JUMELAGE GRENOBLE- REHOVOT et l’IRAK : E.PIOLLE CONTRAINT de RECULER

Publié par Les Républicains 38 le

Malgré l’insistance de deux membres de sa liste, Jo Briant et G.Kuntz qui demandaient la rupture du jumelage avec Réhovot la ville scientifique d’Israël , Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble a été contraint de reculer .

Les protestations montaient contre ces excès . Alain Carignon, Ancien Maire de Grenoble qui avait initié et signé ce jumelage en 1984 avait demandé dans un communiqué  » que le Conseil Municipal ne remette pas en cause le jumelage de Grenoble avec Réhovot. Dans le conflit Israélo-Palestinien notre ville ne doit s’aligner sur aucun extrémisme ni importer ce conflit dans ses propres murs » .
De son côté devant le Conseil Municipal Matthieu Chamussy (UMP) avait regretté que la délibération prposée soit « celle d’une com­posante du conseil, et non une expression collective. Il n’y a pas de militants politiques, il y a des élus qui doivent rassem­bler les Grenoblois, et non les diviser. Si ce texte est exclusi­vement destiné à aider la p­ pulation de Gaza, nous le vo­terons. Mais s’il s’agit, par le choix des mots de servir une clientèle électorale, ce sera sans nous !

L’EXTRÊME GAUCHE a CONSTITUE une COORDINATION

La nébuleuse d’extrême gauche était en effet à la tête d’un nouveau comité “Coordination Isère Urgen­ce Gaza” ou on retrouvait Jo Briant et G.Kuntz de la liste Piolle dans la lignée des faux  » réseau citoyens  » et autres montages auxquels ils sont habitués à Villeneuve et ailleurs.
(http://www.republicains38.fr/reseau-citoyen-operation-camouflage-des-vertsades-pour-lump/)

B.MACRET ( ext gauche) : PAS DE CRIMES EN IRAK

Bernard Macret Adjoint au Maire ( extrême gauche) avait même expliqué avant le Conseil Municipal qu’il n’était pas question d’aider les chrétiens persécutés d’Irak :  » Nous n’avons été saisis par aucune association. Et on ne peut pas mettre tous les conflits au même niveau  » (!) a t il affirmé dans le DL (15/9) au nom de la majorité municipale. On sait ce que vaut  » association  » dans sa bouche.

UNE INDIGNATION FACE AU TRI des CRIMES

Et demander de ne pas mettre « tous les conflits au même niveau » s’agissant des crimes odieux commis en Irak par les Djihadistes était révoltant. Et avait révolté nombre de Grenoblois.

LA MAJORITE MUNICIPALE SE DEMENT ELLE MÊME

Devant l’indignation soulevée par tous ces propos, Eric Piolle a du faire marche arrière et adopter une autre position. Le risque était trop grand d’allumer un conflit dans Grenoble. Lundi soir au Conseil Municipal le jumelage de la municipalité Carignon n’a pas été remis en cause. La majorité municipale a même du se démentir elle même et voter une aide pour … les populations d’Irak.

Ou il est démontré que la mobilisation des Grenoblois a un impact pour faire reculer les extrémistes qui dirigent Grenoble. A retenir.

Catégories : Echos