L.ROCHE (GEM):  » Y A T IL UNE ZONE de DROIT à GRENOBLE? « 

Publié par user1 le

Ça tombe comme à Gravelotte  ou une journée répétée des Tuiles sur Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble. Il avait encore traité l’insécurité par dessus sa jambe , ramenant tout à Lui comme à son habitude. La preuve qu’il n’existe pas de zone de non droit à Grenoble : « Et pourquoi donc ? » Je vais partout dans la ville » Et  » Ma Présence ne passe pas inaperçue « (!) ajoute t il.

Le même homme qui a interdit à ses policiers municipaux de pénétrer certains quartiers, car, n’étant pas en mesure de se défendre, ils seraient trop dangereux pour eux. Toujours cette rigueur intellectuelle qui lui colle à la peau.

LA COLERE MONTE de TOUS les SECTEURS

Les Commerçants, la CCI, la Chambre de Métiers, des quartiers entiers qui protestent et pétitionnent , l’opposition municipale de toutes les communes de l’agglomération avec Matthieu Chamussy, Nathalie Béranger, Vincent Barbier ( REP) pour Grenoble qui expliquent que ça explose, Alain Carignon , ex Maire (REP) qui propose 10 mesures immédiates pour sortir de la crise et maintenant Loïc Roche, Directeur de Grenoble Ecole de Management qui prend sa plume et rappelle à nouveau ses devoirs à Eric Piolle.

 » UN POLITIQUE DOIT ÊTRE AUTHENTIQUE, PARLER le LANGAGE de VERITE »

Dans un texte publié par le DL ( 4/11/15) Loïc Roche répète le sentiment de l’immense majorité des Grenoblois:

« Un politique doit être authentique, parler un langa­ge de vérité. On n’a pas le droit de raconter des histoires. Grenoble, c’est un des taux de criminalité et de délinquance les plus élevés de France, » . Ce que le Procureur de la République ne cesse de répéter, ce que les chiffres attestent et ce qu’Eric Piolle refuse d’admettre répondant encore au Conseil Municipal ( 19/10/15) « Nous sommes dans la moyenne nationale pour l’augmentation de la délinquance » sachant que c’est faux. Le rappel à l’ordre du Directeur de GEM s’ajoute à celui que les grenoblois lui adressent lorsqu’ils le croisent dans la rue. Ça ne peut plus durer.

« LA CHRONIQUE d’UNE MORT ANNONCEE QUI  PESE  » SUR GRENOBLE

LoÏck Roche additionne bien les facteurs comme nous le faisons ici si souvent .  » c’est la chronique d’une mort annoncée qui pè­se sur l’accessibilité, l’attracti­vité de la ville, sur le commer­ce… Il importe, disait Camus, de regarder son destin dans les yeux. Le destin de Greno­ble, si rien n’est fait, c’est une tragédie : la généralisation à toute la ville des zones de non­ droit, le délitement de tout lien social »

 » TRAVAILLER SUR LES DEVOIRS de TOUS »

Il est intéressant que la société civile rejoigne les analyses et propositions de l’opposition ce qui démontre que celle-ci est en phase avec la réalité de Grenoble. Ainsi Loïck Roche demande t il de « Remettre à l’endroit ce qui est à l’en­vers. Exemples parmi cent : (1) Non plus travestir la réa­lité, mais travailler à ce qu’il n’y ait plus de zones de non­ droit. Commencer par le com­mencement, travailler sur les devoirs de tous, contreparties au droit de chacun. Les de­voirs, c’est ce qui oblige tout citoyen dans son comporte­ment dans l’espace public. À chacun de mes droits doit cor­respondre un devoir. C’est là la base même de tout contrat » .

UN APPEL à la RESPONSABILITE et à la SANCTION

Cette formulation sous tend un appel à la responsabilité individuelle, à la sanction, à la récompense au mérite. Alain Carignon de son côté a proposé très concrètement de « Convoquer les parents, émettre des amendes pour tous les délits commis par des mineurs dont les familles sont hébergées par l’OPHLM et intégrer le critère de tranquillité d’un quartier dans la politique d’attribution des logements sociaux. « Pas de droits sans devoirs.

