» Le MONDE » :  » QUE SE PASSE T IL à GRENOBLE ? »
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »   » Le MONDE » :  » QUE SE PASSE T IL à GRENOBLE ? »
30 sept 2016 06:09 Commentaires fermés user1

« L’autre gauche galère à Grenoble.Le maire écologiste (!) Eric Piolle a, pour la troisième fois, tenu son conseil municipal sous protection policière. Son plan d’économies passe mal. Mais que se passe-t-il à Grenoble ? Le maire écologiste, Eric Piolle, ne peut-il tenir ses conseils municipaux que sous la protection des forces de l’ordre ? Pour la troisième fois depuis juillet, les policiers ont été appelés en renfort, lundi 26  septembre, devant l’entrée de la mairie. Une poignée de personnes tapaient bruyamment sur les portes vitrées, qui avaient été préventivement fermées, à l’heure où les élus débattaient à l’intérieur du bâtiment. Un peu plus tôt, une centaine de manifestants s’étaient rassemblés sur le parvis de la mairie, à l’appel de la CGT, de FO et de SUD. Au mégaphone, Denis Bagarry, militant SUD, s’époumone :  » Monsieur le maire se fout de la démocratie, ce qui compte pour lui, c’est la gestion comptable !  » écrit  » Le Monde » d’hier sous la signature de Raphaëlle Besse Desmoulières.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE SE NOIE

La presse nationale – y compris de gauche- commence à s’inquiéter de la situation Grenobloise. La municipalité Piolle (Verts/PG) ne peut plus écoper les voies d’eau. Elle boit la tasse jour après jour et semble prête à la noyade. Rien n’y fait. Les propos d’Eric Piolle sont de plus en plus à côté de la plaque. Les incidents se multiplient.  Les couacs aussi. Le dernier à savoir le mail d’Elisa Martin la Première Adjointe (PG) selon lequel  « J’ai validé le plan de sauvegarde sans faire gaffe. Quelle conne ! » a achevé de décrédibiliser la majorité et son  » plan » . Qui n’est effectivement que – et lamentablement- un plan comptable.

 » UN PLAN ANNONCÉ DE FAçON ABRUPTE »

De la part d’un homme qui voulait se débarrasser des pesanteurs de la comptabilité publique, qui inventait l’emprunt sans dette, la chute est encore plus brutale.L’océan qui sépare les décisions municipales d’Eric Piolle et ses propos est devenu infranchissable à toute compréhension publique.

 » Le Monde » reléve que le plan a été « annoncé de façon abrupte » et liste les mesures qui font mal : »Diminution des subventions aux associations, augmentation des tarifs de stationnement mais aussi des piscines, baisse des effectifs municipaux avec le non-remplacement de près de 150  agents sur 4 000 et
surtout fermeture de trois bibliothèques, dont deux dans des quartiers sensibles. Un choix -controversé de la part de ceux qui avaient promis en  2014 de « maintenir et soutenir le réseau des quatorze bibliothèques municipales ».

PRÉMOL: LA SEULE VITRINE DU LIVRE DANS LE QUARTIER

Doux euphémisme que ce  » choix controversé  » pour exprimer la trahison nette et claire d’un engagement qui l’était autant!  Un Eric Piolle qui répond au « Monde » que  » la densité du nombre de bibliothèques au kilomètre carré reste forte à Grenoble.  » (!).

« Céline Cenatiempo, elle, ne décolère pas. La présidente de l’Union de quartier village olympique-Vigny-Musset juge  » aberrante  » la fermeture de la bibliothèque Prémol en juillet.  » C’était la seule vitrine du livre dans un quartier où il n’y a déjà plus commerces « , souligne cette militante PS » raconte Raphaëlle Besse Desmoulières.

LE VILLAGE OLYMPIQUE S’EST CONSIDÉRABLEMENT DÉGRADÉ SOUS DESTOT/SAFAR (PS)

Bien entendu nous ne sommes pas émus par les larmes de crocodile du PS s’agissant du Village Olympique qui s’est dégradé terriblement sous les mandats Destot/Safar, les commerces en particulier n’ayant pas disparu seulement avec l’arrivée de Piolle !

Mais on comprend que  » Le Monde » ne souhaite pas citer les Républicains qui ont manifesté sur place leur opposition à la fermeture de cette bibliothèque.

