L.Roche, directeur de GEM rappelle « l’éthique de responsabilité » à E.Piolle (Verts/PG)

Publié par Les Républicains 38 le

Dans le flot des Bondieuseries habituelles qui tentent de recouvrir l’explosion de la délinquance  dans l’agglomération Grenobloise, Loïck Roche, directeur de Grenoble École de Management rappelle à Eric Piolle ( Verts/PG) une éthique qu’il a aussi oublié.

« Être élu, ce n’est jamais rejeter la fau­te sur les autres, à commen­cer par l’État. Être élu, lors­ qu’il y a de graves troubles à l’ordre public – des fusillades comme ce week­ end –, ce n’est pas dire : “On ne régle­ra pas les trafics si l’État ne met pas les moyens, c’est une responsabilité collective. La sécurité publique, c’est la question de l’État.” Être élue, Madame Élisa Martin, ce n’est pas dire : “Nous manquons d’effectifs de poli­ce et de moyens judiciaires.”

 » ÊTRE ELU CE N’EST PAS ÊTRE UN OBSERVATEUR IMPUISSANT »

« Être élu, ce n’est pas se mon­trer le meilleur dans les pro­messes et, une fois en poste, être observateur impuissant. Être élu, ce n’est pas se réfu­gier dans une éthique de la conviction : on fait ce qu’on peut, on revendique les bons résultats sans être comptable des mauvais » déclare t il dans le DL (23/6)

 » ÊTRE ELU RECLAME UNE ETHIQUE de RESPONSABILITE »

« Non, être élu réclame une éthique de la responsabilité. Si, là aussi, on fait ce qu’on peut, quel que soit le résultat, en revanche, on l’assume. On ne rejette jamais la faute sur le manque de moyens, humains, matériels, finan­ciers… L’éthique de la res­ponsabilité est, me semble ­t­ il, la première qualité que doit revendiquer une équipe municipale » .

Voilà une qualité qu’elle n’a pas non plus. Pour le reste les réactions tournent autour du pot après les dramatiques incidents qui agitent toute l’agglomération Grenobloise. Car au delà de ce qui a fait la une, des tirs ont continué à retentir un peu partout.

DES TIRS ONT RETENTI DANS TOUT GRENOBLE

Dimanche vers 23 h 30, des coups de feu ont été tirés sur une Renault Clio en stationnement et vide d’occupant, rue Gaston ­Le­ tonnelier, dans la cité Teisseire à Grenoble. Un homme circulant à scooter pourrait être l’auteur des tirs. Dimanche toujours, à Grenoble également, un homme circulant à scooter a, sans rai­son apparente, braqué une ar­me de poing sur un passant cours Berriat vers 17 h 15, puis a pris la fuite.

« LES GENS SONT RESIGNES, ONT PEUR »

Dans le « DL » il n’y a que sous couvert d’anonymat qu’on parle clair:  » Les gens sont résignés, ils ont peur. Ils savent que s’ils parlent, s’ils se manifestent, ils risquent de retrouver leur voiture incendiée, d’être menacés, etc. C’est triste à dire, mais ce que le centre­ ville découvre en ce moment, c’est le quotidien de quartiers comme Teisseire, Villeneuve ou Mistral depuis 20 ans. (…) Et puis, dans les quartiers Sud, les premières victimes des trafics, des délinquants, ce sont les habitants. Mais par ricochet, ils sont aussi victimes des contrôles de la police. »

 » LES GENS PREFERENT LAISSER COULER PLUTÔT QUE D’APPELER la POLICE »

« Tout le monde se connaît, connaît les familles, alors quand il y a des problè­mes, les gens préfèrent laisser couler plutôt que d’appeler la police et de dénoncer un voisin […] Chacun essaie de vivre sa vie, sans s’occuper de ce qui se passe à côté.Il y a de la fatalité, de la banalisation. »

Et bien entendu le sempiternel axiome :  » il faudrait peut­ être un peu plus de mixité dans nos quar­tiers » ose dire un grenoblois sous couvert d’anonymat. Mais on croyait que c’était fait?

