JP BARBIER (LR) et A 480: « les POSITIONS de E.PIOLLE et des VERTS sont INACCEPTABLES »

Publié par user1 le

 » Les positions d’Éric Piolle et d’EELV sont inacceptables alors que l’accès à Grenoble est un frein à l’attractivité de notre territoire depuis trop longtemps. Ne rien faire par dogmatisme, conserver le statu quo actuel et brandir la menace d’actions en justice pour faire capoter le projet, c’est inacceptable et irres­ponsable. La capitale des Al­pes et les Isérois méritent mieux que des postures » a affirmé Jean-Pierre Barbier Président (LR) du Conseil Départemental et Député suite au recours engagé par E.Piolle (Verts/PG) contre l’élargissement de A 480.

UN DOSSIER MAJEUR ENCALMINE depuis 15 ANS

Ce  » dossier majeur pour Greno­ble et le Département » comme le qualifie Jean-Pierre Barbier est encalminé depuis une quinzaine d’années victime de cette alliance mortifère PS/Verts.. Manuel Valls acculé a donné concession aux sociétés d’autoroutes afin qu’elles créent cette troisième voie contre un relèvement des péages autoroutier (Ces tarifs de péages que par ailleurs Sègolène Royal affirme vouloir faire baisser) . Car les bouchons des 120 000 véhicules/jour et leur pollution sont devenus eux aussi inacceptables.

Yannick Neuder, ici avec Laurent Wauquiez

Yannick Neuder, ici avec Laurent Wauquiez et Vincent Chriqui

Y.NEUDER (LR): L’UNION PS/VERTS NE PEUT SE TRADUIRE que par L’IMPUISSANCE

Yannick Neuder, notre tête de liste départementale (LR) pour les Régionales ne s’y est pas trompé non plus . La recours d’Eric Piolle « révèle, s’il en était encore besoin, les pro­fondes divergences au sein de la gauche.les Verts et les socialistes ne sont d’accord sur rien. Leur union est im­possible et ne peut se tradui­re que par la paralysie de l’action ». Alors pourtant que « le dossier de l’A480 est un dossier majeur pour Grenoble, l’agglomération et le département. Grenoble perd, chaque jour, de son attractivité. Les commerçants, les entreprises, les usagers, font tous les frais au quoti­dien, de l’impossibilité d’ac­céder à Grenoble dans des conditions satisfaisantes. Mais, les Verts, par dogmatis­me et alors que le projet ne coûtera rien à la ville, refu­sent toute solution. »

Jean-Claude Peyrin ici au SMTC

Jean-Claude Peyrin ici au SMTC avec  Anne Gérin et S.Martin-Grand

JC PEYRIN (LR):  LES ENTRERISES S’INSTALLENT AILLEURS

Il faut aussi répondre aux postures d’Eric Piolle sur le front de l’environnement , ce que fait le Dr Jean-Claude Peyrin, Président des REP38 et Vice Président du Conseil Départemental qui souligne « que la cuvette greno­bloise est asphyxiée par la pollution qui menace notre santé, amplifiée par des bou­chons qui génèrent plus de pollution que des voitures qui roulent ». Rappelant aussi les conséquences de la perte d’attractivité puisque « des en­treprises choisissent de s’ins­taller ailleurs, repoussées par les conditions de circula­tion… «

L’UNIQUE CHANTIER de GRANDE AMPLEUR MENACé

Tout le monde rappelle la situation économique désastreuse de l’agglo et la montée du chômage. La non réalisation de ces travaux  » coûteront cette fois ­ci 300 millions aux entreprises du BTP qui ne bénéficieront pas de l’unique chantier de grande ampleur de notre agglomération grenobloise » précise Jean-Damien Mermillod-Blondin (UDI).

UNE LISTE IMPRESSIONNANTE de BLOCAGES

Tandis qu’Alain Carignon, Ancien Président de l’agglo et ancien Maire (LR) de Grenoble énumére la liste des dossiers encalminés par la coalition au pouvoir : « Blocage du contournement Nord, arrêt de Grenoble-Sisteron, refus de l’élargissement de A 480, absence de ligne à Grande Vitesse pour le TGV, perte de la gare Dauphiné Savoie sur le Lyon/Turin et jusque là refus de fluidifier l’échangeur du Rondeau! »

Alain Carignon interviewé par FR3 sur la disparition de la Gare TGV Dauphiné Savoie

Alain Carignon interviewé par FR3 sur la disparition de la Gare TGV Dauphiné Savoie

A.CARIGNON (LR) : LA POLLUTION RECONNUE au RONDEAU, NIEE pour A 480?