 » DES VALEURS COQUILLES VIDES  »

Loïck Roche raille Eric Piolle et son cœur en bandoulière , spécialité de la gauche et de l’extrême gauche , tout le monde ayant bien compris la différence entre le mode de vie qu’ils préconisent et celui qu’ils pratiquent:  » Non plus s’arroger, en clôture de tout débat, le mo­nopole des valeurs de bien­veillance, d’ouverture aux autres, d’altruisme, de parta­ge… qui ne sont que des co­quilles vides si elles ne sont pas portées dans le même temps par des valeurs d’enga­gement, de courage, de responsabilité. »

« AVOIR LE SEUL SOCIAL C’EST TUER L’ECONOMIE  »

Ajoutant en conclusion:  » Si l’on veut vraiment penser et mettre en œuvre la ville du futur, avoir une vraie visée sociale, porter avec dé­termination dans son carquois les flèches du bien­ vivre en­semble, cela ne peut tenir qu’à la condition qu’elles puissent être lancées par l’arc économie. C’est l’économie, et l’écono­mie seule, qui permet la mise en œuvre concrète des ambi­tions sociales. Avoir pour seul programme le seul social, c’est tuer l’économie et donc, en toute fin, le peu de social qui existait encore. Oui, on peut changer les choses. Oui, demain nous devons pouvoir dire à nouveau « Vive Greno­ble ». À entendre, tout mettre en œuvre pour que « Greno­ble vive!»

GRENOBLE CONDAMNEE à l’APPAUVRISSEMENT

Ainsi des universitaires s’opposent frontalement aux thèses de la décroissance prônée par la municipalité Piolle. Déjà Jean Peyrelevade avait pronostiqué que  « Grenoble est condamnée à l’appauvrissement » .L’analyse est donc largement partagée par des milieux très différents.

LA MUNICIPALITE TRICHE, TERGIVERSE, N’A PAS LA CAPACITE D’AFFRONTER la REALITE

La colère gronde , monte et la municipalité triche, tergiverse, multiplie les fausses pistes de fausses consultations pour semer le citoyen. Elle n’a pas la capacité idéologique d’affronter la vérité, paralysée par son dogme.

E.PIOLLE AFFAIBLI PAR SES  MENSONGES PERSONNELS

A la tête de cette coalition Eric Piolle n’en n’est pas le chef. Seulement la vitrine légale. Ses différents mensonges personnels – faux CV, actions à Singapour – et politiques affirmant tout et son contraire, laissant croire à ses interlocuteurs qu’il les comprenait pendant que les décisions contraires étaient prises ont révélé la duplicité du personnage, son absence de sincérité . Ils lui coûtent cher à l’heure des difficultés alors que la ville se grippe et que les mécontentements se coalisent et peuvent faire leur jonction.

IL SE RETRACTE SUR SON ENGAGEMENT de CONSULTATION CITOYENNE

Sa récente rétractation concernant son engagement N° 6 d’organiser une consultation citoyenne à partir de 8000 signatures pèse lourd dans la fronde des Grenoblois. Tout le monde a bien compris qu’Eric Piolle veut décider de ce sur quoi les grenoblois peuvent être interrogés !

UNE POSITION INTENABLE

Et surtout pas sur l’insécurité. Comme l’a fortement dénoncé Thierry Kovacs Vice Président des Républicains38 sa position est intenable. Le fait qu’elle ait été exprimée quand même, adressée au principal parti d’opposition démontrent un autisme et un sectarisme inégalés pour un Maire. Ils témoignent qu’il est prisonnier d’une coalition dont il ne pourra jamais se libérer. Beaucoup pensent en réalité qu’il est en phase avec ce double langage et qu’il a intégré totalement les codes de l’extrême gauche qu’il a pratiqué comme Président de groupe à la Région. Ce qui explique aussi que celle –ci l’ait choisi comme tête de liste. CQFD.

PAS POSSIBLE de DEMEURER les BRAS CROISES

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour Grenoble. Ceux qui désirent que « Grenoble vive » doivent échanger sur le fond des dossiers de la ville afin de dégager un tronc commun de nature à rassembler les Grenoblois sur un avenir. Il n’est en effet pas possible de demeurer les bras croisés alors que tant d’acteurs de la ville annoncent que  » Le destin de Greno­ble, si rien n’est fait, c’est une tragédie « .

Catégories : Actualité