LOGEMENT: LES QUARTIERS SUD de GRENOBLE SPOLIES par la MUNICIPALITE
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  LOGEMENT: LES QUARTIERS SUD de GRENOBLE SPOLIES par la MUNICIPALITE
21 fév 2015 07:02 Commentaires fermés admin

Les chiffres publiés par la Fnaim ( DL du 15/2) sont catastrophiques pour Grenoble. En réalité le prix du logement s’effondre dans tous les quartiers populaires ce qui aboutit à une véritable spoliation des moins favorisés et de la classe moyenne. Cette tendance permanente depuis une vingtaine d’années entre maintenant dans une spirale très dangereuse qui pourrait aboutir à une ghettoïsation définitive de quartiers entiers. Les propriétaires occupants étant dans l’impossibilité de vendre leur bien.

ON EST DESCENDU JUSQU’A 800 € le M2 !

La FNAIM précise qu’on peut descendre jusqu’à « 800 euros le mètre carré. Ce qui signifie concrètement acquérir un appartement de 70 mètres carrés pour 55 000 euros! » .

A Villeneuve et au Village Olympique on est descendu à 1400€ le m2,  la chute du prix de vente étant encore de moins  25% en 2014. A Teissere on rattrape par une chute encore plus forte : – 32% , le m2 atteignant 1621€. Berriat enregistre un – 14%, alliés Alpins (avant le bidonville de l’avenue Esmonin) – 5%. Mais les grands boulevards ( – 7,5%) , les Eaux Claires ( -3,5%) La Capuche ( – 2,5%) et même l’hyper centre ( – 2,30%) sont tous en baisse. Pour ce dernier quartier la dégradation accélérée de l’environnement avec la saleté et les bandes , la disparition des commerces,  devrait porter un rude coup au pouvoir d’achat des propriétaires.

LA MUNICIPALITE PIOLLE REGLEMENTE et DISSUADE D’INVESTIR

Pas certain que M.Destot Député (PS) des quartiers sud qui a fait le choix d’investir Avenue Alsace Lorraine pour sa permanence fasse une énorme plus value.

Alors que la municipalité Piolle ne parle que de blocage de loyers, de réquisition de logements  » en ré­glementant ainsi le marché, on dissuade d’investir, alors même que le logement locatif a plus que jamais besoin d’être soutenu  » expliquent les professionnels de l’immobilier dans le « DL ».

5 QUARTIERS DE GRENOBLE SONT EN DESSOUS du SEUIL de PAUVRETE

Cet paupérisation de la ville a été constatée par l’INSEE puisque 5 quartiers sont déjà en dessous du seuil de pauvreté. Mais au delà des statistiques un peu froides la fermeture accélérée des commerces, comme le fait que Grenoble dispose maintenant du premier budget d’assistanat de France ( après Paris) en disent plus long sur l’évolution de la ville.

DES MILLIERS D’HABITANTS VICTIMES de la GAUCHE

Des milliers d’habitants à qui les municipalités de gauche successives vendent la mixité sociale de quartiers en perpétuelle rénovation sur fonds publics, qui répètent à longueur de mandat qu’il s’agit de leur réussite , sont les victimes de cette publicité mensongère.

AU LIEU de FAVORISER L’ENRICHISSEMENT de la CLASSE MOYENNE

Au lieu de protéger cette population méritante et moyenne en donnant de la valeur à leur patrimoine durement acquis par le labeur, afin d’accroître leurs moyens par un enrichissement personnel mérité, la gauche et les Verts haussent encore la proportion de logements sociaux créant les déséquilibres et la dévalorisation. La municipalité Piolle a encore augmenté  cette proportion en passant à 50% dans les nouvelles opérations ( 40% de locatif et 10% d’accession sociale).

DES ZONES ENTIERES de la VILLE SONT BRADEES

Ainsi des zones entières de la ville sont bradées et ceux qui ont acquis voient la valeur de leur bien fondre comme neige au soleil. C’est souvent l’investissement de leur vie. Ils ne peuvent plus quitter le quartier car en échange de la vente de leur appartement, ils n’auraient pas les moyens d’en acquérir un autre.

AU VILLAGE OLYMPIQUE UN HOMME PLEURAIT de ne POUVOIR PARTIR

Cette militante de gauche qui quittait le village olympique après 25 ans racontait que son voisin pleurait de n’avoir pas les moyens de partir. Elle racontait la dégradation , l’insécurité, les vols , l’impossibilité de continuer à vivre malgré une bonne volonté et une ouverture d’esprit.

CETTE GHETTOÏSATION et CETTE PAUPERISATION SOUS LA GAUCHE

On ne dira jamais assez que la municipalité UMP  de 83 à 95 n’aurait jamais laissé ces quartiers devenir ce qu’ils sont. Tous les chiffres et notamment celui de la fréquentation du collége de Villeneuve démontrent que cette ghettoïsation et cette paupérisation se sont effectuées sous la municipalité PS/Verts/Ades/PC.  Probablement une politique volontaire au fort rendement électoral.

L’INVESTISSEMENT PUBLIC SUPERIEUR à la VALEUR du LOGEMENT

Aujourd’hui la municipalité Piolle poursuit la politique conduite depuis 20 ans avec les annonces mirobolantes d’investissements sur le bâti , en particulier à Villeneuve, avec l’aide de l’ANRU. Rapporté au logement celui-ci va représenter beaucoup plus que la valeur marchande de chaque appartement ! Une situation ubuesque ou l’argent public afflue d’un côté tandis que ceux qui ont travaillé sont spoliés ! Celui qui est soumis à l’impôt est volé deux fois: en le payant  et par l’effondrement de la valeur de son bien.

LES ELUS D’EXTRÊME GAUCHE NE SUBISSENT PAS CES INCONVENIENTS à TITRE PERSONNEL

Et qu’on ne s’y trompe pas les élus et membres de l’extrême gauche sont peu nombreux à vivre dans ces quartiers et presque jamais propriétaires. Les responsables qui s’y manifestent se servent des logements sociaux comme résidence secondaire, comme base pour l’agitation du quartier  et dilapident l’argent public comme on l’a vu avec Alain Manac’h et la Maison des Habitants place des Géants à Villeneuve.  Ils ne subissent à titre personnel aucun des inconvénients de la politique qu’ils conduisent.

Eric Piolle ( Verts/PG) n’a pas d’actions dans une start up de Villeneuve,mais plutôt à Singapour. Faut pas tout mélanger.

LE RÔLE D’UNE COLLECTIVITE N’EST PAS L’APPAUVRISSEMENT de la CLASSE MOYENNE

Maintenant,avec le recul, les copropriétaires de Villeneuve ou du Village, ceux de Vigny Musset ou à Berriat , mais bientôt à Alliés Alpins et aux Eaux Claires et pourquoi pas à Bonne vont pouvoir demander des comptes au décideur municipal.

Le rôle d’une collectivité publique n’est pas l’appauvrissement de la classe moyenne sur la base d’une communication qui aura été totalement mensongère. Elle devrait en répondre.

 

Share