L.WAUQUIEZ ( LR) : LA RÉGION NE FINANCERA PAS LA FERMETURE de GRENOBLE

Publié par user1 le

Dans le  » Dauphiné Libéré  » ( 29/6/16) par une interview réalisée par Eve Moulinier, Laurent Wauquiez le Président (LR) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déroule son programme s’agissant de l’agglomération Grenobloise.

Les forces économiques et sociales , tous ceux qui ont fait confiance à la liste régionale que conduisait Yannick Neuder (LR) en Isère peuvent être rassurés par ses décisions: elles sont conformes aux engagements et veulent rétablir le dynamisme perdu par tant d’années d’immobilisme local.

TGV GRENOBLE: MERCI MM QUEYRANNE, VALLINI, DESTOT (PS)….

La première concerne le TGV. Grenoble est probablement la dernière agglomération Française de cette importance à n’avoir pas de liaison à Grande Vitesse exceptée Nice pour des raisons géographiques évidentes, encore que Christian Estrosi ( LR) ait obtenu une programmation.

Tandis que l’Isère et Grenoble peuvent dire merci à MM Queyranne, Vallini et Destot les élus PS qui ont détenu les reines ces dernières années. Ils ont même perdu la gare TGV Dauphiné Savoie inscrite sur le Lyon-Turin obtenue par la droite lorsqu’elle gérait l’Isère.

MM Queyranne, Vallini et Destot (PS) ont même fait perdre la gare Dauphine Savoie du Lyon-Turin acquise par la droite !

MM Queyranne, Vallini et Destot (PS) ont même fait perdre la gare Dauphine Savoie du Lyon-Turin acquise par la droite !

… UNE SITUATION  » INDIGNE » pour Laurent WAUQUIEZ

Non seulement cette situation est « indigne  » comme le soulève Laurent Wauquiez mais elle paralyse aussi les TER qui se retrouvent sur la même voie que les TGV.

« On ne peut pas lais­ser Grenoble dans la situa­tion indigne qu’elle connaît aujourd’hui avec sa liaison ferroviaire entre Grenoble et Lyon. L’état de cette li­gne est une catastrophe, cet héritage est une honte ! Je suis conscient qu’il s’agit d’un chantier colossal, mais ce n’est pas en laissant pourrir la situation que les choses vont s’arranger. Donc, premier point : on va lancer les études pour faire rouler un TGV entre Gre­noble et Lyon, avec l’objec­tif de créer une ligne dé­diée au TGV.Vous vous rendez compte que, depuis le temps qu’on en parle, ces études n’avaient jamais été inscri­tes au budget régional !  » explique Laurent Wauquiez au DL.

GARE DE GRENOBLE: PRIORITAIRE POUR LA SÉCURITÉ

Ajoutant:  » on va investir dans des créneaux de dépassements pour les TER. Grâce à ces travaux, quand l’un d’eux tombera en panne, le trafic ne sera plus interrompu comme c’est le cas aujourd’hui, les trains suivants continue­ront ainsi à rouler en le dé­passant.  »

S’agissant des travaux de réaménagement de la gare SNCF de Grenoble sont en cours, le président de la Région a annoncé au DL qu’il planifiait un grand plan “sécurité” dans et autour de la gare. « On va sécuriser la gare SNCF de Grenoble et celle de Lyon ­Part ­Dieu, elles seront prioritaires en rai­son des problèmes intenables constatés aujourd’hui. Nous allons vraiment développer la vidéo-protection, et je suis en négociation avec la SNCF pour renforcer les équipes de police ferroviaire. Aujourd’hui, nous avons 200 agents sur toute la région, il en faut davantage. »

La région ne financera pas la femeture de Grenoble voulue par E.Piolle

La région ne financera pas la fermeture de Grenoble voulue par E.Piolle

 » NOUS NE PARTICIPERONS PAS AU PROJET D’AUTOROUTE à VÉLOS »

Le deuxième sujet concerne le projet de fermeture de Grenoble porté par la municipalité Piolle (Verts/PG) et malheureusement appliqué par Christophe Ferrari le Président-otage ( PS) de la majorité Rouge/Verts.

