JOURNAL MUNICIPAL de GRENOBLE: la VOIX de SON MAITRE

Publié par user1 le

S’il est un engagement que la municipalité Piolle (Verts/PG) a piétiné allégrement dès son élection , c’est bien le numéro 13.

Le relire aujourd’hui à l’aune de ses pratiques est révélateur du cynisme avec lequel elle a effectué ses promesses aux Grenoblois sachant bien qu’elle ne les tiendraient pas:

 » Une rédaction indépendante aura à charge de faire un journal d’information et de débats sur les controverses municipales. Loin de la propagande municipale que Grenoble a connue , un espace du journal sera réservé pour les saisines de la ville par les habitants et l’expression des contre pouvoirs » (!).

NI CONTROVERSE,  NI CONTRE POUVOIR

Qui n’est pas estomaqué par ce niveau de tromperie ? Depuis 16 mois quelqu’un a t il lu une quelconque controverse ou l’expression d’un infime « contre pouvoir » ? Une uniformité à la soviétique au contraire.

BIDONVILLE, MUSICIENS du LOUVRE: PERSONNE N’A EU LA PAROLE

Les habitants des quartiers Alliés Alpins, Reynies Bayard qui ont pétitionné, protesté à propos du bidonville Esmonin ont ils eu la parole ? Les milliers de Grenoblois qui ont soutenu les Musiciens du Louvre? Les Habitants du Village olympique, de Bajatière, du centre ville, du Rondeau qui se plaignent de la dégradation, de l’insécurité ont ils disposé d’un espace?

DECAUX PRESENTé COMME UNE BONNE AFFAIRE !

La fin du contrat Decaux qui est d’un coût réel de 1 M€ pour la ville a t il fait l’objet d’un début de débat? Bien au contraire le journal de propagande en a fait une présentation hagiographique et factuellement fausse.

Pas de controverse ni débats sur la décision de municipaliser le mobilier urbain d'information

Pas de controverse ni débats sur la décision de municipaliser le mobilier urbain d’information: c’est « vive » le maire.

LES SALARIES de GEG N’ONT PAS PU S’EXPRIMER

L’opinion des salariés de GEG a t il pu s’exprimer dans le journal municipal au moment ou la municipalité Piolle choisissait d’attribuer le contrat de l’éclairage public de la ville, pour la première fois de son histoire, à Bouygues/Vinci?

PAS de QUESTION sur la FERMETURE des IRIS à VILLENEUVE

La fermeture de la piscine des Iris à Villeneuve pour cause officielle d’absence de moyens de l’entretenir a t elle posé question dans le journal ? On peut imaginer en effet une controverse utile sur un sujet qui ne fait peut être pas l’unanimité?

E.LECOEUR (Verts/PG) ARTICULE LA COM’ et la PROPAGANDE

Ou est la rédaction indépendante alors qu’Erwan Lecoeur, l’idéologue de la municipalité articule la com’ et la propagande avec le journal municipal comme moyen.

Chaque fois qu’un grenoblois lit un engagement électoral de la municipalité il se tord de rire ou de douleur. Jamais peut être la politique n’aura aussi été abaissée en si peu de temps.

A l’issue de la publication de toutes ces promesses trahies il faudra revenir sur le discours solennel d’Eric Piolle prononcé le 7 décembre 2013 pour présenter sa candidature de Maire.

UNE COALITION SEULEMENT MUE par la PRISE du POUVOIR

Au delà du mensonge factuel –  » Si je me suis engagé en politique il y a 4 ans… » – alors qu’il avait déjà été candidat aux législatives depuis 1997 (!), tout était faux. La coalition qu’il dirige n’est ni transparente, ni motivée par l’intérêt public, mais toute entière mue par la prise du pouvoir et l’application de ses dogmes sans lésiner sur les moyens.

Le secteur de la propagande et le journal municipal sont la partie émergée de cet iceberg qui montrent le vrai visage de la municipalité Piolle.

le gros mensonge

le gros mensonge

 

Catégories : Actualité