Jean-Claude PEYRIN réclame une « République exemplaire » en Isère

Publié par Les Républicains 38 le

Les candidats PS ont le culot de faire campagne sur le thème d’une « République exemplaire » alors qu’il règne, dans les collectivités qu’ils dirigent, les pratiques les plus opaques. Aujourd’hui à Alpexpo, au Conseil Général, à la Métro, à la ville de Grenoble, c’est par les syndicats, par la presse, par des actions en justice, par l’inspection du travail, que nous sommes informés des méthodes de gestion traumatisantes pour les personnels, et qui ont des conséquences graves pour le contribuable. C’est la raison pour laquelle, au nom de l’UMP 38, je viens d’écrire à MM VALLINI, BAIETTO et DESTOT, afin, que dans les trois collectivités qu’ils dirigent, l’opposition dispose enfin des moyens d’exercer son rôle de contrôle et de contre pouvoir indispensable au bon fonctionnement de la démocratie. Tant que cette mesure ne sera pas prise, les dossiers contestables de la gestion PS seront seulement connus par des révélations de presse ou des actions en justice, et ceux qui sont à la tête de ces collectivités portent l’entière responsabilité de ces dysfonctionnements, par leur désir d’interdire toute vérification sérieuse de leurs actes et de leur gestion.

Il suffit pour eux de faire comme Nicolas Sarkozy l’a fait en confiant la commission des finances au PS, de confier les commissions des finances du Conseil général, de la Métro et de la ville de Grenoble, à l’opposition. Si M.MVALLINI, BAIETTO et DESTOT désirent sincèrement une République exemplaire, ils ont depuis 15 ans le moyen de le prouver, et aujourd’hui l’occasion de se rattraper.

Téléchargez la lettre de Jean-Claude PEYRIN