JP BARBIER (R) à E.PIOLLE (Verts/PG):  » CEUX QUI ONT ALLUME la MECHE APPELLENT AU SECOURS »

Publié par Les Républicains 38 le

La  » patate chaude ».  » Maintenant c’est difficile de démanteler un bidonville aussi important, vous auriez du l’arrêter avant » avait lancé à Eric Piolle un habitant du Village Olympique lors de l’assemblée de l’Union de Quartier. Du bon sens. Ce que Jean-Pierre Barbier, Président du Conseil Départemental a repris à sa façon. Depuis un an, apportant l’eau, l’électricité, la municipalité Piolle a favorisé le développement d’un vaste bidonville avenue Esmonin à Grenoble.

E.PIOLLE N’A PAS ENCORE DEMANDE l’EVACUATION

Elle reconnait maintenant les dangers, les réseaux mafieux, la prostitution qu’elle récusait pendant des mois. A l’occasion d’un dossier du « DL » ( 2.6) on mesure bien l’embarras et l’hypocrisie de la municipalité Piolle. Elle a annoncé à grand renfort de com’ qu’elle saisissait la justice pour  » trouble à l’ordre public » afin d’obtenir l’évacuation du camp. Voilà plus de 15 jours. Le  » DL »révèle  » à l’heure qu’il est, le maire de Grenoble n’a pas encore déposé d’action en justice pour “trouble à l’ordre pu­blic”. En fait Eric Piolle veut que cette évacuation s’effectue au creux de l’été, loin des regards du plus grand nombre.

AUX EAUX CLAIRES IL A APPELE LA POLICE pour LOGER ROMS ACTION…

Déjà la municipalité Piolle vient d’envoyer la police au 51 rue des Eaux Claires à Grenoble pour faire évacuer une villa réservée à Roms Action. Ils sont allé fort selon les associations:   » les forces de police, appelés par la mairie, sont venus nous déloger du jardin avec une très grande violence (gaz lacrymogène à bout portant, dans les yeux, sur le visage, coups de matraques, coups de pied sur des personnes à terre, coups de chaîne…). Plusieurs personnes ont eu le visage et les yeux tuméfiés, des hématomes… Les pompiers sont venus sur place et ont emmené une personne aux urgences… » .

… AU DETRIMENT de la PASSERELLE

On sait que Roms Action déménage du centre ville ou elle payait 900€/mois de loyer car  la municipalité lui a affecté cette villa qui abritait jusque là « La Passerelle » une association qui était le seul lien parents/enfants séparés par des décisions de justice. Mise en place en 1987 par la municipalité Carignon, elle oeuvrait au service des familles. Elle a donc été assassinée.

Mais suite aux différents propos tenus par le Maire de Grenoble, Jean-Pierre Barbier ( Républicains) , Président du Conseil Départemental a mis clairement les choses au point dans le « DL ».

UN MENSONGE de E.PIOLLE RECTIFIE

Au passage il a rectifié l’un des nombreux mensonges d’Eric Piolle qui avait expliqué au Conseil Municipal, faussement ingénu, que le terrain de l’avenue Esmonin appartenait au Conseil Départemental, qui aurait pu lui aussi agir  pour  faire évacuer le bidonville. Jean-Pierre Barbier a donc demandé à un huissier de se rendre sur place: « On est en bordure de voirie dé­partementale et seule la ban­de enherbée (de 10 m de lar­ge sur 70 de long),où il y a quelques caravanes, nous ap­partient » précise t il.

