LE PS GRENOBLOIS ACCUMULE les BOULETS

Publié par user1 le

“Et vous, so­cialistes, qu’auriez­ vous fait différemment depuis deux ans et demi ?” demande le DL aux socialistes Grenoblois . Marie-Jo Salat une élue parmi les plus mal placées pour y répondre – elle est vice présidente de la Métro dans l’exécutif Piolle/Ferrari – s’y colle:  «nous n’avons pas à faire nos preuves, après trois mandats notre bilan est que la ville n’avait ja­mais été aussi dynamique. Mais si nous avions pour­suivi notre travail, on aurait continué à développer les politiques d’investisse­ment,( …) égale­ment investi dans le per­sonnel municipal… »  (DL du 23/10/16)

Avec eux on est jamais étonné. Personne ne nie plus la situation de la ville. Les impôts les plus élevés de France, les dépenses de fonctionnement également et en tête pour la dette par habitant. Eric Piolle (Verts/PG) qui a poursuivi la course en arrivant en 2014 a été menacé d’être mis sous tutelle le 24 mai dernier. ça ne les arrête pas pour autant.

L’AGGLOMÉRATION PERDAIT des EMPLOIS PENDANT QUE LYON EN GAGNAIT

La ville qui « n’a jamais été aussi dynamique » figure parmi les rares agglomérations qui ont perdu des emplois (900) entre 2009 et 2014 alors que l’agglomération lyonnaise en gagnait 27 000 !

Les élus PS dénoncent le « matraquage fiscal » ( réel) de Piolle, eux qui ont augmenté les impôts de + 10% en 2009 après 13 ans de leur gestion déjà catastrophique avec les élus Verts/Ades ( 95/2008). Une augmentation d’impôts que MJ Salat justifie maintenant pour  » soutenir la capacité d’investissement » alors que la ville était exsangue avec une épargne nette négative. la période qui a suivi cet autre matraquage fiscal( 2009/14) a poursuivi la hausse vertigineuse et irresponsable des dépenses de fonctionnement.Qui était Adjointe  du secteur ? Marie-Jo Salat.

Mais Marie-Jo Salat ose quand même dire:  » Nous avons toujours eu com­me préoccupation la maîtri­se des dépenses de fonction­nement ».

Charges de fonctionnement de Grenoble: explosives par rapport à la moyenne nationale des villes

Charges de fonctionnement de Grenoble: explosives par rapport à la moyenne nationale des villes. Elles ont galopé après l’augmentation d’impôts de 2009

PLUS GRAND MONDE POUR DÉFENDRE L’INDÉFENDABLE

A en croire de DL il ne reste pas grand monde pour défendre l’indéfendable. Secondée par le propre attaché parlementaire de Michel Destot, Maxence Alloto, Marie Jo Salat a donc annoncé que les socialistes voulaient répondre. L’attaché parlementaire estimant que  » la désinfor­mation de la municipalité Piolle est insupportable pour beaucoup de Grenoblois et pour les militants qui se sen­tent blessés par un certain nombre d’attaques, notam­ment concernant le bilan de l’équipe de l’ancien maire, Michel Destot … »

CE SONT SURTOUT LES GRENOBLOIS QUI SONT BLESSÉS AU PORTEFEUILLE

Ce sont surtout les grenoblois qui sont « blessés » au portefeuille par une gestion qui a produit des dégâts considérables comme en témoignent tous les critères comparatifs entre villes. Ce sont eux qui supportent les conséquences de l’immobilisme sur les contournements de l’agglomération du fait de l’impuissance et de la démagogie de Michel Destot. Ce sont les grenoblois qui n’ont rien vu arriver en matière d’équipements nationaux ou internationaux ou d’implantations industrielles majeures pendant les 19 ans de sa gestion.

Explosion des dépenses de personnel en particulier dans les périodes pré électorales sans que les services de base soient assurés

Explosion des dépenses de personnel en particulier dans les périodes pré électorales sans que les services de base soient assurés

LE BILAN de DESTOT/SAFAR EST UNE HONTE POUR LA VILLE

Paraphrasant Benoit Hamon à propos de Hollande ( « il nous fait honte » JDD du 23/10/16) le bilan de Destot/Safar est une honte et il faut une grande complaisance locale pour que ceux-ci s’expriment encore sur un tel sujet avec tant de contre-vérités.

Visiblement les autres responsables de section se sont fait porter pâles notamment Benjamin Rosmini de la section Dubedout (!) du nom de l’ancien Maire PS dont les résultats urbanistiques ( Villeneuve, Lys Rouge, Très Cloitres…) pèsent aussi lourd dans la dégradation de la ville.