L’envelop­pe prévue de 4 millions d’euros sera fléchée ailleurs. « Nous ne participerons pas à ce projet d’autoroute à vélos. Je suis cycliste moi­-même et je suis “pour” les couloirs à vélos, mais il ne faut pas que cela tourne à l’idéologie, car cela pourrait être catastrophique pour le centre-­ville de Grenoble et son commerce. Ce n’est pas la priorité pour nous. »

A 480: ON NE PEUT PAS CONTINUER COMME çA

Pour Laurent Wauquiez, c’est “non” aux autoroutes à vélos, mais “oui” à l’aménagement de l’échangeur du Rondeau pour fluidifier le trafic automobile aux entrées de la métropole. « Ces travaux, cofinancés par l’État, la Région, le Département et la Métropole, ont traîné en raison d’un risque de surcoût de 5 à 10 millions d’euros. Nous, on a dit, on y va, même en cas de dépassement ! On est prêts. Mais nous serons particulièrement vigilants sur la réalisation de l’A480. On ne peut pas continuer comme ça, avec les bouchons et l’asphyxie de la métropole. Tout ça n’a que trop tardé. Là dessus, je suis sur la même ligne que le président du Département, Jean-­Pierre Barbier. »

la carte des bouchons Grenoblois épouse exactement les retards de l'agglomération après la gestion PS/Verts de la région, du département et de la Métro

la carte des bouchons Grenoblois épouse exactement les retards de l’agglomération après la gestion PS/Verts de la région, du département et de la Métro

 » JE SUIS FIER DES CHERCHEURS et UNIVERSITAIRES GRENOBLOIS »

Pour le reste Laurent Wauquiez affirme : « Je suis fier des chercheurs et univer­sitaires grenoblois, du tra­vail qu’ils font. Aujour­d’hui, je souhaite porter avec eux le projet, en par­tenariat avec ceux de Pa­ris, de créer un nouveau centre de recherche sur les nouvelles technologies de chirurgie, sur les nou­veaux outils qui amélio­rent la fiabilité des opéra­tions. Grenoble a la chan­ce d’avoir un CHU exceptionnel, d’avoir le Leti et le CEA. C’est avec eux que je veux travailler et aussi des start ­up, pour créer un centre leader en Europe et favoriser l’em­ploi dans la région. Le vi­ce­ président Yannick Neuder est déjà sur le dos­sier. »

 » UN NOUVEL ESPACE VERT à L’ENTRÉE de GRENOBLE »

Par contre , s’agissant du Planétarium de Pont de Claix , projet de Christophe Ferarri pour sa commune  « La Région ne mettra pas de bâton dans les roues de ce projet, mais on ne le finan­cera pas. » Les 2,6 millions ini­tialement prévus iront ailleurs, et notamment sur le projet Mikado, qui doit instal­ler un nouvel espace vert en entrée de ville de Grenoble, du côté des berges de l’Isère. « On est partants, comme on l’est pour la ViaRhôna. On souhaite même être chef de file pour les travaux. Cela cor­respond tout à fait à notre vi­sion de créer des villes agréa­bles à vivre. Avec un nouveau poumon vert, c’est aussi l’ima­ge de Grenoble qui s’en trou­vera changée. »

Les Grenoblois ont en effet bien besoin d’une politique opposée à la bétonisation poursuivie avec ténacité par les municipalités de gauche successives.

la Région va chercher à équlibrer le bétonage de Grenoble par le financement d'un espace verts le projet Mikado au  nord

la Région va chercher à équilibrer le bétonage de Grenoble par le financement d’un espace verts, le projet Mikado au nord

 » AIDER LES COMMERCES DE PROXIMITÉ »

Le président de la Région Auvergne ­ Rhône­Alpes est également « offensif sur l’emploi » dans la métro­pole grenobloise : « C’est la priorité des priorités. On va aider les commerces de proximité qui souffrent beaucoup à Grenoble pour qu’ils portent des projets d’investissement. C’est pourquoi j’ai décidé de faire passer l’enveloppe initialement prévue de 800 000 euros à 1 million pour les commerces de la métropole. »

