Le régime par répartition sauvé par notre réforme des retraites

Publié par Les Républicains 38 le

 1) En votant cette réforme des retraites, notre majorité peut avoir le sentiment du devoir accompli :

  • En menant à bien cette réforme, notre majorité, aux côtés du Président et du gouvernement, peut s’enorgueillir d’avoir été au rendez-vous du courage et de la responsabilité ! Cette réforme est un des actes majeurs du quinquennat.
  • Nous avons tenu bon parce que c’était notre devoir. Notre régime par répartition était au bord de l’explosion : en 50 ans, le rapport actifs/retraités a été divisé par 2 (de 4 pour 1 à 1,8 pour 1) et le temps passé à la retraite a été multiplié par 2 (de 10 à 20 ans !). Aujourd’hui, 1 retraite sur 10 n’est pas financée ! Demain, en 2030, si rien n’avait été fait ce serait 1 sur 6 ! Et le déficit atteint 32 milliards d’euros en 2010 et sans réforme, ce serait 45 Mds€ en 2020 et 100 Mds€ en 2050 !
  • Ne pas repousser l’âge légal de départ, seul vecteur véritablement efficace (ce n’est pas un hasard si tous nos voisins ont choisi ce vecteur plutôt qu’un autre), c’était tuer notre système de retraites par répartition et en priver nos enfants demain !

2) Cette réforme est juste et efficace :

  • juste, parce que nous ne reportons pas la charge des retraites sur nos enfants (retraites à crédit) et nous n’hypothéquons pas leur chance de bénéficier du même système que nous.
  • juste parce que plusieurs avancées uniques au monde sont instaurées dans cette réforme : la prise en compte de la pénibilité, l’amélioration du dispositif carrières longues, la revalorisation des retraites agricoles !
  • efficace, parce qu’elle permet de revenir à l’équilibre en 2018 et qu’elle préserve le principe du système de retraites par répartition.

3) Enfin, cette réforme aura été une nouvelle fois une illustration cinglante de l’incapacité du PS à incarner une alternative crédible et constructive !

  • Faute de proposer un projet alternatif crédible, le PS n’a rien trouvé de mieux que de mettre les jeunes dans la rue en leur faisant croire que maintenir les seniors au travail c’était les condamner au chômage.
  • Pourtant, les pays qui ont le taux d’emploi des seniors le plus élevés sont aussi ceux qui ont le meilleur taux d’emploi des jeunes, et inversement :► Aujourd’hui, en France les taux d’emploi des seniors et des jeunes sont parmi les plus bas de tout l’OCDE : 31,4% pour les 15-24 et 38,9% pour les 55-64 ans… alors que nous avons l’âge de départ à la retraite le plus précoce à 60 ans !

    ► En Allemagne où l’âge de départ est aujourd’hui fixé à 63 ans : les taux d’emploi des seniors et des jeunes sont plus de 15 points supérieurs aux taux français ! (46,2% pour les 15-24 ans et 56,2% pour les 55-64 ans)

    ► Idem aux Pays-Bas : retraite à 65 ans et taux d’activité des jeunes de 68% et des seniors de 55,1% ; aux Etats-Unis, retraite à 62 ans et taux d’activité des moins de 25 ans à 53,9% et des seniors à 60,6% ; au Royaume-Uni retraite à 62,5 ans pour des taux d’activité de 48,4% pour les jeunes et de 57,5% pour les seniors…

    ► En revanche, le seul pays qui fait moins bien que la France –à savoir la Belgique- a lui aussi une retraite à 60 ans pour des taux d’emploi des jeunes à 25,3% et des seniors à 35,3%…

  • Le PS a menti aux Français en leur faisant croire qu’il suffisait d’augmenter les impôts pour y arriver, comme chaque fois. Oubliant de dire que, in fine, c’est le pouvoir d’achat qui trinque !
  • Le PS a menti en oubliant de dire qu’augmenter la durée de cotisation en maintenant l’âge légal à 60 ans, cela revenait à baisser les pensions ! Pour information, l’âge moyen de début d’entrée sur le marché du travail, c’est 22,5 ans !