène pas à connaître les problématiques d’échéances et de fins de mois. Surtout avec un subventionnent public massif à Grenoble pour 10 emplois…

Ces élus imposent leurs dogmes à coups de tractopelles et s’étonnent que les systèmes qu’ils mettent en place avec l’argent public ne correspondent pas aux besoins de l’économie!

A partir de quel degré d’échec l’idée de partager le pouvoir avec les personnes concernées avant de prendre une décision pénétrera t elle leur entendement?

Partager/Marquer