C.FERRARI (PS) RECORDMAN de l’IMMOBILITE et du VIDE

Ajoutant: « j’ai signé un courrier adressé au préfet demandant l’expul­sion de ces caravanes ».  C’est ensuite au Préfet de lancer la procédure. Les choses sont donc précises du côté départemental. Ce qui fait enrager la gauche et l’extrême gauche  qui aimerait poursuivre dans sa spécialité : l’enfumage.
En la matière, le recordman de l’immobilité demeure Christophe Ferrari Président (PS) de la Métro. Prisonnier de ses alliances, dans l’incapacité de prendre une quelconque décision, d’engager la moindre action sur un sujet qui concerne toute l’agglomération, il enfile les perles comme à son habitude: « la Métropole souhaite, comme elle l’a déjà fait dans le passé, être acteur avec ses partenaires pour trouver les meilleures solu­tions possibles pour tous en fonction du droit et de la loi » (!) . On est avancé.

F.CLOTEAUX ( gauche) : C’EST LA FAUTE du CONSEIL DEPARTEMENTAL !

Son niveau de vide devient étourdissant, donne des maux de  tête. Françoise Cloteaux Vice Présidente ( gauche) de la Métro complète parfaitement en pointant le Conseil Départemental qui doit être à peu près responsable de l’appel d’air de Grenoble: « On était quasi­ prêts à signer un proto­cole réunissant l’État, le Dé­partement, la Métropole et la Ville de Grenoble. Cela a été suspendu à cause des élec­tions départementales et du changement de majorité » .

GRENOBLE A FAIT SAVOIR QUE L’HEBERGEMENT EST  » INCONDITIONNEL »

On imagine l’efficacité d’un tel « protocole » quand la municipalité Grenobloise fait savoir aux étrangers en situation irrégulière que leur hébergement est «  inconditionnel » à Grenoble. Alors que depuis un an avant les élections départementales les majorités de la ville centre et de la Métro ont regardé les bras croisés le développement du bidonville de l’avenue Esmonin. Non, pas les bras croisés. Ils ont branché l’eau et l’électricité.

35 VILLAS POUR LES ROMS

La même Françoise Cloteaux qui précise  » dans le cadre de la “maîtrise d’œuvre urbaine et sociale” portée par la Métro, qui agit sur l’insertion par le travail et le logement, on espère trouver 35 logements en diffus et 25 en groupés. Mais 400 personnes à loger, c’est beaucoup, on ne sera pas en capacité de recom­mencer l’année prochaine. »  Si elle pouvait l’expliquer à sa majorité?

On comprend dans ce contexte que Jean-Pierre Barbier ait situé clairement les responsabilités de chacun.

JP BARBIER (R) :  » DES POMPIERS PYROMANES »

D’abord s’agissant du financement des chalets du Rondeau : « La mairie de Grenoble et le CCAS ont dit qu’il est inad­missible que le Département les ait laissés tomber en reti­rant la subvention de 93000 euros (liée à l’opération des chalets du Rondeau, NDLR). Ils se trouvent en fait un peu dans la situation des pompiers pyromanes, parce qu’initiale­ment, c’est bien la Ville et le CCAS qui ont installé l’eau et l’électricité sur un terrain leur appartenant et permettant à ce camp de s’installer. Ensui­te, ils n’ont plus rien maîtrisé et s’est alors installé tout un tas de gens avec des situa­tions juridiques diverses. »

Le CONSEIL DEPARTEMENTAL ASSUME SES COMPETENCES

Au passage le Président du Conseil Départemental précise que son institution assume ses obligations à savoir  » l’obligation de gé­rer les parents isolés avec des enfants de moins de 3 ans, plus les femmes enceintes. Là ­dessus, aucun problème, nous assumerons cette com­pétence, même si elles sont peu dans ce cas. De même, nous assumons la protection maternelle et infantile (PMI) sans aucun problème.  »

 » AU SECOURS, ON NE S’EN SORT PLUS »

Plus fondamentalement  Jean­-Pierre Bar­bier précise que  » c’est la vie des riverains et la misère de ces gens que je prends en considération. Mais dans le cadre de mes compétences. Que les autres assument les leurs, surtout ceux qui ont al­lumé la mèche, qui ne maîtri­sent plus rien et qui, mainte­nant, appellent “au secours, on ne s’en sort plus !”  ».
Catégories : Actualité