J.PEYRELEVADE: « GRENOBLE CONDAMNEE à l’APPAUVRISSEMENT »

Publié par Les Républicains 38 le

Dans  » La Tribune  »  (5/5) l’économiste Jean Peyrelevade lance l’alerte sur les conséquences des orientations économiques de la municipalité Piolle. Les annonces et décisions de la nouvelle coalition qui gère Grenoble pose de plus en plus de problèmes à l’image de la ville et à son attractivité . Le fait qu’elles soient désormais commentées au plan national ne va pas améliorer les choses et en particulier la  »  lutte contre les précarités et le dé­veloppement économique » que les élus PS et Verts de la Métro se félicitaient de mener à bien!

Pour Jean Peyrelevade  « l’idéologie déployée en matière économique par l’équipe du maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, menace à moyen et long terme, l’expertise de la ville sur le plan de la recherche et des technologies de pointe ».

 » HOSTILE AU PROGRES TECHNIQUE »

L’économiste constate que « le progrès technique fait face à une hostilité extrême manifestée par une coalition d’écologistes, d’anticapitalistes et de libertaires grenoblois. En particulier un laboratoire d’excellence, Clinatec, dédié aux maladies cérébrales et réunissant le CHU, le CEA et l’université, donc des physiciens, médecins et biologistes, fait l’objet d’une fronde, à mes yeux rétrograde et absurde, portée par des opposants au « techno-libéralisme ».

 » L’IDEOLOGIE de PIOLLE  FAIT PESER UNE MENACE  »

« Cette observation désolante mais ponctuelle, conduit à soulever une question plus large, plus politique et beaucoup plus préoccupante : l’idéologie déployée en matière économique par l’équipe du maire, Eric Piolle, fait-elle peser une menace réelle sur l’avenir de l’écosystème grenoblois, réputé pour la qualité de sa recherche dans les nano et bio technologies ? Je suis désolé de dire que la réponse est à mon sens positive. On retrouve au niveau grenoblois les contradictions profondes des Verts français. En dépit de maintes bonnes intentions, leur action est vouée à l’échec. »

J.PEYRELEVADE NE CONNAIT PAS CEUX DONT I IL PARLE

On passera sur  » les bonnes intentions » qui démontrent que Jean Peyrelevade ne connait pas ceux dont il parle. Nous n’avons pas à faire à de doux rêveurs sympathiques mais bien à des dogmatiques, organisés en système et depuis longtemps utilisant toutes les méthodes de l’extrême gauche. L’écologie sur laquelle ils ont fait une OPA n’est qu’une couverture. Car paradoxalement cette extrême gauche qui affirme vouloir faire le bonheur des peuples avance masquée pour convaincre la population …

CONSERVATISME ET IMMOBILISME

Jean Peyrelevade explique:  » Attention cependant au syndrome du « small is beautiful », derrière lequel se dissimulent souvent conservatisme et immobilisme.  » Citant quelques promesses non tenues ( et déjà trahies) telle la gratuité des transports aux 18/25 ans Jean Peyrelevade rappelle:  » Le problème est que toutes ces choses merveilleuses ont un coût, qu’il deviendra extrêmement difficile de supporter si l’action de la municipalité conduit à un affaiblissement du dynamisme économique de l’agglomération.

SE METTRE DANS UNE IMPASSE

« Eric Piolle n’a pas les moyens de sa politique car il demeure prisonnier d’un schéma où la croissance est condamnable, où il faut suivant ses propres termes consommer moins. Alors que c’est au contraire par l’investissement et l’innovation technologique que l’on trouvera les voies d’une économie plus écologique. »

« Le maire de Grenoble devrait se souvenir que la sphère publique dégage par son action fort peu de recettes spontanées (surtout quand on prétend étendre la gratuité). Sauf à se mettre dans une impasse, développer l’action publique n’est possible que par une croissance parallèle (même si elle est contrôlée dans sa direction) de l’activité privée.

GRENOBLE CONDAMNé à l’APPAUVRISSEMENT

« Or, et il ne s’agit plus seulement de discours, les actions et décisions d’Eric Piolle vont affaiblir économiquement la ville de Grenoble. La contribution au plan de développement des nanotechnologies a été réduite de 25 à 10 millions d’euros, les projets d’infrastructures sont arrêtés, de même que nombre de grands chantiers. Sans changement de trajectoire et faute d’une réelle compréhension de la cohérence nécessaire entre activité productive et action écologique, le « laboratoire de la gauche alternative » est condamné à l’appauvrissement. Donc à l’échec. »

LES PROJETS D’INFRASTRUCTURE STOPPES DEPUIS 20 ANS

On le sait ici. Ce que Jean Peyrelevade ignore , lui, c’est l’arrêt des projets d’infrastructures depuis 20 ans !  Aucun contournement supplémentaire, aucun élargissement de voirie, arrêt des travaux de l’autoroute Grenoble/Sisteron au Col du Fau: pour complaire aux Khmers Verts , M.Destot  et le PS ont renoncé à préparer l’avenir. Résultat ? Une agglomération asphyxiée et polluée, répulsive pour ces accès. Même le TGV a été ignoré puisque la ville ne bénéficie pas d’une desserte à grande vitesse.

L’APPAUVRISSEMENT EST EN MARCHE

L’appauvrissement était déjà en marche car les Nano et bio-technologie effectivement soutenues ne pouvaient plus compenser les investissements en panne. 5 quartiers de Grenoble étaient déjà en dessous des seuils de pauvreté. En 2014 pas moins de 104 commerces ont déposé leur bilan ( +30%) et aujourd’hui 533 locaux commerciaux sont disponibles sur le territoire de la ville! La municipalité Destot/Safar a supprimé 2200 places de stationnement dans Grenoble en 10 ans.

LES VICTIMES SONT IDENTIFIABLES

Le dogmatisme était déjà en marche sur nombre de points. Manquait évidemment le choix de l’agglomération de « mettre fin au dogme de la croissance » comme l’a affirmé Eric Piolle  et de fragiliser le secteur des nouvelles technologies et ses 25 000 emplois direct et indirect. C’est chose faite. Effectivement l’échec est inéluctable et les victimes identifiables.

Catégories : Actualité