LE PROGRAMME SPORT de FILLON à EYBENS
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  LE PROGRAMME SPORT de FILLON à EYBENS
21 avr 2017 12:04 Commentaires fermés user1

Malgré un poids économique  (37 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en France !) le sport ne représente que 0,14 % du budget de l’État et il est le grand oublié de la campagne présidentielle. En meeting, dans les débats, personne n’en parle jamais.

Le Sénateur isérois Michel Savin et l’ancien champion olympique Pierre Durand ne ménagent pas leurs efforts pour prouver le contraire. Le premier est le “chef de file politique pour la thématique sport du projet de François Fillon”, le second “référent national des sportifs avec Fillon”.

A EYBENS: LE PROGRAMME LE PLUS SOLIDE, LE PLUS COMPLET

Les deux représentants de François Fillon étaient en Isère pour présenter le programme du candidat dans ce secteur : le meilleur projet parce que « le plus solide, le plus cohérent, le plus complet ».

Ils l’ont dit  lors d’une réunion publique à la Maison départementale du sport, à Eybens. (DL du 29/3/17)

Stéphane Echinard qui en rend compte dans le  » Dauphiné Libéré  » explique: deux heures ou presque de discussions, autour des “douze mesures phares” du programme. « Le sport est en résonance avec tous les grands défis, l’éducation, l’intégration, la santé, l’économie… », liste le médaillé d’or des Jeux olympiques de 1988, en duo avec le célèbre “Jappeloup”.

 

UN STATUT DU BÉNÉVOLE RESPONSABLE

Puis il a balayé quelques « idées novatrices », comme la création d’une Agence nationale du développement du sport, « gage d’efficacité pour faire de la France une grande nation sportive », mais aussi la mise en place d’un statut du “bénévole responsable”, l’élargissement à toute la population de l’utilisation du sport à des fins thérapeutiques et de prévention, la reconnaissance de la Région « comme collectivité de référence », le développement du sport tout au long du parcours scolaire, jusqu’à l’université (en associant les clubs).

IL S’AGIT de MODERNISER

« Il ne s’agit pas de tout révolutionner, de tout promettre, mais de moderniser et, surtout, de remettre le sport et les sportifs autour de la table, au cœur des décisions», eux qui sont déjà au milieu du terrain, du tatami, du gymnase…

Le journaliste ajoutant:  Il est un sujet que Michel Savin connaît par cœur, lui qui a l’habitude d’intervenir, à la Métropole, quand les débats portent sur la gestion du Stade des Alpes et les difficultés financières du FCG…

DES CLUBS PROFESSIONNELS TROP DÉPENDANTS de L’AIDE PUBLIQUE

« L’immense majorité des clubs professionnels est beaucoup trop dépendante de l’aide publique. Mais les collectivités doivent se mettre en retrait, elles ne savent pas faire et leurs finances sont dans l’état que nous connaissons… Il faut donc évoluer vers un nouveau modèle économique en aidant les clubs pros et les fédérations à devenir les propriétaires ou les gestionnaires des équipements sportifs. C’est leur outil de travail, ce sont eux, ce sont elles qui font venir les spectateurs, on doit leur permettre de franchir un cap, d’y développer des activités par forcément liées au sport, pour dé- gager des ressources indispensables à leur survie, puis à leur développement. »

C’est la mesure phare numéro 9 du “projet Fillon pour le sport”, ce n’est pas la seule.

AIDER LES CLUBS de VOLLEY,HANDBALL, BASKET-BALL

« Regardez le “naming” des équipements sportifs [donner à un stade, à une salle, le nom d’une entreprise, en échange d’un joli paquet d’euros, NDLR]. Aujourd’hui, le seuil, c’est 15 000 places et plus. Nous voulons redescendre ce seuil aux équipements de 3000 places et plus, ce qui aiderait les clubs de volley, de handball, de basket-ball à sortir de leurs difficultés », ajoute Pierre Durand.

IL FAUT QUE LES CLUBS S’ÉMANCIPENT 

« Il faut que les clubs s’émancipent. Ils ne doivent plus seulement dépendre des collectivités ou attendre que quelqu’un remette la main à la poche en fin de saison. C’est trop fragile. Regardez au rugby, dans quelle situation est le Stade Français. Même Toulouse ! Si rien ne change, c’est le dépôt de bilan assuré ! »

Photo de Une: Pierre Durand, Michel Savin et Martine Kohly , Vice Présidente au sports du Conseil Départemental à Eybens ( le Dauphiné Libéré)

Partager/Marquer