« Je crois aussi beaucoup à l’économie sociale et solidai­re, car c’est comme ça, avec des chantiers d’insertion, des coopératives, qu’on ramène les gens vers l’emploi. Cela correspond à ce que je crois. Et il y a déjà un bon tissu en place sur l’agglomération grenobloise, qu’il faut aider à hauteur de 800 000 euros. »

UN CÂBLE ENTRE GRENOBLE ET CHAMROUSSE

Laurent Wauquiez, a également un projet « un peu plus lointain », mais sur lequel « il faut commencer à réflé­chir sérieusement .Il faut lancer les discussions sur le transport par câble entre Chamrous­se et Grenoble, il faut relier les stations à la ville ­ centre. La commune de Chamrous­se s’y prépare déjà active­ment et nous avons la chan­ce d’avoir le leader mondial du transport par câble sur le territoire. Il faut donc met­tre tout le monde autour de la table et étudier la faisabi­lité d’un tel projet. Vous sa­vez, je crois beaucoup à l’économie de la montagne, c’est une de nos richesses, un de nos plus grands atouts. »

En attractivité commerciale Grenoble a quitté aussi la première catégorie , la Région va aider le commerce

En attractivité commerciale Grenoble a quitté aussi la première catégorie , la Région va aider le commerce

 » JE CROIS EN LA DYNAMIQUE de GRENOBLE »

Plus largement au préalable Laurent Wauquiez a exposé à Eve Moulinier sa philosophie du travail :« D’abord, je vais rappeler que ma conception est de faire travailler ensemble, dans le but de tirer vers le haut nos territoires, sans regarder les étiquettes po­litiques. Je crois en Greno­ble, en sa dynamique, sur le plan notamment de la recherche et de l’écono­mie. La Région continuera à soutenir la métropole, car elle a des atouts incroya­bles, elle rayonne. La Ré­gion a une chance inouïe de pouvoir compter sur Grenoble. Quand je vais à Los Angeles, on me parle de Grenoble. Grenoble a besoin de la Région, mais la Région a aussi besoin de Grenoble. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas tou­cher à l’enveloppe finan­cière qui lui était dédiée.

  » LES ORIENTATIONS CHANGENT CAR LA MAJORITÉ A CHANGÉ »
« En revanche, oui, les orien­tations changent, car la majorité a changé. Certai­nes de nos priorités ne sont plus les mêmes, car j’ai ef­fectivement des approches différentes de l’ancien pré­sident. Mais je privilégierai toujours le travail en équi­pe. Je veux que la Ville de Grenoble travaille avec la Métropole et le Départe­ment, que la Métropole respecte les choix du Département. Vous savez, on peut avoir des différences politiques mais au final, on défend tous notre territoi­re. »
la carte de la pollution épouse la carte des bouchons dus à l'idéologie Rouge/verte qui gouverne l'agglomération

la carte de la pollution épouse la carte des bouchons dus à l’idéologie Rouge/verte qui gouverne l’agglomération

PRIORITÉ AU DÉSENCLAVEMENT ROUTIER de la MÉTROPOLE

Laurent Wauquiez explique que ses  » priorités sont l’ensei­gnement supérieur et la re­chercher, les TER, l’emploi et le désenclavement rou­tier de la métropole greno­bloise. Il n’y aura donc pas de coupes budgétaires dans ce plan, mais des réorientations. Et on reste sur le même calendrier jus­ qu’en 2020, sans jouer la montre, même si l’objectif est que certains des projets structurants sortent vite, comme la sécurisation de la gare de Grenoble, l’amé­nagement routier du Ron­deau ou le dossier Mikado, qui vise à installer un nou­veau poumon vert dans vo­tre agglomération. Je gar­de toujours le cap : moins de dépenses de fonctionnement pour la Région et plus de projets concrets pour la vie quotidienne des habitants.»