M.SAVIN (LR) et la Taxe d’Habitation: « LE LIEN ENTRE LE SERVICE et le COÛT « 

Publié par user1 le

Au fur et à mesure des exonérations d’impôts les citoyens sont transformés en consommateurs. Ils exigent des services dont ils ne connaissent pas le coût puisqu’ils n’y contribuent pas.

L’impôt sur le revenu n’est déjà plus payé par la moitié des Français et Emmanuel Macron voudrait à peu près faire de même avec la Taxe d’Habitation. Ce qui amène à faire reposer la contribution nationale et locale sur  les classes moyennes et à supprimer toute responsabilité  civique.

Les Isérois interrogés hier par le  » Dauphiné Libéré » ne sont pas dupes et la plupart se demandent bien quel impôt va augmenter pour continuer à financer les collectivités locales!

Interrogé à cette occasion par le DL ( 24/7/17) Michel Savin qui conduit la liste  » L’Isère au Sénat » s’en explique en répondant aux questions .

E.MACRON AJOUTE 3 MILLIARDS de PRELEVEMENT sur les COLLECTIVITES LOCALES

« Lors de la Conférence natio­nale des territoires au Sé­nat, Emmanuel Macron a une nouvelle fois fait évoluer ses positions. Si certaines propositions peuvent être saluées, telle la création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, d’autres sont beaucoup plus in­quiétantes, notamment celles qui vont imposer de nouveaux efforts budgétaires aux collecti­vités locales. Alors qu’il avançait durant sa campagne des écono­mies de 10milliards d’euros sur les collectivités, ce montant est aujourd’hui annoncé à 13 milliards d’euros en 5 ans. »

TAXE D’HABITATION: « DES REVIREMENTS INCESSANTS « 

Michel Savin ajoute: «  Dans le même temps, le Président a confirmé la réforme de la taxe d’habitation, qui fait l’objet de revirements inces­sants sur la précision de ses contours entre le programme d’Emmanuel Macron, le discours de politique générale d’Edouard Philippe et l’arbitrage final rendu le 10 juillet. « 

 » NECESSAIRE POUR UN MAINTIEN DU SENS CIVIQUE « 

Pour le Sénateur de l’Isère:  » en tout état de cause, la suppression de cet impôt dynami­que est un nouveau coup dur dans un contexte de baisse drastique des dotations et de hausse exponentielle du coût des normes imposées par l’État. De même, l’exonération massive de la taxe d’habitation distendrait le lien entre le service rendu localement et le coût de ce même service, nécessaire pour un maintien du sens civique. « 

Catégories : Actualité