Le CONSEIL GENERAL (UMP) NE FINANCERA PAS les CHALETS du RONDEAU

Publié par Les Républicains 38 le

 » la délibération prise lors de la commission permanente du 13 mars dernier proposant une dépense de 93 000€ au titre de la participation de la collectivité à la construction d’un site d’hébergement d’urgence de 150 places sur le terrain du Rondeau sera annulée . Ce qu’une majorité à fait, une autre peut le défaire » a rappelé Jean-Pierre Barbier (UMP) lors de son discours qui a suivi son élection de Président du Conseil Départemental .

Dans le cadre de sa décision de rendre « inconditionnel » l’hébergement des étrangers en situation irrégulière la municipalité Piolle (Verts/PG) a notamment installé vingt­ deux chalets (dix de 45 m2 et douze de 12 m2) pour un coût de 200 000 € sur l’aire des gens du voyage au Rondeau à Grenoble.

300 000 € pour 22 CHALETS

En face ont été im­plantés les sanitaires, les dou­ches, un espace cuisine et un espace commun pour les ani­mations (coût : 30 000 €). Le coût en fonctionnement est estimé à 55 000€ par mois.Bien entendu ces 22 Chalets ne résorbent pas les bidonvilles qui se développent dans Grenoble. Au contraire cette politique crée un appel d’air et la ville est prise d’assaut par les étrangers en situation irrégulière. Cette situation enrichit notamment les passeurs .

File d'attente devant la Préfecture de Grenoble pour les étrangers qui demandent leur régularisation

File d’attente devant la Préfecture de Grenoble pour les étrangers qui demandent leur régularisation

LES CANDIDATS UMP/UDI S’ETAIENT ENGAGES

Le Conseil Général n’est pas contraint d’accompagner une telle politique !  Pierre Gimel ( UMP) Vice Président aux Finances doit y veiller. D’autant que les candidats UMP, UDI et Indépendants aux élections départementales avaient pris l’engagement de l’annuler.

3500 ETRANGERS DEMANDEURS de LOGEMENTS D’URGENCE

L’isère comptait déjà l’année dernière 3500 étrangers en attente d’un logement d’urgence. La nouvelle municipalité de Grenoble a aggravé la situation par sa politique irresponsable. Les bidonvilles se multiplient . La réponse par quelques chalets ou l’attribution gratuite de logements d’instituteurs à des Roms ne résout rien .

E.PIOLLE ( Verts/PG) DEVRA ASSUMER les CONSEQUENCES de SA POLITIQUE

Le coût très élevé pour une collectivité exsangue financièrement démontre le caractère idéologique de cette politique. Si Eric Piolle (Verts/PG) veut la poursuivre il devra en assumer les conséquences financières mais aussi sur la dégradation de la ville et la paupérisation inéluctable de sa population.

Catégories : Actualité