L’OPPOSITION A  » ÉVALUÉ  » LA MÉTRO (PS): + 177,8% de Dette par rapport à la moyenne

Publié par Les Républicains 38 le

Au moment ou Didier Migaud ex Député (PS) ex Président de la Métro vient évoquer à Grenoble « l’évaluation des politiques publiques », le Groupe d’Opposition  » Métro Alternatives  » se rappelle au bon souvenir de la majorité PS/PC de la Métro.
Le groupe d’opposition présidé par le Sénateur (UMP) Michel Savin a « évalué » avec précision les conséquences catastrophiques de la politique conduite par… Didier Migaud et Marc Baïetto.(ET SI ON ÉVALUAIT D.MIGAUD ?)

LES ÉLUS PS SONT EXPERTS ET JUGES DE LA PERTINENCE DE LEURS POLITIQUES

Pas besoin de colloque.Seulement quelque chiffres. Gageons qu’ils auront moins de publicité que les discours vagues et creux de MM Migaud, Baïetto,Destot, Safar et Noblecourt, élus PS qui sont intervenus en experts et juges de la pertinence de leurs politiques et de ses résultats.(.Évaluation des politiques publiques: LES ÉLUS PS/VERTS S’ÉVALUENT EUX MÊMES ET SE TROUVENT BONS)
Ils osent tout et reconnaissons que les médias ont été assez peu investigateurs une fois de plus…

LA MÉTRO VIT AU DESSUS DE SES MOYENS

Dans un document largement diffusé le groupe rappelle qu ‘  » au cours du débat d’orientation budgétaire les élus du groupe « Métro-Alternatives » affirmaient que la Métro vivait au-dessus de ses moyens ».
Le groupe réclamait des arbitrages « en matière de réduction des dépenses de fonctionnement ». Il avait aussi » suggéré d’engager un véritable plan de désendettement sur plusieurs années, tant la dépendance de la Métro à la dépense publique est devenue forte ».
Ces préconisations sont d’ailleurs également portées par l’ex Président de la Métro maintenant qu’il a été nommé Premier président de la Cour des comptes, Didier MIGAUD, lequel recommandait aux collectivités locales de diminuer leurs budgets de fonctionnement pour rétablir l’équilibre de leurs finances publiques.

DES CHIFFRES ACCABLANTS

Le groupe d’opposition constitué de Michel OCTRU et Bertrand LACHAT ( Claix)  Jean-Pierre VICARIO et Pierre JOIRE ( Corenc) Michel SAVIN et Laurent COEUR ( Doméne)  Jean-Yves POIRIER et Stéphane DUPONT-FERRIER ( Le Fontanil)  Matthieu CHAMUSSY ( Grenoble) Marie-Christine TARDY et Damien GUIGUET ( Meylan) Christian COIGNE et Lionel FILIPPI ( Sassenage)  Hervé-Jean BERTRAND-POUGNAND et Edouard YTOURNEL ( La Tronche)  Jean-Jacques BELLET et Magali CRISTINI ( Varces) a établi un tableau comparatif catastrophique pour la gestion PS.

Ainsi pendant que les élus PS se congratulent, organisent entre eux des évaluations « des politiques publiques », des politiques dont ils sont à la fois les auteurs et les  » évalueurs  » (!) les chiffres accablants devraient les rendre plus modestes.

+ 36, 5% DE FRAIS DE FONCTIONNEMENT QUE LA MOYENNE !
Et ce qu’on voit pour la Métro est tout à fait comparable à ce qui est à Grenoble ou l’Adjoint aux Finances , Jérôme Safar (PS) est aussi le… Président du Comité d’évaluation de la ville !(GRENOBLE : LES CHIFFRES ACCABLANTS DE LA GESTION DESTOT (PS))

Le groupe Métro Alternatives a ainsi publié les éléments suivants qui pourraient figurer utilement à l’ordre du jour des journées de l’évaluation des politiques publiques :

D’après le compte administratif 2012 de la Métro :

– les dépenses réelles de fonctionnement par habitant s’élèvent à 734 euros alors que la moyenne nationale de la même strate est de 538 euros (soit +36,5%) ;

+ 177,8% DE DETTE PAR RAPPORT À LA MOYENNE !

– les recettes des impôts directs par habitant sont de 361,2 euros en comparaison avec la moyenne nationale qui est de seulement 329 euros (soit +9,8%) ;

– la dette par habitant est de 903,49 euros, soit trois fois le montant de la moyenne nationale, qui est de 325 euros (soit +177,8%).( M.BAÏETTO (PS MÉTRO ) EST MÊME CONTENT DE SA DETTE QUI EXPLOSE !)

 – un encours de dette supérieur aux recettes réelles de fonctionnement (365,16 millions d’euros par rapport à 348 millions d’euros) ;

Le niveau d’endettement de la Métro est beaucoup trop élevé. Cette situation alarmante a plusieurs conséquences :

– Ce haut niveau d’endettement réduit l’autofinancement et interdit ainsi un programme d’investissements ambitieux. La réduction de 10 millions d’euros des investissements de la Métro pour 2013 en est la preuve. L’investissement est pourtant essentiel pour l’emploi local, notamment pour les carnets de commande du secteur du BTP.(GESTION PS DE LA MÉTRO : TOUS LES CLIGNOTANTS AU ROUGE, les vrais chiffres)

UNE DETTE À RISQUES ET À TAUX VARIABLE TROP ÉLEVÉE

-Un stock de dette élevé expose la Métro aux éventuelles fluctuations des marchés financiers.

– Une dette à risque élevée (près de 10% des emprunts de la Métro sont hors « charte Gissler ») avec 36% de l’encours à taux fixe et 64% à taux variable.

Et le groupe d’opposition de remuer le couteau la ou ça fait mal :
« La majorité socialo-communiste de la Métro n’a pas manqué début 2012 de mettre en évidence une légère amorce de désendettement de 500 000 euros sur un encours de dette qui s’élevait à 355,5 millions d’euros (soit moins de 0,15% de l’encours).
Un an plus tard, l’encours de la dette est passé à 365,1 millions d’euros, ce qui représente une progression de 10 millions d’euros (soit plus de 2,74% de l’encours).Dommage que l’embellie ait été d’aussi courte durée !  »
Et si insignifiante pouvons nous ajouter.

Bref tous les clignotants sont au rouge. Et on s’étonne que pendant ce temps , M.Baïetto , Madame Blancc-Tailleur et les élus PS pérorent sur des estrades pour donner des leçons d’évaluation des politiques publiques!

 

 

 

Catégories : Actualité