J.SAFAR (PS) ANCIEN ADJOINT AUX FINANCES et à la SÉCURITÉ!

Jérôme Safar lui même qui porte la croix de la responsabilité des finances et de la sécurité dans le dernier mandat Destot probablement occupé par ses éminentes fonctions de directeur de cabinet du Maire de Villeurbanne était aussi absent pour porter cette bonne parole inaudible. On le comprend.

Pour répondre aux Républicains grenoblois qui ont fait des propositions concrètes de recettes nouvelles les socialistes grenoblois ont également publié un communiqué particulièrement indigent. Il ressemble à leur politique.  On voit qu’ils n’ont rien appris et prennent toujours les grenoblois pour des imbéciles.

Grenoble est devenue sous Destot la première ville de sa strate pour l'impôt sur les ménages.

Grenoble est devenue sous Destot la première ville de sa strate pour l’impôt sur les ménages.

DÉFENSEURS D’UN PATRIMOINE QU’ILS ONT ABANDONNÉ et QUI S’ÉCROULE

Ainsi ils se font les défenseurs d’un patrimoine qu’ils ont totalement abandonné et qui s’écroule: il y a une bâche sur le toit de l’ancien Musée de Peinture qui a besoin de 2 M€ pour être remis en état. Il y a un périmètre de sécurité autour de la Tour Perret dont les blocs se détachent et qui nécessite maintenant entre 6 et 7 M€ d’investissements ! L’Orangerie est envahie par l’herbe folle, les vitres sont cassées et le bâtiment a besoin d’une remis en état complète.  Alpexpo et le Palais des Congrès ont un retard d’investissements considérable pour être à la hauteur des enjeux économiques et de congrès. La municipalité Piolle a choisi de les réduire plutôt que de le vendre à un opérateur en capacité d’investir.

ILS NE PORTENT AUCUNE SOLUTION D’AVENIR

Michel Destot, Jérôme Safar, Geneviève Fioraso sont les responsables directs de cette faillite. Evidemment ils n’ont aucune solution d’avenir et savent bien que la ville n’aura plus les moyens de réparer leurs fautes d’avoir sacrifié ce patrimoine qui appartient aux Grenoblois. Il réitèrent donc le choix de l’immobilisme et se retrouvent une fois de plus sur la même ligne que les élus Rouges/Verts actuels de Grenoble. D’un point de vue politique c’est réconfortant. Pour Grenoble c’est catastrophique.

L'orangerie l'exemple du patrimoine grenoblois qui s'effondre, dont le PS se fait le ... défenseur !

L’orangerie l’exemple du patrimoine grenoblois qui s’effondre, dont le PS se fait le … défenseur !

LES PROPOSITIONS des RÉPUBLICAINS GRENOBLOIS INCARNENT UN AVENIR POSSIBLE

Les grenoblois voient ou ça mène. L’avantage des propositions des Républicains Grenoblois est qu’elles incarnent un avenir possible. Sans faire appel aux portefeuille des grenoblois elles dégagent des recettes importantes, donnent du travail et permettent de traiter la propreté, la sécurité, l’embellissement , les infrastructures de la ville laissés en jachère. Au fur et à mesure que la ville va s’enfoncer dans la crise les réformes de structures apparaitront de plus en plus évidentes. Car les autres solutions – impôts, dette- sont impraticables pour la ville. La gauche et les Verts sont bien dans une impasse politique et financière.

LE PS EST DANS LE DÉNI DE L’INVENTAIRE MUNICIPAL

En s’enfonçant dans le déni de l’inventaire municipal , les socialistes grenoblois ajoutent un boulet à tous ceux qu’ils trainent derrière eux. Avec un  Jérôme Safar isolé, un Michel Destot qui s’accroche, une Geneviève Fioraso qui veut revenir , un Olivier Véran qui se croit un destin, une Amandine Germain qui se surestime, les jeunes-vieux  ( Alloto, Rosmini..) qui ont pour seule ambition de prendre leurs places, jamais le parti n’a été autant en miettes.

LES CONSÉQUENCES de la SITUATION FINANCIÉRE de GRENOBLE VONT CONSTITUER UN DOULOUREUX RAPPEL

En s’arcboutant sur le passé, en refusant le moindre éclair de lucidité sur la situation de la ville résultant de sa gestion, le PS Grenoblois se place dans un corner dont il aura du mal à sortir. Les conséquences de la situation financière de Grenoble vont s’égrainer au fil des années et chacune constituera chaque fois un très douloureux rappel pour eux, politiquement très coûteux. Ce n’est que justice.

Photo de une ( Dauphiné Libéré) : les socialistes grenoblois portent leurs boulets