GRENOBLE, PREMIÉRE VILLE DE FRANCE POUR L’IMPÔT SUR LES MÉNAGES

D’ailleurs la journaliste reprend la sémantique municipale à propos de la fiscalité: « bien décidé à respecter sa promesse de ne pas augmenter des impôts locaux, parmi les plus élevés de France, le maire de Grenoble indique n’avoir eu d’autre choix que de faire des économies pour « éviter la mise sous tutelle « .

Grenoble n’est pas « parmi » les villes aux impôts les plus élevés mais la première de la catégorie de 100 à 200 000 habitants comme Eric Piolle l’a reconnu lui-même à C’ dans l’Air. La municipalité trahirait bien cette promesse comme tant d’autres si elle le pouvait. Mais il faudrait selon l’Adjoint aux Finances Hakim Sabri (Verts/Ades) augmenter les impôts de 17 % pour aligner les recettes sur les dépenses !

J.SAFAR (PS)  » ON TAPE DANS LE SOCIAL, LA CULTURE, ON DÉLAISSE LES QUARTIERS POPULAIRES »

Quand à cette « mise sous tutelle » le « Monde » ne s’interroge pas sur les causes après 21 ans de gestion de gauche: PS et Verts/Ades ( 95/2008)  PS /PC seuls (2009/14) enfin Verts/Ades/PG ( 2014/16) . Ce qu’on ne manquerait pas de faire s’il s’agissait de la droite.

Sur le fond d’ailleurs l’un des responsables de la situation de Grenoble Jérôme Safar, (PS)  estime « qu’on fait une politique que même un maire de droite n’aurait pas osé proposer aux Grenoblois : on tape dans le social, la culture et on délaisse les quartiers populaires » . En effet la droite ne fait pas ça. Elle ne l’a pas fait à Grenoble. Au contraire. La droite grenobloise laisse à cette gauche son bilan qui appauvrit les plus pauvres et affaiblit les plus faibles.

QUARTIER BAJATIÉRE : DEVANT LE FAIT ACCOMPLI

Raphaëlle Besse Desmoulières ajoute que  « la méthode employée a aussi heurté, venant de celui qui a mis au cœur de son programme la démocratie participative (!)  Dominique Vieu-Boëglin, présidente de l’Association des usagers des équipements socioculturels de la  Bajatière, déplore ainsi d’avoir  été mise  » devant le fait accompli ». Elle a appris seulement deux jours avant l’annonce officielle que la mairie se retirait de la gestion de la maison des habitants, où son association intervient, et qu’elle pourrait devoir assumer ces missions.  » ce qui nous a le plus choqué, c’est le manque de concertation en amont  » tandis que  » le maire, lui, ne regrette rien ».

E.MARTIN ( PG) SANCTIONNE DEUX RESPONSABLES du PG QUI AVAIENT LU LE PLAN

On apprend à cette occasion que les co-secrétaires départementaux du Parti de Gauche en Isére ont été sanctionnés par Elisa Martin la Première Adjointe (PG) car ils avaient demandé un  » moratoire  » sur le plan de casse des services publics Grenoblois. En effet ils l’avaient lu, eux. Celle qui a reconnu dans un mail publié par  » Le Postillon »  « j’ai validé le plan sans faire gaffe, quelle conne » est en effet bien placée pour couper la tête à ceux qui ont alerté dès juin. L’incohérence politique saute aux yeux autant que l’injustice de ce  » plan ».

D’ailleurs  » Le Monde » ne s’y trompe tout de même pas: « Elisa Martin, une proche de Jean-Luc Mélenchon, est même en première ligne pour défendre ce que le PG condamne au niveau national ».

POUR E.MARTIN, PLUS L’AUSTÉRITÉ FAIT MAL AUX GRENOBLOIS, PLUS C’EST PÉDAGOGIQUE…

Sa dernière trouvaille pour se défendre montre ou en est l’extrême gauche locale: ce plan  » c’est une bonne illustration de la catastrophe où mène l’austérité » explique Elisa Martin au « Monde ». On est très inquiets.La municipalité Rouge/Verts grenobloise se lance avec enthousiasme et de façon très concrète dans cette démonstration des méfaits de l’austérité. Les grenoblois peuvent désormais tout craindre de son  » illustration ».  Si on comprend bien Elisa Martin  , plus elle fera mal à la population en effet, plus sa leçon sera efficace.

Photo: les CRS à l’intérieur de l’hôtel de ville pour défendre la municipalité Piolle (Verts/PG)….

Share