LES CHOIX  DE DENSIFICATION et de PEUPLEMENT PESENT LOURD

Car en réalité à aucun moment n’apparait clairement la responsabilité de ceux qui gèrent l’agglomération grenobloise depuis 20 ans. Ainsi de Villeneuve dans les années 70 (qui vient d ‘être classé parmi les 200 quartiers les plus difficiles de France) à De Bonne aujourd’hui ,les choix urbanistiques de densification intensive et de peuplement n’ont aucune influence sur la situation? Mais alors à quoi sert il d’avoir tenu 40 ans de discours sur la mixité sociale, la densification permettant hier de concentrer le plus grand nombre d’équipements publics au service des plus défavorisés, aujourd’hui la même densification étant justifiée par le refus de l’étalement urbain et la desserte des transports collectifs?

R.AVRILLIER, M.BOILEAU,P.KERMEN, V.FRISTOT (Verts/Ades) RESPONSABLES du LOGEMENT PENDANT 14 ANS

Dans ces 20 dernières années à Grenoble les Verts ont géré les HLM ou le Logement pendant 14 ans . MM Avrillier Adjoint au Logement, Madame Boileau Présidente de l’OPHLM, maintenant de Grenoble Habitat, MM Kermen et Fristot Adjoints à l’Urbanisme et ils ne sont pour rien dans le résultat du peuplement de quartiers?

A VILLENEUVE la PAUPERISATION et le COMMUNAUTARISME SOUS la GAUCHE

Les éléments objectifs sont sous les yeux des observateurs: à Villeneuve le collège s’est vidé de ses élèves à partir du début des années 2000, après 5 ans de mandat pendant lequel Raymond Avrillier (Verts/Ades) était Adjoint au Logement (95/2001). Il est passé de plus de 600 élèves à moins de 300. Le Principal du collége a raconté cette descente aux enfers dans l’Humanité, pas sur le site de l’UMP.

M.DESTOT (PS)  » POURSUIT le TRAVAIL pour le RENFORCEMENT de l’EXIGENCE DE JUSTICE » (!)

Que tout soit faux dans les annonces, qu’une politique conduite dans la durée et avec obstination aboutisse à un échec patent n’affleure guère au moment des bilans. Là encore l’éthique de responsabilité n’étouffe pas la gauche.Comble d’ironie on voit le même jour Michel Destot (PS) se gargariser d’être reconduit à un poste honorifique sans pouvoir qui est sa marque de fabrique: il est co-président du Conseil National du PS avec …Colombe Brossel, adjointe  (PS) à la maire de Paris.C’est dire l’importance du poste. Cela l’encourage, dit il ,  » à poursuivre le travail pour le renforcement de l’exigence de justice » (!).

PRESOMPTION D’INNOCENCE POLITIQUE

Le problème avec les élus PS, Verts, PC  est qu’ils peuvent pérorer sur le vide sans qu’on leur demande vraiment des comptes.Ils bénéficient d’une présomption d’innocence politique. Par nature ils ont  de bonnes intentions.D’ailleurs à Grenoble le Président de l’Union de Quartier Berriat qui estime par ailleurs que le quartier manque de logements sociaux, Bruno de Lescure, a « relayé l’appel de la mairie au rassemblement citoyen » après la fusillade.

PAS de DEBAT SUR LA RESPONSABILITE de la MUNICIPALITE PIOLLE….

Pas de débat sur la responsabilité dans l’aggravation de la situation. E.Piolle répète à l’envie qu’il  » n’est pas un shérif « . Pourtant juridiquement il l’est comme Officier de Police Judiciaire. Mais dans l’idéologie de l’extrême gauche il s’agit d’utiliser le repoussoir de l’imagerie Américaine pour couvrir son immobilité. Car il veut évidemment  » travailler sur les causes  » de la violence.

… MALGRE TOUTES SES DECISIONS QUI ONT AGGRAVE la SITUATION

Pourtant la police municipale qui ne peut pas se défendre, interdite de Mistral, le refus de la renforcer, l’annonce aux délinquants que les caméras ne seront plus regardées, l’appel d’air selon lequel  l’hébergement des étrangers irréguliers serait  » inconditionnel » à Grenoble, le lâcher prise de l’espace public et la présentation de la marge comme si elle était le centre par une exposition au jardin de ville, l’interdit d’interdire de n’importe tel tag donnant de la ville une image répulsive et sale , c’est bien Eric Piolle.

Le système local empêche la confrontation saine des points de vue. Car on imagine ce qu’il en serait des questions si une municipalité de droite installée depuis 20 ans produisait de tels résultats! Le rassemblement n’aurait été ni « citoyen » ni  » pacifique » et il n’aurait pas été question de « calmer le jeu »..

