J.POLAT (LR) :  » PIOLLE, L’HOMME QUI VALAIT UN MILLIARD… »

Publié par user1 le

« Éric Piolle, c’est l’homme qui valait un milliard ! Il est contre les 300 millions d’euros pour l’A480, contre le Center Parcs, contre tout ce qui vient du pri­vé. Faites les comptes : on n’est pas loin du milliard d’euros po­tentiellement en moins pour notre territoire »  a expliqué Julien Polat Vice Président (LR) du Conseil Départemental et Maire de Voiron ( DL du 13/4/16).

E.PIOLLE et Y.MONGABURU (Verts/Ades) ENGAGENT des RECOURS

En effet en engageant lui-même un recours contre l’élargissement de A 480, en demandant à Y.Mongaburu (Verts/Ades) de faire de même avec le SMTC, lEric Piolle (Verts/PG) met la ville et les institutions publiques en action – si on ose dire- pour prolonger l’immobilisme de l’agglomération.
Un immobilisme qui a a fait un mal fou en termes de pertes d’attractivité, d’emplois, de création d’embouteillages et de pollution.  La carte de cette dernière épouse exactement les bouchons créés par cette paralysie des élus PS/Verts qui cogérent plus ou moins ensemble la Métro depuis 20 ans.

E.PIOLLE (Verts/PG):  » L’AGGLOMÉRATION a MIS FIN AU DOGME de la CROISSANCE »

En effectuant un chiffrage concret Julien Polat démontre clairement les conséquences de la folle déclaration d’Eric Piolle , un an après sa prise de pouvoir de la Métro, selon lequel  » l’agglomération a mis fin au dogme de la croissance » . Il faudrait maintenant que les entreprises de travaux publics établissent le nombre d’emplois directs perdus à cause de cette posture.

A 480: 7 EME BOUCHON FRANçAIS

Alors que l’agglomération n’a jamais sollicité les crédits d’Etat pour élargir A 480 afin de satisfaire au dogme des Verts, permettant aux autres villes Françaises de prendre de l’avance, le gouvernement Valls acculé par la situation Grenobloise ( 7 eme bouchon Français) est contraint de renier ses engagements et confier au concessionnaire d’autoroute (AREA) le soin d’effectuer les travaux d’élargissement. Contre une augmentation du péage !

Pas plus que Center Parcs, Eric Piolle n’admet ces investissement privé. Sa seule alternative est de laisser s’aggraver l’asphyxie de l’agglomération grenobloise.

JP BARBIER (LR):  » JE SUIS ATTERRÉ »

D’ailleurs Jean-Pierre Barbier, Président (LR) du Conseil Départemental à taclé :  » Je reconnais à Éric Piolle et à son équipe une certaine cohérence : il est pour la décroissance et mène cette politique ­là. J’entends les dé­clarations des uns et des autres, sur des projets, mais pour l’instant, ce n’est pas allé plus loin que des articles dans le journal. Où sont les actes ? ».

Ajoutant:  « On peut impulser des dynamiques mais on ne peut pas non plus compenser les choix politiques faits par certains, au détriment de notre économie. Ce n’est pas un su­jet de polémique, mais… Quand je vois qu’on a enfin une opportunité historique avec 300 millions du privé pour l’A480, et qu’au lieu d’y aller, on discute encore et on ne sort pas des postures idéo­logiques… Je suis atterré. »