JCDECAUX: M.CHAMUSSY (UMP) DENONCE les 5 MENSONGES de E.PIOLLE (Verts/PG)

Publié par Les Républicains 38 le

L’opposition municipale de Grenoble a relevé pas moins de 5 mensonges dans la communication d’Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble dans l’affaire des panneaux Decaux.

Dans un texte largement diffusé Mathieu Chamussy (UMP)  et les Conseillers Municipaux d’opposition expliquent en effet qu’une  » nouvelle fois cette municipalité met en place sans dialogue et sans concertation une mesure tout à fait idéologique ».

Et d’énumérer :

1er mensonge : Contrairement à la communication de l’Adjointe à l’espace public il y aura toujours de la publicité sur l’espace public puisqu’il restera sur l’agglomération 1200 abribus , ce qui correspond a 4 fois le nombre de panneaux que la municipalité d’extrême gauche veut supprimer.

2 eme mensonge: La ville annonce qu’elle renonce à 150 000 € de redevance annuelle. Ce n’est pas 150 000 € de recettes en moins mais 600 000 € par rapport au précédent contrat

3 eme mensonge: Elle annonce que cette perte de recettes est compensée par la baisse des dépenses des fêtes et cérémonies et la baisse des indemnités des élus.Or la vérité est que le budget des Fêtes et cérémonies a augmenté de plus de 110 000 € depuis l’arrivée de E.Piolle  . Ensuite pour la premiére fois la municipalité Piolle a mis en place une indemnité pour garde d’enfants de 1800€ par an pour le Maire et ses Adjoints ( certains par le cumul touchent déjà plus de 5000€/mois)

4 eme mensonge: la municipalité va mettre en place à ses frais de nouveaux panneaux pour l’affichage. Il va donc y avoir un coût d’investissement et d’entretien supplémentaire.Il est donc mensonger d’évoquer une diminution de la pollution visuelle.

5 eme mensonge: l’Adjointe parle de  » matraquage des marques menée par les agences publicitaires « . Or la ville de Grenoble bénéficie d’un droit de tirage représentant 50 % de l’espace publicitaire et conformément à la loi les colonnes Morris sont exclusivement réservées aux annonces culturelles .

LES ACTEURS LOCAUX VONT PERDRE EN VISIBILITE

L’opposition municipale souligne que « 35 à 40% des publicités sont commandées par des acteurs économiques locaux. Les grands groupes trouveront facilement les moyens de communiquer mais les acteurs locaux de taille plus modeste vont perdre en visibilité et cela ne peut être que négatif pour leur activité et donc pour l’emploi local. »

UNE PERTE D’OPPORTUNITE

En fait  » cette décision est aussi une perte d’opportunité d’offrir aux habitants de nouveaux services avec du mobilier urbain intelligent comme cela se développe dans les autres grandes villes ( panneaux connectés, accés à de l’information sur le quartier ou sur le trafic automobile en temps réel, chargement d’applications) dans le cadre d’une renégociation du contrat « .

En précisant au passage que le cas unique de Sao Paulo au Brésil a été très transitoire. » Seule grande ville au monde a avoir fait cette démarche en 2006 a fait machine arrière il y a 2 ans ».

On ne voit pas non plus l’intérêt d’affaiblir une entreprise Française qui est un fleuron à l’international, avec 2700 emplois  dans notre pays. Sauf à vouloir faire régresser à la fois Grenoble et la France.

Catégories : Actualité