M.CHAMUSSY (REP) :  » L’ECHEC PATENT des POLITIQUES MENEES à GRENOBLE »

Ces  » événements  signent l’échec des politiques publiques qui ont été menées à Grenoble dans les quartiers depuis 20 ans » explique clairement Matthieu Chamussy  Conseiller municipal ( REP).  » Ce que l’on ap­pelle “la politique de la ville” est devenu un totem dont il est impossible de discuter sans être traité de tous les noms » ( DL 23/6).

 » AUCUNE ANALYSE, AUCUNE EVALUATION »

Il rappelle les millions d’€ dépensés en pure perte ces dernières années. Le total sur 20 ans ramené à l’habitant n’a jamais été fait. Et pour cause!  » Il n’y a  aucune ana­lyse, aucune évaluation digne de ce nom sur les crédits con­sidérables qui sont engagés » rappelle t il.  « La puissance publique qui s’est progressivement reti­ rée de ces quartiers, laissant la place à des caïds et à une éco­nomie souterraine florissante. Les écoles se vident, des bâti­ments publics brûlent et des phénomènes communautai­res apparaissent ».

Pour lui  » il y a urgence à agir.L’angélisme coupable des bo­bos qui vivent à l’aise dans les beaux quartiers doit laisser la place à une action publique puissante, déterminée et qui engage tous les acteurs » .

A.CARIGNON (REP) DEMANDE à E.PIOLLE de PASSER à l’ACTION

De son côté Alain Carignon, Ancien Maire (REP) avait réagi dés l’arrestation d’un dealer au Lys Rouge . Dans une lettre ouverte à Eric Piolle , Président de l’OPHLM il lui demandait également de quitter les postures pour passer à l’action. Dans le parc social, comme l’expliquent les habitants anonymement dans le DL une fois l’économie parallèle installée il est trop tard. Personne ne peut plus la dénoncer.

Alain Carignon propose d’introduire « en amont une enquête de police au moment des attributions de logements. De croiser ensuite régulièrement le rapport entre le paiement du loyer et les revenus déclarés, d’engager un contrôle si le loyer est réglé en espèces ou mandat, d’exiger de vos services le signalement de toute anomalie dans le fonctionnement d’un immeuble, de convoquer les locataires qui enfreignent les règles et de dresser des procès verbal. »

« VOUS CONVOQUEZ UN BOULANGER, POURQUOI PAS UN AUTEUR d’INCIVILITE ? »

« Votre Première Adjointe a fait savoir qu’elle avait procédé ainsi à l’encontre d’un boulanger contraint de se présenter à l’hôtel de ville pour des nuisances et auquel vous avez dressé contravention. Vous pourriez agir de même dans le parc social dont vous avez la présidence et dans la ville dont vous êtes OPJ en convoquant les auteurs d’incivilités ou de délits . Et en leur dressant procès verbal comme au boulanger ».

Le Maire n’est pas Shérif mais Président de l’OPHLM et Officier de Police Judiciaire.

 » LES VIOLENCES VONT ATTEINDRE UN STADE IRREMEDIABLE »

Pour Alain Carignon :  »  Si vous ne mettez pas en place promptement cette série de mesures et bien d’autres concernant la délinquance qui utilise le bien public pour son activité, les violences de ces derniers jours (armes dans les parcs, trafiquants installés dans le logement social, utilisation des parties communes des HLM par les dealers, économie souterraine dominante, fusillades…) s’aggraveront encore et atteindront un stade irrémédiable. Les premières victimes sont les occupants du parc social et aussi tous les grenoblois ».

Il rappelle aussi sa demande d’un moratoire de la densification qui permettrait d’établir un bilan, de rattraper les équipements manquants dont les écoles.

A VILLENEUVE ON FERME UNE PISCINE

Grenoble  vient d’établir son compte administratif. Son épargne nette est négative de – 5 M€ après avoir engrangé +9% d’impôts en 2009. La municipalité Piolle a fermé définitivement une piscine , les Iris, à Villeneuve, n’ayant plus les moyens de l’entretenir.

Dans ce quartier modèle de la mixité sociale qui devait produire l’homme socialisé nouveau selon la gauche pensante. La ou les armes chargées sont dans les buissons et les poubelles. Un triste symbole d’une politique totalement irresponsable.

 

 

 

Catégories : Actualité