Il souligne aussi une forte contradiction : « Ce nouveau recours est d’autant plus incohérent que les élus Verts et PS, avec 15 ans de retard, ont fini par céder sur l’échangeur du Rondeau reconnaissant que la population riveraine de la rocade sud a été victime de la pollution du fait de l’engorgement de l’échangeur. Ils refusent de reconnaître la pollution au nord, sur A 480, alors que les mêmes causes produisent les mêmes effets ! Outre l’économie et l’emploi, la santé des riverains en particulier ceux de Bouchayer-Viallet et demain les 15 000 nouveaux habitants de la presqu’ile, sont les victimes de cette idéologie politique »

M.CHAMUSSY (LR):  »  IL AVAIT DEJA ECRIT au PRESIDENT de la REPUBLIQUE… »

Ce « recours gracieux » (dans un premier temps) d’Eric Piolle permet à Matthieu Chamussy Conseiller municipal (LR) de Grenoble de rappeler qu’il s’agit d’une récidive:  » On se souvient qu’en juillet, il écrivait au président de la Ré­publique au sujet du bidon­ville Esmonin. Sans aucun ré­sultat. Il y a 8 jours, il fermait les services municipaux pour interpeller le gouvernement sur la baisse des dotations de l’État. Est­ il nécessaire de préciser qu’il n’y aura pas de rallonge budgétaire pour Grenoble ? De la même ma­nière, qui peut croire une se­conde que le Premier minis­tre va donner suite au recours gracieux d’Éric Piolle ? »

Matthieu Chamussy uci avec Magalie Vicente, le Dr Roux et Nathalie Béranger

Matthieu Chamussy ici avec Magalie Vicente, le Dr Roux et Nathalie Béranger

N.BERANGER (LR):  » COCASSE QUAND ON SAIT QU’ILS FUSIONNERONT… »

Sur le plan politique ce « recours gracieux « est « cocasse « pour Nathalie Béranger (LR) et Lionel Filippi (UDI) Conseillers municipaux de Grenoble et colistiers de Yannick Neuder. En effet c’est « une il­lustration de l’opposition en­tre socialistes et écologistes. Décidément, chaque jour ap­porte une nouvelle illustra­tion ! Et ceci est d’autant plus cocasse quand on sait qu’ils fusionneront au second tour des régionales. « Pour eux « Éric Piolle persévère dans son dogma­tisme et accélère l’enterre­ ment de première classe de Grenoble. »

Nathalie Béranger ici avec S.Dupont-Ferrier au moment des départementales avec leurs suppléants

Nathalie Béranger ici avec S.Dupont-Ferrier au moment des départementales avec leurs suppléants

M.VICENTE (LR):  » Les FAMILLES QUI TRAVAILLENT, Les ENFANTS à l’ECOLE… »

Echirolles est autant concernée que Grenoble par les embouteillages et Magalie Vicente Conseillère municipale (LR) de cette ville demande : « Monsieur Piolle, at­terrissez de votre nuage, cela fait des années que la pollu­tion sature l’air que nous res­pirons et ce, parce que nous avons un record de bouchons sur l’ensemble des accès que vous vous efforcez de rédui­re, au nom de votre idéologie politique d’extrême rouge et vert. Les voitures seront tou­jours présentes. » Ajoutant des considérations concrètes qui échappent visiblement aux élus grenoblois: « La réalité, c’est que nous avons des familles qui tra­vaillent, avec des enfants, qu’il faut déposer à la crèche, à l’école, aux activités et que ce n’est pas possible en trans­ports en commun de tout gé­rer!» .

Magalie Vicente au Conseil Municipal d'Echirolles

Magalie Vicente au Conseil Municipal d’Echirolles

« AU BORD du GOUFFRE, ILS FONT UN GRAND PAS » ( JC PEYRIN)

Une importante mobilisation qui tombe bien à la veille des Régionales de dimanche pour éclairer nos concitoyens. Le vote PS ou Verts revient à bloquer l’emploi , la fluidité de la circulation, l’attractivité du territoire puisqu’ils vont s’allier lundi pour les postes au détriment de ces dossiers. Comme Jean-Claude Peyrin l’a dit : « Les éco­logistes et l’extrême gauche avaient mis Grenoble au bord du gouffre, je remarque qu’ils font un pas en avant ! ».

Le moyen le plus concret de s’y opposer demeure le bulletin de vote en faveur de la liste de Laurent Wauquiez.

Catégories : Actualité