La « réforme globale » de l’Education nationale proposée par François Hollande fait pschitt

Publié par Les Républicains 38 le

1/ François Hollande promet de créer 60 000 postes dans l’Education nationale en 5 ans c’est inefficace et coûteux pour l’Etat comme pour les enseignants :

  • L’Education nationale n’a pas besoin d’effectifs supplémentaires. Nous avons aujourd’hui beaucoup plus de professeurs pour beaucoup moins d’élèves qu’en 1990.
  • Le coût du recrutement des 60 000 postes sur 5 ans c’est 7,5 milliards en 5 ans, 3 fois plus que le chiffre annoncé par François Hollande. Entre augmentation des salaires et augmentation des effectifs, il faut choisir et François Hollande préfère sacrifier le pouvoir d’achat des enseignants.

2/ François Hollande veut donner la priorité aux acquis fondamentaux et rétablir des réseaux d’aide aux élèves les plus en difficultés… cela existe déjà !

Nous avons tout fait pour qu’aucun élève ne quitte le primaire sans savoir lire, écrire et compter.

3/ François Hollande estime que des auxiliaires de vie pour les élèves handicapés seront « nécessaires »… ils sont déjà présents en classe : leur nombre a doublé en 5 ans.

4/ François Hollande veut réformer les rythmes scolaires… c’est dans notre projet

Dès novembre 2011, nous proposions dans le cadre du projet 2012 de l’UMP des mesures extrêmement concrètes, loin des effets d’annonces tardifs du candidat PS :

  • un allongement de l’année scolaire de deux semaines
  • la possibilité de rendre obligatoire la semaine de quatre jours et demi

5/ François Hollande veut plus de sécurité dans les établissements… la gauche s’y opposait en 2009 !

Dès la rentrée 2009, le Gouvernement a mis en place un Plan Sécurité pour les établissements scolaires qui repose sur 4 piliers :

  • Des diagnostics de sûreté dans 184 établissements sensibles pour une sécurisation optimale : vidéosurveillance, clôtures, système d’alarme…

     

    Télécharger l’argumentaire en .pdf

  • Des formations adaptées.
  • Des Equipes Mobiles de Sécurité.
  • Des policiers ou gendarmes référents